Le temps du carignan

Publié le 23 juillet 2019

Leur cuvée

Après le temps de la dégustation, la moisson des médailles a conclu la 5e édition du concours 100 % carignan. Animée par la Confrérie des vins et produits del païs de Thongue-Peyne-Libron, avec les Vignerons indépendants de l'Hérault, Coop de France et Carignan renaissance, la remise des six prix a eu lieu au domaine des frères Delmas. Les hôtes n'avaient d'ailleurs pas été choisis au hasard...

Le 23 mai, 20 échantillons de cuvées 100 % carignan étaient dégustés par un jury qui en a retenu six, comme le veut la tradition du concours. Trois médailles d'or et trois médailles d'argent ont été remises en main propre aux vignerons lauréats, le 2 juillet, lors d'une soirée à la Villa Delmas, le domaine de Jocelyn et Fabrice Delmas, à Saint-Thibéry, dans l'Hérault.

La signature d'une région

Quelques jours après l'épisode de sécheresse qui s'est abattu en région, et sur une grande partie des vignobles, le carignan a souffert. Jocelyn Delmas déplore environ 50 % de pertes sur le cépage, planté sur 2 ha. "Une vigne de syrah non poudrée (au soufre, ndlr), a été touchée à 40 %", note aussi le vigneron.

En guise de "consolation", les frères Delmas, déjà lauréats d'une médaille d'or pour leur “Carignan méchant” en IGP Côtes de Thongue (rouge, 2018), ont aussi reçu un prix Coup de cœur du jury pour cette même cuvée, a annoncé Alain Almes. Le grand maître de la Confrérie entend bien conserver l'exclusivité du carignan dans son concours, "pour se distinguer des autres qui n'affichent pas du 100 %", a ajouté Bernard Augé, directeur de la Fédération des IGP de l'Hérault. "C'est une signature du Languedoc, un cépage emblématique", a-t-il rappelé, tout en sachant que sa provenance originelle est espagnole.

Introduit en France "pour colorer les aramons", raconte Guy Bascou, qui a à nouveau présidé le jury cette année, le carignan peut tout autant "donner des vins durs, comme d'une grande noblesse, selon les endroits", a résumé le père de l'AOC Picpoul de Pinet, longtemps "amoureux" du cépage qui révèlera tout son potentiel aromatiques, grâce à la macération carbonique.

Premières cuvées, première médaille

Les six vins médaillés lors du concours (trois d'or, trois d'argent) ont validé la démarche de leurs faiseurs, fervents défenseurs du carignan. Outre la cuvée de la Villa Delmas, Le p'tit Casot des Vignerons des Côtes d'Agly (IGP Côtes Catalane, 2016), le rouge du Domaine de Familongue (Pays d'Hérault IGP Mont Baudile, 2018) et La Maem rouge de Lou Belvestit (IGP Côtes de Thongue, 2017), ont séduit en rouge. Côté blanc, le carignan du domaine La Grangette (IGP Côtes de Thau, 2017, blanc) et l'IGP Coteaux de Béziers du Domaine Emile & Rose se sont démarqués. Belle reconnaissance pour Marc Royo et son épouse Anne-Laure, qui signent là leur premier millésime, après avoir repris le domaine de Corneilhan en 2018. En agrandissant les parcelles bio, ou en conversion, de 9 à 16 ha, le couple propose déjà "16 cuvées différentes", confie Marc Royo. Les néo-vignerons comptent creuser leur jeune sillon en vendangeant manuellement et en élevant en amphores. "On a des jarres de 300 litres où l'on vinifie notamment une cuvée spéciale, toutes parcelles confondues, la Potion de Marcel, un vin orange", signale l'heureux lauréat du concours. Leur carignan blanc vieilles vignes est d'ailleurs élevé cinq mois en amphore, pour un rendu plus minéral.

Philippe Douteau


HéraultHérault carignan dégustation concours 100 % carignan