Solaal : la solidarité occitane

Publié le 13 octobre 2020

99 % des dons récoltés par l’association sont des produits frais. Bientôt des produits transformés à partir de viande de porcs pourront aussi faire l’objet de promesses de dons. (© DR)

Avec l’aide alimentaire et l’antigaspi comme étendards, l’association Solaal poursuit son rayonnement territorial, pour soutenir les publics les plus démunis, et inciter les agriculteurs au don. Après les Hauts-de-France et les Pays de la Loire, la déclinaison régionale se concrétise en Occitanie. L’association s’est déployée lors de la 6e Journée nationale du don agricole, le 29 septembre à Montauban.

Triste effet collatéral de l'épidémie de Covid-19, la précarité alimentaire atteindrait un niveau "sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale", d'après le Secours populaire. Entre les pertes d'emplois et les budgets des foyers amputés, 43 % des actifs déclarent avoir perdu "une partie de leurs revenus", dont les plus fragiles, tels que les étudiants salariés ou les travailleurs aux revenus inférieurs au Smic (1 219 €), selon le baromètre Ipsos / Secours populaire de la pauvreté, réalisé en septembre 2020. Immanquablement, les ménages se serrent la ceinture. Le budget alloué à l'alimentation s'en voit limité, 29 % réduisant les dépenses en fruits et légumes et produits frais. 

"On craint que ce ne soit que le début d'un long parcours. La fracture alimentaire va malheureusement s'aggraver", alerte Angélique Delahaye. À l'occasion de la 6e Journée nationale du don agricole, le 29 septembre, la présidente de Solaal révélait des chiffres évocateurs : en deux mois de confinement, 1 414 tonnes de dons ont été collectés, soit la moitié des volumes réalisés en 2019. Dépourvus, avec des tonnes de produits frais invendus sur les bras, les agriculteurs ont pu écouler leurs marchandises via le don, répondant à une demande croissante des populations les plus fragilisées. 

Dans ce contexte économiquement tendu, et pour étendre les relais de collecte et de distribution alimentaire, Solaal se déploie en région, avec le lancement de Solaal Occitanie, aidé par l'activation du Plan d'urgence initié par le gouvernement. 

Doubler les points de collecte 

"L'Occitanie donnait déjà, mais pour de nombreux producteurs, l'accès aux dons se heurte à des  problématiques de logistique", constate Angélique Delahaye. Collecte et transport en camions frigorifiques, Solaal s'occupe des contingences matérielles, afin de faciliter les démarches, et aller au plus vite pour conserver la fraîcheur des produits, essentiellement des fruits et légumes, grâce aux associations partenaires et au mécénat. "Il faut être très réactif", explique la présidente nationale de Solaal. En décentralisant les antennes et les points relais en région, l'association compte sur les réseaux déjà implantés localement pour à la fois "sensibiliser les agriculteurs", et organiser la distribution de marchandises sur chaque territoire pouvant être desservi. 

Depuis le 1er septembre, 176 t de produits agricoles ont été données en France, équivalant à 352 000 repas, indique l'association. Face à l'ampleur des besoins, progressant jusqu'à 45 % avant confinement, par rapport à 2019, d'après les associations d'aide alimentaires, l'un des objectifs de Solaal est de "doubler le nombre de points de collecte régionale sur la période 2020-2022". Ainsi est née Solaal Occitanie, grâce à une enveloppe débloquée expressément par le ministère des Solidarités et de la Santé. Par le biais de conventions signées avec les antennes régionales, l'enjeu consiste à développer le circuit des dons, en tissant des liens entre les acteurs agricoles et du secteur agroalimentaire. 

70 t supplémentaires d'ici fin 2020 

Désormais présente en Occitanie, Solaal est installée au Min de Toulouse, pour des raisons évidentes de logistique et de proximité avec les producteurs, mais a vocation à développer son réseau dans "le plus grand nombre de départements", annonce Angélique Delahaye. Confiant en l'esprit de solidarité déjà à l'œuvre dans la région, le président de Solaal Occitanie, qui vient d'être élu pour trois ans, se fixe un volume de dons de "70 t de plus en trois mois". Agriculteur céréalier en Haute-Garonne, Amaury de Faletans compte aussi sur son "équipe de choc", constituée de deux jeunes agriculteurs, d'un vice-président aveyronnais et de la directrice générale du Min de la ville rose, Maguelone Pontier. Le poste de responsable de l'antenne Occitanie est occupé par Marjorie Fournier. Ainsi constituée, l'association, comme les autres antennes régionales, aura "les coudées franches", assure la présidente nationale. "Ils connaissent le réseau, ont les relais de terrain, les contacts avec les Conseils départemental et régional, et avec les syndicats, Chambres d'agriculture..." 

Pour sensibiliser le plus de producteurs possible, l'association d'Occitanie pose déjà les premières pierres pour recenser les potentiels donneurs, organiser les collectes et assurer la distribution auprès des banques alimentaires. Amaury de Falentans rappelle, à ce titre, que les producteurs donateurs bénéficient d'une déduction fiscale de 60 %. Et qu'importe la taille de la promesse. "Les volumes, notamment en pommes, peuvent être conséquents, surtout depuis l'embargo russe", note le président. "Mais il n'y a pas de limite, même s'il s'agit de 3 kg de poireaux, on prend." Le tout sera de créer et maintenir du lien entre l'agriculteur et l'association.

Philippe Douteau


OPA - Service publicAide alimentaire antigaspillage Solaal journée nationale du don agricole