Rentrée scolaire : “L’impression d’avoir changé de métier !”

Publié le 08 septembre 2020

Le 1er septembre, l’accueil des élèves et leurs accompagnants a permis de présenter les conditions particulières de fonctionnement du lycée Charlemagne pour cette rentrée scolaire. (© Lycée Charlemagne)

Au lycée agricole Charlemagne de Carcassonne, cette rentrée 2020 se déroule évidemment sous le signe du Covid-19 et des règles sanitaires qui en découlent. De l’accueil des internes, en passant par la restauration ou la pratique agricole, les adaptations et les détails à régler sont nombreux. Equipes pédagogiques et élèves sont malgré tout enthousiastes pour reprendre le chemin de l’enseignement.

La note de service spécifiant les mesures sanitaires précises à adopter au sein des établissements d’enseignement n’est finale-

ment tombée qu’en toute fin de semaine précédant la rentrée. Les équipes pédagogiques du lycée Charlemagne avaient toutefois une idée assez claire de ce qui les attendait pour cette rentrée 2020, la recette de celle-ci impliquant une bonne dose de mesures sanitaires et de distanciation, même si cette dernière a été assouplie pour le remplissage des classes.

Mardi 1er septembre, au moment d’accueillir les élèves et leurs accompagnants (un seul par élève cette année) dans le grand amphithéâtre, Myriam Huet, proviseure du lycée agricole Charlemagne, expliquait ainsi que chaque détail a dû être considéré et organisé pour répondre aux contraintes exceptionnelles de cette rentrée 2020. “J’ai vraiment eu l’impression de changer de métier ! Avec les équipes techniques, administratives et enseignantes, nous avons dû mettre en place une gestion de chaque opération du quotidien en fonction des exigences pour protéger tout le monde du virus. C’est une logistique d’une ampleur inimaginable tant cela concerne des sujets aussi variés que les douches de l’internat comme la désinfection du matériel de travaux pratiques sur le domaine agricole”, témoigne-t-elle.

C’est donc face à un auditoire masqué et espacé par un fauteuil d’écart que Myriam Huet a déroulé par le menu les règles à respecter dans l’enceinte du lycée à partir du 1er septembre.

Les élèves restent, les profs se déplacent

Outre le port du masque, la limitation des mobilités au sein de l’établissement constitue la grande nouveauté pour les effectifs du lycée. À présent, ce ne sont plus les élèves qui changeront de salle de classe mais les professeurs, avec un protocole strict à appliquer lors de chaque inter-cours. “Outre la désinfection quotidienne des classes opérée chaque matin par le personnel de ménage, les enseignants devront désinfecter l’ordinateur et le poste de travail à leur arrivée dans la salle. L’aération est également obligatoire bien que cela risque de se compliquer lorsqu’il fera un peu plus froid”, valide Myriam Huet.

Le matériel nécessaire aux activités sportives connaîtra la même exigence de désinfection et les nombreuses sorties sur le terrain ne sont pas annulées. “Mais plutôt qu’emporter du gel hydro-alcoolique inadapté pour ce type de sorties, il y aura des jerricans d’eau et du savon pour garantir les conditions d’hygiène. De même, nous n’abandonnons pas notre politique de lycée sans plastique, donc les pique-niques sur le terrain se feront toujours sans emballages individuels, mais avec des gâteaux partagés que l’accompagnateur se chargera de couper et servir”, reprend la proviseure, qui ne veut pas utiliser le prétexte du Covid-19 pour régresser sur l’engagement environnemental de l’établissement.

Veille stricte sur les états fiévreux

La pause méridienne nécessitera pourtant des déplacements d’élèves au sein de l’établissement. La jauge du restaurant scolaire ayant été fixée à 100 places, quatre services espacés d’une demi-heure chacun seront opérés de 11 h 30 à 13 h, “les élèves étant contraints de suivre le planning instauré chaque jour au regard des heures de cours de chaque classe. Cette organisation du déjeuner a fait partie des innombrables casse-têtes logistiques à résoudre !”, poursuit Myriam Huet.

Entre deux et trois par chambre équipée chacune d’une douche, les lycéens résidant à l’internat ne devraient pas rencontrer de problèmes de respect des gestes barrières. La difficulté résidera donc essentiellement dans l’engagement comportemental de chacun au quotidien pour le bien de la communauté. “Si des élèves se montrent réfractaires au respect de ces nouvelles règles, il y a bien sûr la possibilité d’une exclusion. Mais celle-ci doit rester le dernier recours. La prévention reste de mise et j’ai confiance en la capacité des jeunes à se fondre dans le cadre fixé. J’avoue avoir plus d’inquiétudes concernant leur discipline à rester chez eux en cas d’état fiévreux ou de symptômes légers”, confie Myriam Huet.

Le protocole ne prévoit en effet aucune entorse à l’isolement d’élèves présentant de la fièvre. Au moindre soupçon de montée de température, l’élève concerné sera isolé à l’infirmerie de l’établissement avant qu’un parent ne vienne le chercher pour le ramener chez lui.

Toujours énergique et positive, Myriam Huet se félicite de la bonne atmosphère qui règne dans l’établissement à l’occasion de cette rentrée. On ne peut que lui souhaiter que l’année se déroule sous ces bons augures. 

Olivier Bazalge


AudeLycée agricole de Charlemagne rentrée scolaire Covid-19 enseignement