Millésime Bio 2021 : un salon “digitalement” bio

Publié le 26 janvier 2021

Grâce au format digital, il sera possible de réaliser une visite virtuelle des stands des exposants. © SudVinBio

À l’heure du couvre-feu généralisé à 18 heures sur le territoire national, l’association interprofessionnelle SudVinBio a décidé de maintenir son salon annuel, du 25 au 27 janvier, mais en le transposant dans un format 100 % digital, pour être en phase avec le calendrier des acheteurs de vins.

Tout le monde en convient. Rien ne remplace le contact humain, l’échange yeux dans les yeux, le plaisir de déguster ensemble de bons vins. Mais dans un contexte sanitaire qui reste incertain, tenter le diable était inimaginable. "Bien sûr, que cela va nous manquer de ne pas pouvoir se rencontrer et de déguster, même si l’on garde, avec ce salon, toute une palette de modes de contact qui va permettre de vrais échanges. Quoi qu’il en soit, nous sommes très contents de l’avoir maintenu. Alors, tant pis si c’est digital, car nous avons besoin de vendre notre vin maintenant, et pas demain", commente Jeanne Fabre, la nouvelle présidente de la commission Millésime Bio, en charge de l’organisation du salon. 

Entre décaler la date du salon, l’annuler ou le digitaliser, l’équipe a donc tranché sans hésitation pour la dernière option, d’autant que celle-ci permettait de ne pas changer les dates habituelles du rendez-vous de la "planète" vin bio. "Au moins, nous sommes sûrs d’offrir le même service que d’ordinaire à nos adhérents et aux personnes qui avaient retenu un stand. Ces dates étaient d’autant plus importantes à respecter que le marché du vin bio se déroule entre décembre et février. Au-delà, c’est fini", ajoute Nicolas Richarme, président de l’association SudVinBio. 

En revanche, le ‘Challenge Millésime Bio 2021’, prévu dans un premier temps en présentiel, est finalement reporté au mois de février. Il sera réparti sur quatre dates, encore à définir, pour assurer les conditions optimales de sécurité sanitaire. Les résultats du concours seront communiqués, quant à eux, le 24 février prochain. Enfin, pour ce qui est des conférences, elles seront également en format digital. "L’idée est de profiter  de ce format pour donner un coup de jeune à ces conférences. Les formats proposés seront donc plus courts et plus interactifs. Quant aux choix des sujets, nous avons retenu toutes les questions d’actualité autour de la filière vin bio", complète Jeanne Fabre. Le digital sera donc la norme pour l’intégralité des activités du salon, à retrouver sur la plateforme réservée aux professionnels (www.millesime-bio.com).

Connectez-vous !

Sur les 1 300 exposants qui avaient retenu un stand, 1 000 ont maintenu leur participation. Comme toujours, la filière occitane se taille la part du lion, avec 35 % de représentants. Et, comme l’an dernier, 20 % des exposants sont étrangers. Derrière leurs stands digitaux, accessibles à partir de la plateforme dédiée du salon, les exposants pourront mettre en avant leur domaine par le biais de différents outils numériques : vidéos, lien vers leur site internet, accès aux fiches techniques, cuvées, récompenses, distinctions, etc. Comme l’an dernier, il sera possible de prendre rendez-vous avec eux. "La nouveauté de cette année est qu’ils ont déjà la possibilité de consulter la liste des visiteurs et de faire des demandes auprès des acheteurs", indique Jeanne Fabre. Enfin, grâce au digital, les exposants pourront lancer des invitations sans limite de nombre, et sans limite d’horaires, puisque le salon sera ouvert 24 heures sur 24. 

Enfin, "pour garder le lien entre la rencontre physique et virtuelle, il suffira au visiteur de cliquer sur l’icône représentant une main. Si l’exposant n’est pas derrière son écran au moment où il est sollicité, il recevra un message sur son portable pour l’alerter. Soit il répond en direct, soit il enverra un message pour proposer un rendez-vous au visiteur", ajoute la présidente du salon. Chat en direct par messagerie ou en visioconférence seront donc possibles.

Côté visiteurs, des moteurs de recherche seront à leur disposition pour les aider à déambuler avec efficacité dans les allées numériques du salon. Comme cela était le cas l’an passé, les visiteurs ont d’ores et déjà la possibilité d’organiser leur visite et d’anticiper leurs rendez-vous avec les vignerons exposants, en amont du salon. Pour la dégustation, l’association SudVinBio a fait le choix d’une organisation de gré à gré. Traduction : pour la dégustation, le vigneron enverra l’échantillon d’un ou de plusieurs vins s’il juge le contact intéressant. La balle est donc dans son camp.

La plateforme a été conçue de telle sorte à ce qu’elle soit facile d’utilisation, avec un seul accès pour toutes les démarches, l’espace exposants d’un côté, et la plateforme My Viti Bio, de l’autre. "Les deux impératifs que nous avions fixés, à la société avec laquelle nous avons travaillé pour ce salon digital, sont la simplicité et la rapidité du système. Nous avons demandé aussi un format attrayant qui rappelle l’esprit du salon. Le résultat est à la hauteur de nos attentes", se félicite le président de SudVinBio.

Pari d’autant plus réussi en dépit des délais impartis, puisque le salon Millésime Bio 2021 est le premier salon 100 % digital de cette envergure dans le monde de la vente des vins bio. Ne reste plus qu’à savoir si ce salon générera autant de visiteurs (7 000) et de transactions commerciales que l’an dernier, permettant d’atténuer, en raison du Covid, la baisse des débouchés en vente directe, voire leur arrêt avec la fermeture du réseau CHR et l’annulation des salons.

Florence Guilhem


ViticultureMillésime Bio viticulture biologique vins bio salon digital