Réorganisation et plan stratégique au CIVL

Publié le 06 octobre 2020

“Nous n’avons pas opté pour une logique de remplacement des postes qui existaient déjà, mais dans un redéploiement des compétences”, défend Miren de Lorgeril, présidente du CIVL. (© O. Bazalge)

Depuis 2019, le CIVL a opéré à une réorganisation de ses services, dans le but d’apporter plus d’expertise dans les différents métiers qui le composent. L’accent est mis sur la performance marketing, la communication et l’action auprès des prescripteurs et des metteurs en marché. Le plan stratégique 2021 est en fin d’élaboration pour propulser les vins de la région dans une nouvelle dimension, malgré le Covid et les incertitudes des marchés export.

Malgré l’épisode Covid qui semble ne plus vouloir se terminer, le Conseil interprofesionnel des vins du Languedoc (CIVL) continue sa mue et sa marche en avant vers de nouveaux horizons. Cette avancée est passée par un important remaniement des équipes en place. Après Marion Oury intronisée à la direction de la stratégie marketing et communication depuis l’été 2019, Thibaut Santa et Samuel Moulié l’ont rejointe pour travailler respectivement

sur le contenu de marque digital et le marketing opérationnel. Enfin, depuis quelques semaines, Olivier Legrand, passé par Inter Rhône, puis des maisons de Champagne, vient de prendre le poste de délégué général, en charge de la coordination des services et de la mise en œuvre du plan stratégique en cours de finalisation.

“Nous n’avons pas opté pour une logique de remplacement des postes qui existaient déjà, mais dans un redéploiement des compétences. Le CIVL fonctionnait depuis ses débuts avec une organisation d’origine privilégiant la polyvalence des personnes qui s’occupaient d’un secteur géographique. Nous avons souhaité une montée en compétences, en instaurant une spécialisation par métier, pour apporter une expertise poussée. Cela nous permet de proposer à nos vignerons un outil collectif très pointu, avec un maximum de savoir-faire”, défend Miren de Lorgeril, présidente du CIVL. Elle indique ainsi que le nombre d’employés à temps plein a même diminué au sein de l’organisation de l’interprofession, sans augmentation de la masse salariale liée à ce redéploiement.

Le nouveau délégué général a été choisi pour sa double expérience à la fois en interprofession et en entreprise, pour orchestrer la médiation en maîtrisant les attentes des deux côtés concernés.

Plan de relance post-Covid et plan stratégique 

Pendant et après le confinement, la situation sanitaire liée au Covid n’a pas empêché le CIVL d’être sur le pont. Miren de Lorgeril explique ainsi avoir activement travaillé au plan de relance avec la Région pendant le confinement, puis jusqu’au mois de juillet. “La Région accompagnera ainsi à hauteur de 50 % les projets commerciaux et marketing des entreprises, ce qui est inédit, et massif avec un budget fixé à 7 M€, dont 5,5 M€ consacrés à l’aide aux entreprises”, rappelle-t-elle. L’objectif du CIVL vise à obtenir des opérations de promotion d’envergure auprès de la grande distribution française et européenne, pour mettre à profit ce plan de relance à destination de tous les adhérents. “Nous allons chasser en ‘meute’ pour promouvoir l’ensemble des producteurs ou négociants qui souhaiteront participer à ces opérations en payant une contribution qui sera appuyée par le plan de relance de la Région”, détaille Miren de Lorgeril.

De même, pendant le confinement, un nombre important d’actions de terrain a dû être annulé, mais le travail de fond sur la stratégie de marque a pu être réalisé, en vue de finaliser l’élaboration du plan stratégique prévu pour être mis en application à partir de 2021. “Je tiens d’ailleurs à féliciter nos adhérents qui ont massivement répondu aux sollicitations que nous leur avons adressées dans cette préparation. Sur 1 200 adhérents, 800 ont répondu à l’audit envoyé et le séminaire de juillet a dégagé un consensus entre toutes nos AOC sur les orientations à tenir dans notre plan stratégique”, avance encore la présidente du CIVL. Ce plan sera présenté lors de l’édition 2021 de Wine Paris.

Bonne récolte 2020

La présidente définit le rôle de l’interprofession comme un facilitateur d’accès au marché. Toute une série d’actions ont donc été initiées cette année malgré la crise sanitaire. Elles vont se poursuivre dans le cadre de ce que les restrictions permettent, grâce aux relais de l’interprofession implantées dans les pays considérés. Une collaboration a ainsi été entamée avec le média ‘pure player’ spécialisé wine.com aux Etats-Unis, des dîners avec des importateurs sont maintenus en Chine, des voyages de presse virtuels sont proposés au Royaume-Uni et en France, la plateforme digitale grand public ‘les saisons du Languedoc’ lancée cette année a connu un succès notable au cours de l’été.

Côté production, cette année 2020 annonce pour l’heure une récolte de bonne qualité sur l’ensemble des zones de production. Le processus de distillation mis en place pour faire face aux difficultés de la filière a permis de “rattraper les non-ventes”, indique Miren de Lorgeril. “Nous n’avons pas encore les derniers chiffres, mais nous devrions nous situer aux alentours de 230 000 hl pour les AOC, avec les appellations Corbières, Minervois, Fitou et Languedoc qui ont principalement sollicité ce dispositif”, reprend-elle.

L’outil GPS (gestion personnelle des stocks) mis en place depuis quelques années par l’interprofession, et qui permet d’imposer au vigneron de ne pas faire sortir plus de vin qu’il ne peut vendre, a particulièrement montré son utilité en cette année difficile. “Les vignerons ont reçu leurs indications personnelles fin juillet pour savoir comment mener leurs vendanges. C’est un outil important pour contenir l’offre, en particulier pour les rosés. Il impose aux vignerons de ne pas afficher une progression de plus de 30 % de leurs sorties entre l’année N et l’année N-1”, indique une présidente de l’interprofession qui sait cet outil de gestion envié par les interprofessions d’autres régions productrices. 

Olivier Bazalge


Pour les blancs, l’AOP Picpoul de Pinet affiche des résultats positifs, avec une hausse de 17 % sur la période de juin-juillet-août. (© CIVL)

ViticultureCIVL réorganisation CVO plan stratégique récolte