Tout pour les vins gardois

Publié le 21 septembre 2018

Le 30 août, à la cave coopérative VPA de Générac, la signature d'une charte des bonnes pratiques comprenant notamment la valorisation des appellations gardoises sur les cartes des vins des restaurants :

La tournée annuelle du préfet et du président du Département dans les caves a été l'occasion d'une signature de charte "des bonnes pratiques", pour mieux commercialiser et diffuser les vins gardois sur le territoire, pour les acheteurs comme les fournisseurs, des vignerons aux restaurateurs. Les représentants des huit organismes engagés ont tous répondu présent.

Quel meilleur timing que le moment des vendanges pour ratifier un texte destiné à valoriser et ancrer plus fortement les vins gardois, et les faire prophètes en leur pays. La charte signée le 30 août, sur le site de la cave coopérative VPA de Générac, a pour objectif de "faire con-naître les vins du Gard auprès de tous nos concitoyens", tel que l'a souhaité le préfet Didier Lauga. Lors de sa tournée des caves en pleines vendanges, en compagnie de Denis Bouad, président du Conseil départemental, de Dominique Granier, président de la Cham-bre d'agriculture du Gard, de Denis Verdier, président des VPA et du groupe ICV, et des signataires de la charte : l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH) du Gard, les Vignerons indépendants, Coop de France Occitanie, la Chambre de commerce et d'industrie (CCI), et la Chambre de métiers et de l'artisanat (CMA), toutes les forces en puissance étaient là pour entériner un soutien de la filière, déjà en ordre de marche.

Renforcer le lien entre vigneron et restauration

"On avait prévu de signer la charte dans la journée, mais il était plus logique de le faire ici." Didier Lauga et les sept autres signataires ont choisi de faire d'une pierre deux coups : célébrer les vendanges qui débutent, et s'engager dans la valorisation des vins du Gard et l'accompagnement des vignerons. Ainsi, chaque acteur, partie prenante dans cette mise en place de "bonnes pratiques", y va de sa proposition. Impliquée au plus près des viticulteurs, la Chambre d'agriculture soutient les agriculteurs "dans leurs démarches de progrès vers l'agroécologie et l'agriculture biologique", et valorise les vins gardois, comme le rappelle le texte. Sur le terrain, pour ses "dernières vendanges" en tant que président de la Chambre, Dominique Granier a tenu à rappeler le poids de la viticulture sur le territoire : "Le vin, c'est 50 % du chiffre d'affaires de la ferme Gard. Ce n'est pas négligeable !" Et aussi le deuxième chiffre d'affaires de la région Occitanie, après l'Aveyron. Raison de plus pour promouvoir davantage les vins dans les restaurants et les hôtels du second département bio de France, et se rappeler au bon souvenir des restaurateurs. "J'en vois encore certains qui ne jouent pas le jeu." Pour renforcer la synergie tourisme et agriculture, l'UMIH 30 entend "porter le message et amplifier cet état de fait", a déclaré Gérard Hampartzoumian. Le président général se félicite qu'aujourd'hui, un vin soit associé au vigneron, car vendre du vin gardois est "la priorité d'un bon restaurateur, qui se doit d'aller dans les caves, visiter les vignes..."  Recréer du lien humain et tisser des liens d'échanges commerciaux porteurs pour la viticulture locale, en résumé.

Création de richesse et de valeur sur le territoire

De son côté, la CMA 30 propose de "contribuer à fédérer et mobiliser les métiers de bouche pour favoriser la vente de vin en partenariat de circuit court avec les viticulteurs". Parmi les 2 000 artisans des métiers de bouche que la Chambre réunit sous sa coupe, certains sont déjà "des vecteurs de diffusion-promotion-vente des vins lors de vente de repas". En outre, son label "Made in Gard" mettra son outil de promotion "à la disposition des artisans restaurateurs" pour valoriser ces produits, a insisté Henry Brin, le président de la CMA.

Autre soutien, la CCI du Gard a déclaré apporter son aide "à plusieurs niveaux pour la sensibilisation et la diffusion de cette charte auprès des professionnels de la restauration", en vue de dynamiser la compétitivité et "la maîtrise des mar-ges". Pour son président Eric Giraudier, "cette réflexion sur la création de richesse sur le territoire est essentielle". Une création de valeur déjà impulsée dès l'achat d'un vin. Estimant que le Gard est engagé "dans la bonne direction", il attend que les metteurs en marché suivent la démarche.

Philippe Douteau


Gard