Le Mas des agriculteurs, “pépite d’argent”

Publié le 12 janvier 2021

Lancé en 2013, il aura fallu attendre 2019 pour que le projet du Mas des agriculteurs aboutisse. © Ph. Douteau

Le Mas des agriculteurs a été reconnu “pépite d’argent” des Chambres d’agriculture. L’année 2020 a été atypique pour tous les agriculteurs, pour le magasin nîmois aussi. Malgré les imprévus, le bilan est positif pour le magasin, et surtout pour les agriculteurs.

Deux ans après la tenue de la première convention nationale du réseau des Chambres, en septembre 2018, en présence du Premier ministre d’alors, Édouard Philippe, le réseau des Chambres d’agriculture s’est à nouveau réuni, le 16 décembre dernier, pour la deuxième édition en format 100 % digital pour cause de Covid. Après avoir débattu sur le projet stratégique 2019-2025 des Chambres, les enjeux des transitions, l’impact des crises, les attentes sociétales, la communication positive, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, était à la manœuvre pour remettre les prix des "pépites" du réseau des Chambres.

Le Mas des agriculteurs : un projet d’ampleur

Sur les 213 "pépites" remontées du réseau des Chambres pour leur caractère innovant, structurant ou inspirant par rapport aux quatre axes du projet stratégique (accompagner l’agriculture dans ses transitions ; créer de la valeur dans les territoires ; faire dialoguer agriculture et société ; s’engager et faire réseau), 17 projets ont été sélectionnés. Parmi eux, Le Mas des agriculteurs, à Nîmes, a remporté la "pépite" d’argent dans la catégorie ‘Création de valeur et bioéconomie’.  La démarche gardoise a retenu l’attention par l’ampleur de son projet, qui concerne plus de 3 500 agriculteurs, 3 000 références de produits locaux, ainsi que par son montage. Ce dernier a en effet été conçu de manière collective, puisqu’il associe la Chambre d’agriculture (porteuse du projet), la SAS Maison des producteurs (gérant du magasin) et les partenaires financiers (Région Occitanie et Département du Gard).

Le concept du prix juste pour les agriculteurs - comprenez un prix de vente défini selon les coûts réels de production -, ainsi que pour les consommateurs a été l’autre atout qui a séduit le jury. Sans oublier la diversité des services proposés, soit un magasin de vente de 960 m2, une boucherie, un drive, un restaurant gastronomique, une plateforme d’approvisionnement local pour les professionnels de la restauration collective. 

Bilan plus que positif

Si le projet est une réussite aujourd’hui, sa réalisation n’a pas été simple. "L’ouverture en juin 2019 a été tout sauf un long fleuve tranquille. Ce fut l’aboutissement d’un long projet débuté en 2013 sous la mandature de Dominique Granier. Nous avons pu présenter aux actionnaires, lors de notre assemblée générale, pour la première année d’exploitation, qui couvre 6 mois, soit du 26 juin 2019 au 31 décembre 2019, un résultat  financier positif. Et cette tendance s’est confirmée en 2020, malgré les circonstances pénalisantes dues au Covid", indique Patrick Viala, président de la SAS Maison des producteurs. "Pari réussi", pour Magali Saumade, la présidente de la Chambre d’agriculture du Gard. "Nous voulions créer un vrai outil économique pour les agriculteurs. On mesure les réelles retombées économiques, avec des volumes conséquents achetés aux producteurs et des prix rémunérateurs qui intègrent nos coûts réels de production. Nous avons désormais la logistique et le savoir-faire", se réjouit-elle.

Après 18 mois de fonctionnement, le bilan est donc plus que positif, et le choix du circuit court confirmé. Et pour cause. Malgré les restrictions de déplacement pendant les confinements, les consommateurs ont bel et bien répondu présents. "Notre volonté désormais est de développer les partenariats avec les collectivités pour accroître la part des produits gardois dans les cantines", indique Magali Saumade. Pour inciter les consommateurs, locaux comme touristes, à jouer la carte du local, il faudra aussi continuer à innover. Ce qui passera notamment par la poursuite de la mise en avant régulière des produits et des producteurs. Ainsi, après l’opération oignons doux des Cévennes, en octobre dernier, c’est la truffe noire du Gard qui sera mise à l’honneur ce week-end. Quant à l’ouverture du restaurant gastronomique, la réponse est... dès que les restrictions sanitaires seront levées.

Florence Guilhem et Maguelonne Méric (Chambre d’agriculture du Gard)


GardMas des agriculteurs Chambre d'agriculture du Gard producteurs Covid-19 bilan