Les Cuma et le territoire

Publié le 29 octobre 2019

Evelyne Guilhem présidait à sa première assemblée générale le 16 octobre dernier à Limoux.

Pour mettre à jour la présentation de ses comptes, la fédération audoise des Cuma a tenu sa deuxième assemblée générale de l’année. La présidente, Evelyne Guilhem, en a profité pour exposer les priorités qu’elle s’est fixées pour accomplir au mieux sa tâche au service des adhérents.

On pourrait croire la fédération des Cuma de l’Aude atteinte du syndrome d’ “assemblée généralite” aigüe. En effet, ce 16 octobre, elle tenait sa deuxième assemblée générale (AG) de l’année 2019 dans les locaux de la cave de Sieur d’Arques, à Limoux. Mais après celle de février à Labastide d’Anjou, pourquoi une telle nécessité de se rassembler à nouveau ? “La Fédération de proximité Méditerranée (FPM), qui regroupait les fédérations Cuma des P-O, Aude, Hérault et Gard n’a finalement pas abouti comme espéré, mais la mise en place du processus nous avait beaucoup mobilisés, avec une prise de retard dans la présentation des comptes. C’est pour rattraper ce retard que nous avons fait deux AG cette année. Les comptes 2015 et 2016 ont été présentés en février, puis les comptes 2017 et 2018 maintenant. Nous reprendrons un processus normal lors de la prochaine AG de mars, où nous présenterons les comptes 2019 !”, s’amuse Evelyne Guilhem, présidente de la fédération des Cuma de l’Aude, depuis le départ de Guy Bondouy en février.

Investir au profit du tissu économique local

Outre la mise à jour des comptes, cet évènement aura été l’occasion d’exposer le bilan des demandes de subventions déposées en 2019 auprès du Département, la Région et l’Europe par les Cuma audoises. 19 dossiers, dont 17 en zones défavorisées, ont pu être remplis par 9 Cuma d’élevage, 3 céréalières, et 7 viticoles. Cela représente une demande de subvention totale de 289 940 € pour un montant d’investissements établi à un peu moins de 1,2 M€.

Par ailleurs, le Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles (PCAE) a également permis à 6 Cuma d’obtenir des subventions à hauteur de 37 824 € pour presque

100 000 € d’investissements. “Le montant total d’investissements en matériel neuf sur 2019, de la part des Cuma départementales, s’élève donc à presque 1,3 M€. 72 % des demandes d’investissements ont été faites auprès de concessionnaires audois, 24 % de concessionnaires d’Occitanie, et seulement 4 % dans une autre région française. Nous le répétons à chaque fois, mais les investissements de nos Cuma profitent à l’ensemble du tissu économique local”, tient à souligner Jackye Sicard, l’animatrice départementale de la fédération.

Pour cette dernière, cette AG avait toutefois une saveur particulière. Après 29 ans de bons et loyaux services, Jackye Sicard a été saluée à hauteur de la quantité de travail qu’elle a abattue au service des Cuma audoises. La large assemblée présente s’est ainsi levée pour rendre hommage à cette femme à l’énergie irremplaçable. “Arrivée sur la pointe des pieds, en ne connaissant pas grand-chose des pratiques agricoles, ta timidité te poussait à tes débuts à rester le dos tourné à la salle pour ne pas croiser le regard des gens. Aujourd’hui, nous confions les tâches que tu remplissais à plusieurs personnes tant tu étais devenue l’élément central et moteur de notre fédération”, a lâché une Evelyne Guilhem, pleine d’émotion, au moment de saluer le parcours de l’animatrice.

Rôle d’économie sociale des Cuma

Ces derniers temps, Jackye Sicard a notamment pu travailler sur l’emploi partagé au sein des Cuma, “véritable fer de lance de notre fédération depuis deux ans. Les présidents nationaux se sont à présent saisis du dossier, en voyant les résultats positifs en termes de création d’emploi sur le territoire”, a-t-elle mis en avant. Continuer le développement de l’emploi partagé constitue d’ailleurs l’une des priorités du mandat de la présidente Evelyne Guilhem.

Cette assemblée générale en terres limouxines était en effet l’occasion, outre les galéjades culinaires comparant la fameuse fricassée locale et le non moins mythique cassoulet du Lauragais dégusté en février, du premier rapport moral de la nouvelle présidente.

Olivier Bazalge


AudeCuma assemblée générale Evelyne Guilhem