Maison Sinnae, en marche vers la notoriété

Publié le 08 octobre 2019

Outre son ambition commerciale, notamment à l'export, Maison Sinnae a concentré ses chais pour les blancs et investi un espace de stockage et d'embouteillage à Laudun, la vinification sur le site de Chusclan, et a rénové deux caveaux de dégustation.

Le président de la cave Maison Sinnae, Philippe Pellaton, avait donné rendez-vous à la presse à la Villa Montesquieu de Laudun-l'Ardoise, le 26 septembre, avant de présenter la nouvelle identité et les gammes Maison Sinnae aux invités triés sur le volet par la première coopérative productrice de Côtes du Rhône.

Le bleu nuit retenu comme couleur étendard du nouveau nom de la cave coopérative n'est pas que poudre aux yeux. Feu Laudun-Chusclan Vignerons, Maison Sinnae est destinée à accompagner le renouvellement des gammes, les investissements de rénovation des sites de production, pour entamer une reconquête de visibilité. Le nouvel habillage et la charte graphique repensés de la "marque", ne sont pas qu'un ravalement de façade, prévient Philippe Pellaton, qui affiche les ambitions commerciales et industrielles de l'entreprise. En devenant Maison Sinnae, le problème réglementaire d'apposer Laudun-Chusclan Vignerons sur les produits conditionnés, Laudun et Chusclan étant des appellations, sera résolu, ce qui n'aurait pas été permis pour le potentiel futur cru de l'AOC Laudun, qui sera alors indiquée sous le nom de Maison Sinnae.

Quatre gammes sous la nouvelle bannière

Dévoilée lors du Wine Paris en février, la nouvelle identité de la cave coopérative, rebaptisée Maison Sinnae (lire p. 5 de notre édition du 22 février), annonce un repositionnement de l'entreprise, mais pas pour autant "une revalorisation des prix", tient à préciser Philippe Pellaton, qui a profité de la soirée de lancement pour présenter quatre gammes ambassadrices. La collection Villa (Caesar, Sinnae, Voltinia) en Côtes du Rhône Villages, Laudun et Chusclan, au prix de vente compris entre 20 et 25 €, et les cuvées Enfant terrible (Côtes du Rhône rouge, rouge sans sulfites ajoutés, blanc et rosé), sont les gammes les plus récentes, sur lesquelles le nom de LCV a déjà disparu de l'étiquette et la contre-étiquette.

Les cuvées Maison Sinnae (10 à 15 €), et éléments (6 à 10 €), étaient aussi mises en avant pour illustrer la rénovation de gammes recentrées sur un "esprit terroir", à travers des sélections parcellaires, comme Excellence ou Les Genêts, les autres crus de la vallée (Les Cosses Vaquières, cru Lirac rouge), ainsi qu'une gamme Domaine, fruits d'une vinification isolée. Une gamme "à étoffer" destinée à "mettre en avant un vigneron", présente Philippe Pellaton, également président du syndicat des Côtes du Rhône.

Croissance sur les blancs

La tendance baissière sur la consommation de rouges globalement observée en France n'épargne pas la vallée du Rhône. Si cette "décroissance marquée" s'avère inévitable, sauf sur les crus haut-de-gamme (Châteauneuf-du-Pape, Crozes-Hermitage), et les Côtes du Rhône Villages et autres Plan de Dieu, "qui marchent bien", Maison Sinnae observe une croissance sur les blancs. Un nouveau positionnement serait donc souhaitable, là où les Côtes du Rhône produisent aujourd'hui des vins rouges à "85 %, alors qu'ils devraient représenter 60 %", estime Philippe Pellaton. Si les blancs ne connaissent pas la crise, ils ne pèsent que 12 % dans la production de la cave, derrière les rosés (19 %) et les rouges (69 %). "On essaie de les travailler à la bourguignonne", confie le président de Maison Sinnae. Pour les rosés, qui prennent "le train en marche" de la tendance, de nombreuses IGP viennent à s'y intéresser.

Une ambition commerciale : 25 % de produits 'Maison Sinnae'

L'ambition commerciale de la cave fraîchement renommée est affichée par le président : parvenir à 25 % de produits marqués du sceau 'Maison Sinnae', en augmentant la diffusion notamment à l'export, pour ainsi peser "1,5 million de cols d'ici quatre à cinq ans", affiche Philippe Pellaton.

Philippe Douteau


Philippe Pellaton a affiché les objectifs "verts" de la nouvelle entité : déjà certifiée RSE niveau exemplaire, Maison Sinnae proposera les premières cuvées certifiées HVE début 2020, avec 14 vignerons impliqués.

GardMaison Sinnae Philippe Pellaton Côtes du Rhône