Le domaine de Ravanès présente son partenariat avec Twil

Publié le 21 mai 2019

L’appli Twil était présentée au domaine de Ravanès, propriété de Marc Benin (à gauche) et bientôt reprise par son fils Axel (au centre) en présence de Erwann de Barry, fondateur de Twil.

Le 8 avril, le domaine de Ravanès, près de Béziers, recevait Erwann de Barry, fondateur de l’appli Twil. L’occasion de parler du lien entre le digital et le vin.

Avec l’appli Twil, il s’agit de repenser le lien entre le consommateur et le vigneron. Pour présenter cette nouveauté, son fondateur, Erwann de Barry, avait fait le déplacement chez Marc Benin, du domaine de Ravanès (34), l’un des vignerons référencés sur l’appli. Erwann de Barry est fils de vigneron provençal et a créé Twil, car “le vin est un produit d’émotion. L’application est dédiée aux consommateurs qui, lorsqu’ils aiment un vin, peuvent photographier l’étiquette, et acheter directement chez le vigneron (à raison de six bouteilles de vins minimum)”. A ce jour, l’appli recense un demi million de vins référencés dans la base. Nous comptons quelque 2 000 producteurs sur la plateforme appelée “The wine I love” (Twil). “Nous travaillons fortement sur l’expérience client et utilisateur.” Il précise que Twil n’achète pas et ne stocke pas de vin. Cela fonctionne comme un compte de monnaie et sa société reçoit 15 % du pourcentage de la vente, c’est une commission d’argent. “C’est plus authentique”, explique encore Erwann de Barry. “Il y a une relation directe et plus intime avec le vigneron. Nous revendiquons une vente de 25 000 vins, dont 1 700 vins du Languedoc, c’est près de 10 % de ma base. Sur la plateforme Twil, le Languedoc et la Vallée du Rhône sont bien référencés”, ajoute Erwann de Barry. “A chaque fois qu’il y a un scan d’une étiquette, même si nous n’avons pas enregistré le vigneron, nous pouvons rediriger le consommateur vers d’autres vins d’une même appellation.”

Une solution pour la vente directe

Au domaine de Ravanès, Marc Benin privilégie la vente de vins de garde et les marchés de niche. Le domaine en bio s’étend sur 35 hectares, et réalise dix cuvées différentes avec 14 cépages. “Nous nous sommes faits connaître par l’intermédiaire des marchés étrangers. Nous sommes présents sur Internet depuis plus de 20 ans, car nous y avons cru assez vite. Tout naturellement, nous avons commencé à travailler avec Twil dès 2014. Pour nous, n’étant pas présents sur le marché de la grande distribution, c’est une corde de plus à notre

arc pour vendre en direct nos vins aux consommateurs, avec lequels, nous avons des commandes régulières”, explique le propriétaire du domaine de Ravanès. “Je choisis les vins que je souhaite proposer sur Twil. A ce jour, je revendique une vingtaine de références sur l’appli. Il y a aussi des clients qui m’appellent pour des conseils sur le millésime par exemple.” Marc Benin est un ambassadeur. “Il est en bio et produit des cépages oubliés de la région. C’est ce que les gens apprécient”, se félicite Erwann de Barry.

Anne-Solveig Aschehoug


HéraultDomaine de Ravanès Twil vin Erwann de Barry Marc Benin