La Région construit le port vert de demain

Publié le 26 juillet 2022

Le terre-plein de 11 hectares où sera installée la base arrière des deux projets d’éoliennes en mer flottantes. © M. Masson

L’éolien arrive en Méditerranée. Le 23 juin, la Région Occitanie et ses multiples partenaires ont inauguré la nouvelle concession portuaire, opérationnelle depuis un an et la livraison des premiers chantiers de l’infrastructure, au cœur de l’éolien flottant en Méditerranée.

Situé au 15e rang des ports de commerce français, Port-la-Nouvelle est le 3e port méditerranéen français en termes de tonnages, avec un trafic de 1,5 million de tonnes par an (hydrocarbures, minéraux et céréales). Aujourd’hui, la Région Occitanie, propriétaire du port de Port-la-Nouvelle, a l’ambition de “faire de ce port, celui de la transition énergétique de la Méditerranée occidentale”, s’est exprimé Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, le 23 juin, lors de l’inauguration du chantier. La Région Occitanie veut faire le pari de la production de l’hydrogène bio pour les transports de demain, mais aussi des énergies maritimes renouvelables (EMR), s’appuyant sur “la situation géopolitique en Ukraine qui rend, de plus en plus urgente, la souveraineté énergétique et alimentaire en France”, selon Carole Delga.

La première tranche du terminal éolien livrée

Afin d’opérer cette profonde mutation, un chantier d’envergure (d’une durée de quatre ans) est en cours. La Région a mobilisé un budget de 234 millions d’euros sur la première tranche de travaux, aux côtés du Département de l’Aude et de l’Agglomération du Grand Narbonne (30 M€), ainsi que de l’État qui participe à hauteur de 30 M€.
L’extension de l’infrastructure porte d’abord sur la construction d’une nouvelle digue nord de 2,5 kilomètres et le prolongement de la digue sud sur 600 mètres, livrables d’ici 2023. La fabrication des acropodes, ces blocs de béton qui constituent la digue, est assurée par une usine installée par le groupe Lafarge sur le port. Environ 17 500 acropodes sont prévus à terme. 

L’éolien en mer, le cœur du projet

Étendre le port, c’est aussi pour y construire un terminal éolien constitué d’un quai colis lourd de 250 m, dragué à – 11 m, adossé à un terre-plein de 11 hectares, où sera mise en place la base arrière des deux projets de fermes pilotes d’éoliennes en mer flottantes qui commenceront à s’installer en 2022, et seront livrées dans leur totalité d’ici 2025. Ce projet comprend la réalisation de digues de 3 km délimitant le bassin au nord et au sud, d’un quai lourd et du terre-plein associé de 7 hectares et d’une opération de dragage pour permettre l’accès au quai. La création du quai lourd “permettra de développer des activités de construction, d’assemblage, d’installation et de maintenance des éoliennes pilotes”, explique Yann Wickers, directeur général de la Société d’économie mixte à opération unique (Semop) Port-la-Nouvelle.

La Région souhaite également monter un projet de ferme commerciale d’ici 2028. “Une extension de ce terminal éolien est déjà prévue”, précise Carole Delga. “Il devrait s’étendre sur 23 hectares supplémentaires qui seront dotés d’un nouveau linéaire de quai de 300 m et des zones de stockage et d’assemblage d’éoliennes”. La Semop, en charge des travaux d’aménagement, devrait livrer d’ici 2025 un terminal ‘multi-vracs’ doté de deux nouveaux quais et d’un poste de déchargement de vrac liquide dans un nouveau bassin de 14,5 m de tirant d’eau, poursuit Yann Wickers. Pour finir, “une zone d’activité logistique portuaire de 70 hectares sera livrée à l’arrière du port en 2025”, ajoute le directeur général de la Semop. Le port, qui, historiquement est déjà relié au réseau ferroviaire, sera également entièrement équipé de voies ferrées. Au total, 200 personnes sont mobilisées sur le chantier. “À terme, 1 500 emplois seront créés sur le port”, affirme Carole Delga. 

Dynamiser le trafic portuaire

Le projet Eolmed prévoit l’installation d’un parc pilote de trois éoliennes flottantes de 10 MW au large de Gruissan (45 m de long pour 17 m de haut). Toutefois, ce sera le projet EFGL qui installera la première éolienne en mer en 2023, selon les prévisions établies. Eolmed devrait installer les siennes en 2023. La seconde phase des travaux concernera l’équipement du port, afin de développer les activités de ce dernier via des entreprises privées. “Un port est un écosystème local et international. Aujourd’hui, il existe peu de capacités portuaires entre Barcelone et Marseille. Le projet qu’on est en train de réaliser à Port-la-Nouvelle est le plus grand projet portuaire depuis Port 2000, au Havre, réalisé il y a 20 ans”, raconte Steven Bouckaert, président du consortium Nou Vela, en charge d’équiper le port. “Port-la-Nouvelle est un port d’avenir qui répondra à de nombreuses problématiques, qu’elles soient françaises ou mondiales et notamment en matière d’approvisionnement énergétique comme alimentaire”, souligne-t-il. Céréales indispensables à l’autonomie alimentaire du bassin méditerranéen, augmentation de la capacité des bateaux de transport pour l’ensemble des marchandises, solides et liquides, sont les conditions sine qua non de la réussite du projet. Car, comme l’appuie le directeur général de la Semop, “nous misons sur le vrac liquide et nous avons l’ambition de faire croître les volumes de céréales à l’export, tout en augmentant le vrac traditionnel. La surface du port va ainsi passer de 60 à 120 ha. De la sorte, le port cible un trafic de 6 millions de tonnes à l’horizon 2030, soit quatre fois plus qu’en 2021 (1,55 Mt). Ces modernisations vont créer un appel d’air sans entrer en concurrence avec les autres ports de la région, tels que Sète et Port-Vendres”, affirme-t-il.

“Port-la-Nouvelle est résolument engagé sur la voie de la transition énergétique. Aujourd’hui, notre partenariat, noué autour de la Semop-PLN et des acteurs industriels de premier plan, nous permet d’accélérer la transition vers les énergies vertes et des filières d’avenir”, conclut Carole Delga.

Margaux Masson


OPA - Serv. publicsPort-la-Nouvelle éolien transition énergétique énergies renouvelables