Vignobles Foncalieu : nouveau président pour nouvelle donne

Publié le 02 février 2021

Avant de prendre la présidence, Jean-Marie Cassignol a occupé toutes les fonctions d’administration du groupe. Il met en avant l’engagement dans la RSE et l’ancrage local dans les orientations à tenir. © Foncalieu

Élu en décembre à la tête de l’union de coopératives basée à Arzens, dans l’Aude, Jean-Marie Cassignol est le nouveau pilote des orientations stratégiques de Foncalieu. Désireux de faire avancer l’engagement de l’organisation dans la RSE, il souligne également l’importance de la présence sur le segment des rosés premium, la digitalisation, ainsi que l’innovation dans le vignoble et le packaging.

Après six années de présidence, Michel Servage transmet le sceptre de la présidence de l’union des caves Foncalieu à Jean-Marie Cassignol, viticulteur et arboriculteur installé à Aigues-Vives, dans l’Aude. Cet adhérent de la coopérative des Celliers du Nouveau Monde a patiemment franchi toutes les étapes avant de prendre les rênes du groupe coopératif.

élu à l'issue du conseil d'administration du 17 décembre dernier, Jean-Marie Cassignol, coopérateur dans l'âme, a successivement été administrateur, puis membre du bureau avant d’accéder à la présidence. “Lorsqu’on est intégré dans le monde coopératif, nous avons la chance de pouvoir gérer la destinée de notre outil. Là, il s’agit de notre outil commercial, avec la valorisation finale du produit. C’est donc une suite logique que je me sois proposé pour prendre la présidence”, valide-t-il.

L’engagement dans la RSE (Responsabilité sociale des entreprises), entamé depuis quelques années par les Vignobles Foncalieu, figure ainsi parmi les orientations prioritaires du nouveau président, au mandat renouvelable chaque année. Cette démarche RSE se place donc au cœur de la stratégie de développement de l’entreprise, “car elle repose sur une valeur forte qui représente notre engagement en tant que coopérateurs : créer de la richesse tout en ayant le moins d’impact possible sur l’environnement, et en préservant le tissu social et l’emploi sur le territoire. Lors de l'audit élan mené par Coop de France, nous avons obtenu la note de 13,2/20, correspondant à un niveau de maturité de nos pratiques de 66 %. Notre stratégie sur le long terme s'appuie sur une approche durable, créatrice de valeur économique, sociale et environnementale pour l'ensemble de nos parties prenantes. C'est l'essence même de la coopération”, appuie Jean-Marie Cassignol.

Marche forcée vers le bio et le rosé

C’est ainsi que la conversion vers le bio avance au sein du vignoble du groupe, avec 165 hectares déjà certifiés en agriculture biologique, et 180 autres en cours de conversion. En outre, un quart des superficies vogue sous la bannière de la HVE 3. Le conseil d’administration avait décidé d’aider financièrement à cette transition des vignerons vers le bio, avec un objectif de départ de 10 000 hl de bio largement dépassé, et l’ambition d’arriver à 10 % du vignoble, soit 400 ha, convertis au plus tôt. “Nous sommes très attentifs aux méthodes vertueuses de protection du vignoble, telles que la confusion sexuelle, les méthodes préventives ou les outils prévisionnels de contamination et d’aide à la décision, pour les implanter durablement dans nos pratiques. Le climat de notre région se prête particulièrement à ce que l’on diminue notre utilisation de produits de traitement”, poursuit le néo-président de Foncalieu.

Dans cette transition, les éléments bloquants que sont le surplus de main-d’œuvre et l’investissement en matériel de travail du sol doivent être portées par des cours de vrac qui permettent aux vignerons de rentrer dans leurs frais. Les efforts entrepris depuis de nombreuses années sur la production de vins rosés vont dans ce sens. “Nous avons la volonté d’être le producteur le plus qualitatif de rosés du Languedoc, et même d’Occitanie. Nous avons vu arriver le développement de ce marché et avons pu nous y adapter rapidement de manière très qualitative, car nous étions historiquement bien équipés pour la production de blancs : sauvignon, chardonnay et viognier”, reprend Jean-Marie Cassignol.

Nouveaux cépages et ancrage local

Sur ce marché en pleine expansion, “en particulier à l’export, car il est déjà à maturité en France”, note Jean-Marie Cassignol, les Vignobles Foncalieu dédient déjà 30 % de leur production à cette couleur à travers 14 cépages vinifiés. “De nouveaux modes de consommation se développent autour du rosé dans le monde, peut-être malheureusement au détriment du rouge”, reprend le président des Vignobles Foncalieu.

Pour devenir un leader du segment, l'union peut également compter sur ses capacités d’embouteillage dans des contenants variés, notamment les Bib, qui ont connu un nouvel essor avec la crise sanitaire.

L’introduction dans la gamme de nouveaux cépages (artaban, vidoc, floreal), dits résistants, s’inscrit également dans la volonté du groupe de faire face aux enjeux du changement climatique, en adaptant ses modes de culture. “Les volumes sont encore confidentiels par rapport à nos autres productions, avec des profils différents et un peu moins structurés, mais c’est une tendance vouée à se développer à l’avenir, ne serait-ce que face à la nécessaire réduction d’intrants”, appuie Jean-Marie Cassignol.

Celui-ci souhaite enfin poursuivre la démarche de renforcement des liens avec les consommateurs et son implantation dans le tissu local. “Cela a longtemps été un des reproches fait à Foncalieu, nous n’avions que peu d’implantation commerciale au niveau local. Les choses ont enfin changé avec le Comptoir de la Cité, à Carcassonne, et son bar à vins idéalement situé au pied de la Cité. De même, le Château Haut-Gléon nous permet d’accueillir nos clients dans un écrin exceptionnel”, apprécie le président.

Le partenariat avec l'Hôtel de la Cité pour le 14 juillet, le parrainage de l'USC XV et le mécénat avec le festival de la Cité vont également dans le sens de cet ancrage local. 

Olivier Bazalge


AudeFoncalieu Jean-Marie Cassignol RSE présidence vin bio rosé