Solidarité vigneronne au Domaine de la Triballe

Publié le 05 juillet 2022

En moins de 2 heures, les vignerons ont taillé les vignes de syrah et de grenache impactées par le feu. © I. Vermorel

Le 22 juin, 40 vignerons ont répondu à l'appel d'Olivier Durand pour tailler ses vignes touchées par l'incendie, qui s'est déclaré quelques jours avant aux abords de son domaine, à Guzargues.

Échaudées, les vignes l'ont été tout autant qu'Olivier et Sabine Durand, à la tête du Domaine de la Triballe depuis sa création en 1990, sur les terres familiales acquises au XVIIIe siècle. Et pour cause. Le 17 juin dernier, la voiture d'une automobiliste a pris feu sur un bord de route longeant la propriété, et à côté d'une pinède. La climatisation du véhicule serait à l'origine du départ de feu, qui s'est rapidement propagé dans la pinède, avant d'atteindre les vignes de l'exploitation.

20 ha de pinède ont été détruits par l'incendie et 3 ha de vignes en AOC Pic Saint Loup et Grés de Montpellier ont été presque intégralement échaudés par la chaleur du feu. "C'est un échaudage généralisé qui a grillé la quasi-totalité du feuillage. De nombreux sarments encore verts ont tourné au marron. Après l'intervention des pompiers, les vignerons voisins sont très vite venus nous donner un coup de main pour arroser et favoriser le départ de bourgeons secondaires avec la sève montante. Nous avons déjà réparé le réseau d'arrosage de ces parcelles", détaille Olivier Durand, par ailleurs président du syndicat AOC Languedoc - Grés de Montpellier. 

Et le vigneron d'accuser le mauvais sort, car son exploitation qui se déploie sur 80 ha de garrigues, vignes et polyculture, a été structurée de telle sorte à être prémunie contre le risque incendie. "Depuis l'incendie qui a ravagé l'exploitation en 1976, et que je n'ai jamais oublié, tout a été structuré pour éradiquer ce risque, avec la mise en place de 15 km de pistes au sein de l'exploitation, et une structuration du parcellaire de manière à jouer un effet pare-feu. Tout a parfaitement fonctionné, sauf qu'il y a eu ce coup de malchance, car si la voiture s'était arrêtée 50 m plus loin, on évitait la catastrophe", détaille-t-il. Or, la voiture s'est arrêtée juste à côté de la seule petite pinède qu'il avait laissée au bout d'une parcelle, soit l'unique endroit qui présentait un risque.

Un appel à mobilisation entendu

Passé le choc de la dévastation, Olivier Durand a lancé un appel à mobilisation auprès de ses confrères pour qu'ils l'aident à tailler les vignes touchées par l'incendie. C'est ainsi que, dans la matinée du 22 juin, 40 vignerons du Pic Saint-Loup, des Terrasses du Larzac et de toute l'AOP Languedoc sont venus prêter main forte à Olivier Durand, dont Régis Valentin et Sébastien Fillon, respectivement présidents des syndicats AOP Pic Saint Loup et Terrasses du Larzac. 

En moins de deux heures, munis de sécateurs, ciseaux, cisailles ou encore de taille-haies électriques, les vignerons ont taillé les vignes de syrah et de grenache échaudées par le feu. "Plusieurs niveaux de taille à titre expérimental ont été effectués en accord avec les techniciens : une taille très courte (deuxième œil) et une taille moyenne telle un prétaillage normal sous le fil porteur. D'autres rangées de vignes ont, quant à elles, été laissées sans intervention humaine, de manière à observer dans le temps l'évolution de chacune en fonction de la hauteur de taille opérée", explique Olivier Durand. Enfin, les raisins ont été tombés pour ne pas affaiblir la souche. 

Si l'aide des vignerons a redonné du baume au cœur à Olivier Durand, ému par la mobilisation de ses confrères, celui-ci s'inquiète au sujet de l'indemnisation à laquelle il aura droit. En effet, bien qu'assuré contre le risque incendie, la somme allouée étant plafonnée à 104 000 €, elle ne permettra pas de couvrir les pertes de récolte, "et encore moins les pertes de fonds s'il s'avère que des souches sont mortes", dit-il.

Florence Guilhem


HéraultDomaine de la Triballe incendie dégâts Olivier Durand Guzargues