Vignerons coopérateurs : Prévention et assurance, piliers de la résilience de la viticulture

Publié le 12 juillet 2022

Le 49e congrès des Vignerons coopérateurs de France s’est tenu à Sète, du 29 juin au 1er juillet. © F. Guilhem

Les Vignerons coopérateurs de France étaient réunis à Sète, du 29 juin au 1er juillet, pour leur 49e congrès national. Pour son 1er congrès en tant que président, Joël Boueilh a mis l’accent sur les dispositifs efficaces à mettre en place face à la répétition des aléas climatiques.

Que l’on soit vigneron indépendant ou coopérateur, faire face aux aléas climatiques, économiques ou géopolitiques, c’est le même combat, serait-on tenté de dire. Et ces derniers n’ont pas manqué ces trois dernières années. “Entre 2020 et 2022, c’est la totale, si j’ose dire : gel, grêle, canicule, sécheresse. Plus que jamais, l’adaptation aux aléas climatiques est vitale”, rappelle Joël Boueilh, président des Vignerons coopérateurs de France, lors de son discours de clôture du congrès, le 30 juin, au Domaine du Lazaret, à Sète. Si “la coopération est restée mobilisée avec l’interprofession pour trouver des solutions durant ces années difficiles, il reste encore beaucoup de travail sur la planche”, ajoute-t-il. 

Plan gel : un bilan décevant

Dressant le bilan de l’action du gouvernement après l’épisode de gel d’avril 2021, les résultats sont loin d’être satisfaisants. Certes, “les annonces du gouvernement ont été fortes et rapides. Seulement voilà : 14 mois après ce gel, 12 mois après ces annonces, la mise en œuvre s’est avérée à la fois laborieuse et décevante. Les aides aux exploitants sont à peine payées pour certaines d’entre elles, et les dispositifs de plafonnement de ces aides, qui n’ont pas été correctement anticipés, conduisent à des déceptions notables”, relève-t-il. Aussi pour éviter que le même schéma ne se reproduise, avec le trouble généré entre assurés et non-assurés, “on a dit au gouvernement, après l’épisode du grêle qui vient d’impacter différents bassins viticoles, de ne pas se précipiter comme en 2021”.

Du travail sur la planche, il y en aura aussi au sujet des aides pour l’aval dans le plan gel, qui se compose d’une mesure d’accompagnement de 150 M€ pour les entreprises impactées, ce qui est le cas pour plus de la moitié des caves coopératives en France, et particulièrement en Occitanie. “La demande initiale de Vignerons coopérateurs de France (VCF) portait sur une mesure simple, de type aide en carence d’apport, et payable dans un délai rapide. Le gouvernement a choisi de retenir une mesure basée sur l’EBE et payable à la clôture des comptes, soit plus de 24 mois après le gel lui-même. C’est dire si nous sommes loin du compte”, tacle-t-il.

Enfin, pour ce qui est du remboursement des PGE (Prêts garantis par l’État) contractés par les caves coopératives durant la crise Covid, le président de VCF demande qu’il soit échelonné sur 15 ans – et non sur 10 ans comme cela peut être désormais le cas, mais sous condition d’accord du médiateur de crédit –, voire leur transformation en fonds propres.

Un nouvel outil : la provision pour aléas

Un point positif toutefois dans les dispositifs mis en place : celui de la provision pour aléas, qu’ils soient climatiques ou économiques, créée en mars dernier. “L’enjeu est aujourd’hui de travailler sur l’encadrement de ce dispositif. Il s’agit bien d’une provision, et non d’un report des résultats. Si la provision est donc bien constituée, les règles de dotation et de reprise sont encore à fixer pour son utilisation par les caves coopératives, en respectant le principe d’équité”, rappelle Éric Potié, président de la commission juridique des Vignerons coopérateurs de France.

Sans compter les questions encore en suspens : sur quels critères la constituer?? Quels fonds?? Quel montant?? Comment la redistribuer?? Uniquement à ceux qui ont eu des pertes ou à tous?? “Ce n’est pas l’outil miracle qui va arriver, mais un outil supplémentaire, et ce ne sera pas un outil universel. À noter enfin qu’il sera très difficile à mettre en place pour une cave coopérative en difficulté”, précise-t-il.

Pour prévenir les aléas à l’avenir, “il faut aussi accompagner la recherche de solutions de prévention, de toutes les solutions, contre le gel, la grêle ou la sécheresse, sans tabou et avec pragmatisme. Il faut donc investir”, complète Joël Boueilh. Mais aussi que soit finalisée l’adaptation du système assurantiel, l’autre clé de voûte de la résilience des caves coopératives face aux aléas climatiques.

L’assurance récolte : une révision s’impose

Tout en rappelant que le calendrier de sa mise en place (1er janvier 2023) ne doit pas prendre de retard, alors que “les tarifs augmentent comme cette année, et que les taux de franchise sont relevés, la tentation pouvant être grande de ne pas s’assurer”, VCF a proposé de compléter la couverture des risques climatiques en subventionnant une assurance ‘Frais fixes de vinification’ tant pour les caves coopératives que particulières, et “en utilisant l’opportunité offerte dans le cadre de l’OCM vitivinicole. Il faut poursuivre et concrétiser l’essai”, insiste Joël Boueilh.

Son autre demande porte, elle, sur la révision du rendement de référence, autrement dit sur le calcul de la moyenne olympique. “Nous savons tous comment cette moyenne s’érode avec la répétition des aléas climatiques, avec un effet d’éviction des viticulteurs les plus fragilisés. Ce n’est plus possible. Les accords de Marrakech, qui ont posé ce principe, ont bientôt 30 ans. Depuis, la situation a évolué. Les textes doivent s’adapter en conséquence pour répondre aux enjeux d’aujourd’hui et de demain”, affirme le président.

D’autant que “les aléas sont devenus la norme. Ils ne sont plus exceptionnels. Le monde a changé, et ne comptons pas sur le temps pour amortir les difficultés. Nous devons relancer la machine au plus vite”, renchérit-il. Autrement dit, il n’y a pas que la viticulture qui doit s’adapter aux changements multiples auxquels elle est confrontée. Les règles aussi, qu’elles soient nationales, européennes ou internationales, doivent en faire de même.

Florence Guilhem


ViticultureCongrès Vignerons coopérateurs de France Joël Boueilh aléas climatiques assurance récolte