VPE a bien résisté à la crise Covid

Publié le 22 juin 2021

La baisse de l'activité des caveaux a été fortement limitée, notamment par le développement des ventes en ligne et le projet Street Art au caveau de Nissan. © F. Guilhem

Au cours de l’assemblée générale plénière ordinaire, la coopérative Les Vignerons du Pays d’Ensérune (VPE) a fait le point sur ses activités et résultats au cours de l’exercice clos au 31 décembre 2020, et a présenté ses perspectives d’avenir, en présence de son partenaire, Les Vignobles Foncalieu, représenté par son président, Jean-Marie Cassignol.

"Le fait marquant de l’année 2020 est incontestablement la crise Covid, qui a beaucoup impacté l’ensemble des marchés et les grandes tendances de consommation du vin. De même, la crise a accentué les préoccupations environnementales de la société. En résumé, c’est une crise qui a marqué en profondeur", attaque en préambule, la directrice de VPE, Nathalie Boisjot. 

L’épisode de gel d’avril dernier aura aussi des conséquences sur l’activité de la cave. "Le premier bilan réalisé après le gel nous laissait penser que nous serions autour de 140 000 hl. Finalement, nous serons plutôt autour de 120 000 hl, contre plus de 220 000 hl en 2020. Nous allons toucher une indemnité au titre de l’assurance que nous avons souscrite pour compenser les frais fixes de vinification, et les réserves que nous avons permettront de vous accompagner en 2022, dans la mesure, bien sûr, de nos moyens", indique la directrice.

Dans tous les cas, l’exercice 2020, concernant la récolte 2019, affiche de bons résultats, avec une récolte en hausse de 4 % par rapport à 2018 (239 784 hl contre 230 741 hl). Il est de même pour le rendement à l’hectare, qui passe à 79 hl/ha en 2019 contre 75 hl/ha en 2018, soit une augmentation de 5 %.

Situation financière saine…

Le chiffre d’affaires ne progresse, en revanche, que de 1,8 % (20,4 M€ contre 20,04 M€ en 2018). "Les volumes distillés en 2020,  soit 30 000 hl au total, suite à la crise Covid, ont eu un impact négatif sur cet exercice, ce qui vient diminuer le chiffre d’affaires de la coopérative à hauteur de 16 %. Une fois cela dit, la cave a une structure financière saine. De plus, nous disposons de 15 M€ en fonds propres, ce qui est relativement confortable, et nous avons une trésorerie à hauteur de 6,8 M€", détaille le président de la cave, Jean-Bernard Abassie. 

Par ailleurs, cette situation financière a permis à la cave de ne pas utiliser les PGE (prêts garantis par l’État, ndlr) qu’elle avait souscrits, pour un montant de 3,2 M€, lors du confinement d’avril dernier. "Le conseil d’administration a donc décidé de rembourser les deux PGE, souscrits à titre préventif, pour payer les factures. Comme Foncalieu a réglé sans problème nos approvisionnements, nous ne nous en sommes pas servis", complète-t-il. 

Enfin, grâce aux ventes dans la grande distribution et à la distillation, le niveau de stocks de la cave coopérative reste équilibré par rapport à la demande de ses clients. Le revenu moyen, net de frais, est, lui, en progression de 3,4 %, atteignant 4 892 € par hectare. "Et nous sommes très optimistes sur le niveau de rémunération de la récolte 2020. Les acomptes de la récolte 2020 sont maintenus au niveau de ceux de la récolte 2019", ajoute le président.

… mais des investissements limités à l’avenir

Pour continuer à assurer un bon revenu aux coopérateurs et anticiper les suites de la crise sanitaire, la coopérative, après avoir engagé cette année de menus investissements, a décidé de continuer à les limiter au strict minimum pour 2021, avec la réfection de la clôture de Cazouls à la fin de l’année, et la fresque Street Art de Cazouls, "financée à 80 %", rapporte Nathalie Boisjot. Avant de rappeler que "les investissements majeurs ont déjà été réalisés". 

En 2022, la coopérative devra engager des travaux pour la réfection intérieure des cuves. Une étude sera, par ailleurs, lancée pour la pose de panneaux photovoltaïques sur la toiture de Cazouls. Trois sociétés ont été contactées pour une mise en œuvre à l’été 2022. "On espère aussi pouvoir commencer la rénovation de ce caveau en 2022 ou 2023. Ce que l’on peut dire, d’ores et déjà, c’est que la rénovation des caveaux apporte du chiffre d’affaires, comme on a pu le constater avec celle du caveau de Nissan-Lez-Ensérune", ajoute-t-elle. Mais, pour cela, il faut aussi sécuriser les apports. 

Maintenir le potentiel de production de la cave

Bien que la pyramide des âges soit défavorable, les superficies d’apport restent stables, autour de 3 151 ha. Parmi les objectifs que s’est fixé le conseil d’administration, il y a celui d’ancrer l’emprise foncière pour accompagner les départs à la retraite, sécuriser les projets d’investissements et favoriser l’installation de jeunes agriculteurs. Le programme d’animation foncière, lancé en 2017, "a permis d’accroître la surface encépagée de VPE de 250 ha grâce aux 25 nouvelles adhésions enregistrées en 2020", se réjouit la directrice de la cave. Le programme doit se poursuivre pour aller encore plus loin. 

Par ailleurs, sur la dizaine d’hectares devant être arrachés, 8 ha seront repris par 4 jeunes coopérateurs, qui replanteront sur la campagne 2021-2022. Dans cette même logique d’ancrage foncier, la cave a accompagné une trentaine de transactions foncières permettant l’étoffement d’exploitations existantes pour une surface de 50 ha.

Les certifications au vignoble

Autre cheval de bataille de la cave : l'accompagnement de ses coopérateurs pour engager la transition agroécologique afin de pouvoir répondre aux attentes sociétales et des consommateurs. L’effort est maintenu pour la certification Haute valeur environnementale. Après avoir certifié, en 2019, 13 premières exploitations pour 250 ha et 7 000 hl isolés à la récolte, VPE en a certifié, l’année suivante, 96 pour plus de 1 000 ha de vignoble, soit un tiers de la production de la cave, et ce, grâce à la forte mobilisation des coopérateurs. Cette année, ce devrait être 200 exploitations qui se lanceront pour 2 200 ha potentiels, permettant ainsi que 73 % des surfaces de la cave soient certifiées. 

"Il ne faut pas se tromper d’objectif. Sans certification environnementale, cela deviendra de plus en plus compliqué de vendre du vin sur les marchés à venir", insiste Nathalie Boisjot. Et d’autant que "nous avons d’ores et déjà beaucoup de pressions des acheteurs pour que nous leur fournissions des volumes en HVE", commente, de son côté, Jean-Marie Cassignol, président des Vignobles Foncalieu, l’union des coopératives dont VPE est adhérente. Non seulement il faudra poursuivre la démarche de certification HVE, mais il faudra aussi "aller vers le label Terra Vitis, en 2022, pour pouvoir répondre aux attentes de Castel Frères. Pour ce faire, une étude est menée, pour évaluer les efforts à fournir et voir les possibilités de passerelle entre HVE et Terra Vitis, afin de proposer des vins certifiés en 2022", dit la directrice de VPE. 

Autre créneau à ne pas perdre de vue : l’agriculture biologique. 12 exploitations sur près de 200 ha étaient certifiées bio ou en conversion bio pour la récolte 2020. Grâce à leur travail, une nouvelle gamme bio sera disponible dans les caveaux de VPE. Reste que l’effort doit être poursuivi, car la demande des marchés reste soutenue, et les prix sont en hausse de 5,5 %, en moyenne. Ainsi, en IGP Oc bio, le prix moyen en rouge et rosé est de 170 €/hl, alors qu’il est de 88,23 €/hl pour les rouges et de 87,30 €/hl pour les rosés, en conventionnel. L’écart de prix est encore plus conséquent pour les blancs, soit 201 €/hl en IGP Oc bio contre 96,25 €/hl en conventionnel. 

Conséquence : bien que le marché des vins bio reste un marché de niche, "il est très dynamique. Pour surfer sur la vague, nous avons développé de nouvelles gammes aux Vignobles Foncalieu, et l’objectif est d’atteindre 347 ha de vignes en bio en 2022", insiste Jean-Marie Cassignol. 

Mais l’objectif immédiat est, pour l’heure, la bonne préparation des vendanges 2021. De la vigne à la cave, tous sont à pied d’œuvre, en espérant ne pas subir un autre aléa climatique d’ici le lancement des "festivités". 

Florence Guilhem


HéraultCoopération Covid-19 Vignerons du Pays d'Ensérune Vignobles Foncalieu Jean-Bernard Abassie Jean-Marie Cassignol