Machinisme : les tendances, pour le Noël des grands…

Publié le 22 novembre 2019

Pour les milliers de visiteurs attendus, les organisateurs ont concocté des surprises dans la découverte des animations et autres temps forts tout au long de ces trois jours.

La tenue d’un salon tel que le Sitevi est toujours un évènement. Comme les vitrines de Noël de notre enfance, tracteurs rutilants, interceps flambant neuf ou pulvérisateurs dernière génération mettent des étoiles dans les yeux des agriculteurs. Ces derniers n’auront d’ailleurs sans doute pas manqué, en amont du salon, de faire le point sur leur trésorerie pour connaître leurs capacités de casser leur tirelire… Et, comme pour le sapin des petits, les nouvelles technologies ont le vent en poupe !

Au-delà des matériels primés, Sitevi est toujours l’occasion de déambuler dans les allées pour voir les dernières innovations conçues par les fabricants. Et, à ce titre, les tendances sont encore marquées cette année, comme le confirme Renaud Cavalier, conseiller agroéquipement et nouvelles technologies, à la Chambre d’agriculture du Gard : outils d’aide à la décision (OAD), travail du sol, pulvérisation, robots, drones et capteurs constituent sans nul doute les tendances du millésime.

Sur le thème des OAD, l’électronique embarquée continue à se faire une place au soleil dans les cabines. “On parle ici de praticité et d’ergonomie, avec de l’électronique embarquée qui facilite à la fois la conduite du tracteur et simplifie les actions de conduite, une touche déclenchant plusieurs mises en mouvement d’outils”, note le conseiller gardois.

Débuts du ‘Label Pulvé’

Le travail du sol est toujours en vogue, d’autant plus ces dernières semaines avec le débat sur la disparition des herbicides, l’arrêt du glyphosate ou la consultation sur les zones de non-traitement (ZNT). Le Sitevi servira d’ail­leurs de rampe de lancement au ‘Label Pulvé’, lancé en juin dernier à l’occasion du premier workshop européen Innoseta. Pour rappel, ce ‘Label Pulvé’, lancé par un groupe de travail national créé en 2018, met en œuvre une classification agroenvironnementale des pulvérisateurs1. “Nous ne sommes pas encore en mesure de proposer aux agriculteurs des pulvérisateurs sous label, même si certains constructeurs sont prêts. L’essentiel est qu’il va maintenant monter en puissance. Mais, surtout, les utilisateurs y verront beaucoup plus clair sur le choix des matériels, en particulier dans le cadre de dossier PCAE. C’est un outil qui va enfin permettre de classer les matériels en fonction de la qualité de la pulvérisation. Ça a fait grincer des dents certains constructeurs, mais c’est la tendance, et finalement, la machine est lancée”, note Renaud Cavalier.

À l’occasion du Sitevi, certains pulvérisateurs seront d’ailleurs mis en avant pour leur capacité à réduire la dérive et les ZNT à venir. “C’est en plein dans l’actualité avec le débat autour des zones de non-traitement.” En effet, certains pulvérisateurs rentrent pleinement dans les outils qui permettront de réduire les ZNT : par exemple, en viticulture, les face-par-face à jet porté ou les panneaux récupérateurs, qui permettront de passer respectivement à 5 mètres et 3 m les ZNT ; ou en arboriculture, les pulvérisateurs à ventilation axiale ou tangentielle, qui permettront, là-aussi, de les réduire respectivement à 10 m et 5 m.

La bataille des robots est lancée

Au Sitevi, nul doute que les stands des trois opérateurs proposant des robots viticoles verront l’affluence des grands jours, tant ces innovations sont en passe de révolutionner le secteur. Le Sitevi 2019 lance donc officiellement la bataille des robots avec, sur le champ d’opération, Ted (Naïo Technologies), Bakus (VitiBot) et la gamme de robot mobile polyvalent et autonome pour les cultures végétales PUMAgri (Sitia). “Les robots autonomes sont la solution pour résoudre les problématiques de personnel. Aujourd’hui, cela devient de plus en plus compliqué”, reconnaît Renaud Cavalier, qui prévient : “Mais il est ?nécessaire aussi d’être patient, car nous n’en sommes qu’aux balbutiements. Il faudra encore quelques années, et ces robots intéresseront surtout les filières et les régions où la valeur ajoutée permet le financement de tels investissements. Aujourd’hui, on a déjà quelques réponses sur les outils de travail du sol. Demain, il faudra adapter l’ensemble des matériels à ces robots nouvelle génération.”

Le salon sera aussi l’occasion de découvrir toutes les améliorations concernant la mise aux normes des cabines avec l’introduction des classes 4 (traitement de l’air et protection contre l’inhalation de produits phytosanitaires dans les cabines des tracteurs).

Sur les drones, la mode semble se ralentir, comme le confirme le technicien. “L’IFV a fait pas mal d’essais pour évaluer l’efficacité des traitements par drone. On sait que cela correspond à un traitement, mais que l’on n’a pas toujours des taux de couverture très élevés. Le recours au drone présente ainsi un intérêt en début de végétation. Après, le résultat est insuffisant en termes d’impact, surtout avec les produits de contact. Cela ne fonctionne vraiment qu’avec les produits de synthèse, ce qui écarte, de fait, les productions bio.” En revanche, les drones, grâce aux caméras multi-spectrales devraient être de précieux alliés pour la fertilisation, l’observation de zone de carences… “Mais, en cultures spécialisées, contrairement aux grandes cultures, les pulvérisateurs ou les épandeurs à engrais ont très peu d’équipements permettant de géolocaliser la fertilisation ou la pulvérisation”, concède Renaud Cavalier. Une piste à creuser donc…

Dans tous les cas, sur les capteurs et autres caméras, l’innovation se trouve surtout sur le développement des capteurs GPS LoRa, sans abonnement : “Ils sont compétitifs en termes de prix, présentent a minima cinq ans d’autonomie. C’est intéressant pour suivre le matériel ou les détections de mouvements, de vibrations et de flux, en irrigation notamment”, conclut-il.

Céline Zambujo


Renaud Cavalier présente ses deux nouvelles créations : la nouvelle mouture de l’application gratuite ‘Desherb’Top’ et la barre de guidage Matrix 430 VF.

OPA - Service publicSitevi machinisme Renaud Cavalier