Pyrénéus au service de la filière porcine

Publié le 11 novembre 2020

Avec la marque Pyrénéus déclinée en trois qualités, Arterris entend répondre aux attentes des différents débouchés d’une filière qui a largement progressé depuis 2013. © G. Lantes

La filière porc d’Arterris est en progression et décline la marque Pyrénéus en trois catégories pour répondre aux attentes de tous les débouchés. Chez les producteurs, l’innovation technologique permet d’ajuster au plus près l’alimentation en fonction des besoins individuels des animaux.

Par communiqué, le groupe coopératif Arterris souligne l’important développement de sa filière porc au cours des dernières années, notamment grâce aux débouchés offerts en Occitanie par la marque Pyrénéus développée par le groupe.

Arterris produit à présent 35 000 porcs par an contre 15 000 en 2013, tous sous signe officiel de qualité. La coopérative indique mettre un point d’honneur à valoriser le circuit de proximité pour garantir la qualité et la traçabilité de la viande. Pour cela, les usines de nutrition animale d’Arterris proposent aux éleveurs de porcs Pyrénéus des aliments composés de triticales et céréales 100 % françaises.

Pour aller plus loin, la coopérative a également fait évoluer son cahier des charges Excellence, en alliant élevage sur paille et innovations technologiques, dans une démarche d’amélioration du bien-être animal et de la rentabilité des productions des adhérents.

Cette marque Pyrénéus a été lancée en 2016 par Arterris, pour mettre à l’honneur les produits du terroir des Pyrénées Occidentales à partir des matières premières qualitatives du territoire occitan. Afin de respecter le cahier des charges de la marque, les porcs doivent être nés, élevés et abattus en Occitanie. Leur nourriture doit être composée à 60 % de céréales d’origine française, dont 15 % de triticale, une céréale rustique née du croisement entre le seigle et le blé, et cultivée sur le territoire d’Arterris.

Initialement destinée au circuit traditionnel (bouchers/charcutiers/traiteurs), la marque Pyrénéus, soucieuse du bien-être animal, a rapidement intéressé la grande distribution, via les GMS, qui a exprimé la nécessité d’avoir une marque dédiée. Pyrénéus s’est alors déclinée en Pyrénéus Sélection (pour les rayons à la coupe de ces GMS) et Pyrénéus Origine (pour le libre-service).

Enfin, Pyrénéus s’est également déclinée dans une version plus haut de gamme à destination des bouchers. Les porcs commercialisés sous cette marque sont engraissés à 100 % sur paille à partir de 70 jours de vie. Par ailleurs, la génétique mâle (Label 48) a été soigneusement sélectionnée afin d’obtenir une viande persillée, plus qualitative et goûteuse.

Innovation technologique

Chez un des éleveurs adhérent et fournisseur de la marque Pyrénéus, Yoann Bonnefous, le travail a été allégé par l’installation de deux innovations technologiques. D’une part, un trieur de fabrication allemande a été installé sur l’exploitation, pour lui permettre de trier automatiquement les animaux lors de leurs sorties du bâtiment, et d’analyser les besoins nutritionnels spécifiques de chaque individu, pour pouvoir les rationner, le cas échéant.

Grâce à une caméra infrarouge qui scanne le porc avant d’aller manger, il est possible de détecter son poids et la quantité de gras et de muscle qu’il contient. Cette technologie permet de visualiser la carcasse du porc en 3D et d’adapter sa formule d’aliment. Ainsi, un mâle “tête de lot” (à fort potentiel de croissance) se verra manger un aliment plus riche en protéine et moins riche en énergie pour compenser l’excès de gras, et une femelle qui se rationne naturellement se verra obtenir un aliment plus énergétique et moins protéiné dans le but d’obtenir un équilibre gras-viande parfait.

Outre les économies réalisées en donnant la bonne quantité de céréales à chaque animal, cette technologie permet également d’évaluer le bon moment pour l’envoyer à l’abattage.

Autre innovation qui sera, quant à elle, opérationnelle d’ici 1 mois, le paillage totalement automatisé du bâtiment d’élevage. La pailleuse distribue, à l’aide d’un bras télescopique équipé d’une caméra, la litière sur les zones le nécessitant uniquement, évitant ainsi de devoir effectuer ces tâches à la main et de gaspiller de la paille. Cette paille sera dépoussiérée et broyée très fin.

La filière affiche une réelle volonté de trouver des solutions visant à l’optimisation du bien-être animal. Elle s’emploie à répondre également à la forte demande des consommateurs en produits de qualité issus de circuits courts. Ainsi, la filière d’Arterris s’inscrit dans une démarche d’évolution de la production, tout en améliorant la rentabilité des exploitations de ses adhérents par l’installation d’innovations technologiques.

Olivier Bazalge d’après Arterris


Autres productionsArterris filière porcine porc Pyrénéus