Semaine pour l’emploi agroalimentaire

Publié le 23 novembre 2021

En Occitanie, la tension est permanente pour pourvoir les métiers de l’agroalimentaire. Les métiers de la maintenance sont particulièrement concernés. © DR

Cette semaine a vu la première édition de la semaine de l’emploi agroalimentaire. Cet événement national s’est décliné spécifiquement dans chaque région, dont l’Occitanie pour lequel ce secteur d’activité est primordial. Malgré l’attractivité mise en avant par les entreprises, les tensions sont importantes pour pourvoir toutes les nécessités d’une industrie qui bascule largement vers la RSE.

Du 15 au 20 novembre, la première semaine nationale de l’emploi agroalimentaire était organisée en France, sous l’impulsion de 12 associations régionales des entreprises alimentaires (Area), en collaboration avec l’Apec et Pôle Emploi. Cette initiative nationale a pour objectif de stimuler le tissu emploi et formation au sein de la filière agroalimentaire.

En Occitanie, où le secteur agroalimentaire constitue un maillon essentiel (1er employeur de l’industrie, avec 45 800 actifs et 7 200 entreprises pour le seul secteur agroalimentaire), cette semaine a également été déclinée sous l'impulsion du contrat agroalimentaire, où le secteur de l'agroalimentaire est largement mis en exergue par la Région, au regard de la place essentielle qu’il occupe pour l’emploi sur le territoire régional. En Occitanie, ces emplois sont répartis sur l’ensemble du territoire.

“Ce sont nos collègues de l’Area de Bretagne qui ont organisé une journée pour faire se rencontrer tous les acteurs de la filière. Les échanges ont fait que les autres Area régionales ont adhéré à cette idée pour aboutir à cette semaine commune nationale où chacun va chercher à tisser du lien pour dynamiser l’emploi dans le secteur agroalimentaire du territoire”, décrit Anne Chassang, chargée de mission ressources humaines-promotion à l’Aria Occitanie.

Le secteur agroalimentaire souffre en effet d’une pénurie de ressources humaines alors que les entreprises sont dynamiques et prêtes à former un personnel non-qualifié. “Il y a même des points noirs comme la maintenance, sur lesquels les entreprises peuvent passer plusieurs mois sans une personne spécifique au poste. Même les plus belles entreprises du secteur peinent à recruter”, indique Arnaud Pestourie-Locci, chargé de développement et recrutement pour le CFA de l'Agro de l’Ifria Occitanie. “Les métiers de la production au cœur de l’usine sont, de manière générale, en tension, et nous constatons même des ‘luttes’ concurrentielles entre agences d’intérim pour conserver leurs meilleurs éléments et répondre aux demandes des entreprises”, ajoute-t-il.

Webinaires, colloques, ateliers...

L'objectif de cette 1re semaine de l’emploi agroalimentaire se centre donc autour de la nécessité de fédérer toutes les forces vives de l’emploi et de la formation pour montrer le dynamisme et l'attractivité de cette filière agroalimentaire. Celle-ci peut en effet être considérée comme un excellent vecteur d’avenir et de solutions pour les demandeurs d’emploi, les jeunes en recherche de formation, mais aussi les personnes en reconversion ou en recherche d’orientation. “Tous les publics sont visés et concernés, mais les enseignants des instituts de formation et les conseillers pour l’emploi ont un rôle déterminant à jouer pour vanter les intérêts de cette filière et s’en faire les relais auprès des gens qu’ils forment ou orientent”, ajoute Anne Chassang.

Des événements ont donc été organisés dès le 9 novembre avec des ateliers territoriaux au sein de bassins d’emploi ciblés du secteur comme Castelnaudary, Gimont ou Perpignan, et chaque jour de la semaine a ensuite vu des webinaires, colloques, ateliers ou rencontres organisés par l’ensemble des partenaires investis dans la manifestation. “Cela va même déborder au-delà du 21 novembre avec des interventions de job dating ou de présentation du secteur auprès de demandeurs d’emploi ou de collégiens, qui pourront visiter des installations spécifiques à l’image de l’entreprise gardoise Arcadie, spécialisée dans les plantes aromatiques”, poursuit Anne Chassang.

Créer du lien entre les acteurs

En fin de cette semaine de l’emploi agroalimentaire, un colloque ‘QVT (qualité de vie au travail) et RSE (responsabilité sociétale des entreprises), leviers d'attractivité et de croissance’ , est venu clôturer ces manifestations tel un point d’orgue à ce que les entreprises du secteur sont en mesure de proposer pour leurs employés.

“Les entreprises agroalimentaires régionales sont pour la plupart des PME engagées dans un processus RSE. C’est un secteur dans lequel les salariés pointent et le confort de travail est mis en exergue. À travers ce colloque, il est donc question de souligner l’intérêt des entreprises de concilier performance économique, bien-être social et la responsabilité sociétale, ainsi que les moyens de promouvoir l’employabilité et l’attractivité du secteur agroalimentaire et enfin comment recruter et fidéliser les talents ?”, abonde Anne Chassang. Plus de 250 inscrits ont participé à ce colloque que Jean-Louis Cazaubon, vice-président de la Région Occitanie délégué aux questions de souveraineté alimentaire, viticulture et montagne, a clôturé pour appuyer le soutien de la Région à cette filière primordiale pour l’emploi.

L’objectif essentiel de cette 1re édition vise donc avant tout à créer du lien et mettre en contact les professionnels du secteur agroalimentaire, notamment grâce au réseau de plus de 300 entreprises agroalimentaires de toutes tailles et tous secteurs d’activité.

Olivier Bazalge


OPA - Serv. publicsEmploi Ifria Occitanie industrie agroalimentaire