Les vignerons de Cap Leucate en marche pour produire “Plus et Mieux”

Publié le 20 février 2019

“Plus et Mieux” : c’est le slogan choisi par les Vignerons de Cap Leucate pour un retour vers des volumes corrects, tout en privilégiant une approche qualitative.

Les Vignerons de Cap Leucate ont tenu leur assemblée générale le 24 janvier dernier. Le président Joël Castany a exposé, à cette occasion, les éléments clés de la politique menée par la cave pour retrouver des volumes cohérents après les faibles récoltes de 2016 et 2017.

Reconquête des volumes. Tel est le mot d'ordre fixé par le conseil d’administration de la cave des Vignerons de Cap Leucate depuis 2018. Cette marche en avant pour retrouver un niveau de production plus conforme aux attentes ne se fera toutefois pas à n’importe quel prix, mais dans une logique de “Plus et Mieux”. C’est le slogan choisi par la cave pour illustrer ce retour vers des volumes corrects, tout en privilégiant une approche qualitative. Alain Gleizes, membre du bureau et président de l'association en charge du pilotage de la confusion sexuelle, a en ce sens présenté un bilan détaillé de la politique de confusion sexuelle menée depuis trois ans sur les 1 300 ha de vignoble de la cave. Grâce à cela, la pression liée aux vers de la grappe a été fortement limitée, et le rythme d’apport de la vendange à la cave a pu être convenablement étalé. “Au quotidien, cela s’est traduit par une cadence moyenne d’apport de 350 tonnes/jour”, détaille Joël Castany. “Habituellement, nous devions externaliser autour de 10 000 hl pour pouvoir faire face à trop d’apport d’un coup. Grâce à cet étalement, nous n’avons externalisé que 1 500 hl cette année, alors que nous avons retrouvé un volume de 62 000 hl, similaire à ce que nous faisions en 2015.” Après les petites récoltes de 2016 et 2017, la couverture du vignoble en confusion sexuelle porte donc ses fruits. Ce projet arrive dans sa troisième année, et a été mené en association entre les coopérateurs de la cave et les vignerons indépendants. “A terme, nous nous sommes fixés l’objectif de gain moyen de 6 hl/ha, grâce à ce projet de confusion sexuelle”, définit Joël Castany.

La conversion en bio, un débouché pour les vignes concernées par la crise du muscat

La conversion en agriculture biologique constitue un deuxième axe de transition dans les orientations de la cave. Christophe Jaulent, président délégué vignoble et chai, a ainsi développé le travail effectué sur cette thématique. En plus des 30 ha déjà certifiés, 100 ha supplémentaires sont maintenant en phase de conversion. Ce sont ainsi pas moins de 15 producteurs, qui se sont lancés en première année de conversion lors de l’exercice. “La plupart de ces vignes s’inscrivent dans une logique de conversion des blancs, en particulier à cause de la crise du muscat”, précise Joël Castany. Même si l’ombre du mildiou a plané lors de cette campagne et provoqué quelques sueurs froides chez ces néo-convertis, le vignoble des adhérents a, dans l’ensemble, été épargné. Christophe Jaulent s’est ensuite exprimé sur le programme de reconquête de friches sur le plateau de Leucate. Grâce au financement de l’Union européenne, ce programme a permis d’installer 14 ha de vignes sur des sols extrêmement caillouteux qui ont ainsi pu être aménagés en vue de la plantation. Joël Castany abonde également sur un autre aspect de la politique de reconquête du foncier établie au sein de la cave. “A Montpezat, la cave a récupéré une zone de plus de 100 hectares. Cela a permis la consolidation de 15 exploitations et l’installation de deux jeunes.” Au rang des projets innovants d’amélioration du vignoble, Lilian Copovi, président délégué aux dossiers financiers et innovation, a, quant à lui, fait un point sur l’irrigation. Un programme de réutilisation des eaux permet déjà d’irriguer 16 ha de vignes à Roquefort, grâce à la collaboration menée avec BRL. 100 ha supplémentaires devraient être opérationnels d’ici trois ans, grâce à la nouvelle station d’épuration de Leucate-La Franqui. Moins qu’une augmentation majeure des rendements, c’est plus une stabilité de la production qui est recherchée par le biais de ce projet.

Olivier Bazalge


AudeCap Leucate viticulture assemblée générale rendement récolte