La convocation de deux viticulteurs audois met le feu aux poudres

Publié le 14 juin 2022

Les vignerons en colère ont manifesté pendant plus de trois heures, alimentant un brasier sur la 2x2 voies reliant Carcassonne et Trèbes. © M. Masson

Les vignerons ont manifesté leur colère devant le siège de l’Office français de la biodiversité, jeudi 2 juin, à Trèbes, à la suite de la convocation de deux viticulteurs concernés par un contrôle relatif aux usages de produits phytos dans la Zone de non-traitement (ZNT).

Jeudi 2 juin à l’aube, ils étaient près de 150 agriculteurs à s’être rassemblés devant l’Office français de la biodiversité (OFB), à Trèbes, à la suite d’un “appel à mobiliser” lancé par le Syndicat des vignerons de l’Aude sur les réseaux sociaux, afin de défendre Marc et Christophe, père et fils viticulteurs à Névian, qui, il y a près d’un mois, ont fait l’objet d’un contrôle des agents de l’OFB sur leur exploitation. Une visite dédiée au respect de la réglementation en vigueur depuis 2006 sur les Zones de non-traitement (ZNT), des bandes de 5 mètres de large, à proximité des cours d’eau ou des stations de pompage, sur lesquelles il est interdit d’utiliser des produits phytosanitaires pour désherber. La peine encourue est lourde. En effet, le code rural prévoit – en cas de non-respect de la réglementation sur les produits phytosanitaires – une peine pouvant aller jusqu’à 150 000 € d’amende et six mois d’emprisonnement. 

Un message de colère

“C’est la goutte de trop. Nous sommes contrôlés en permanence et nous subissons déjà énormément de pression de la part du ministère de l’Agriculture entre le bio, l’arrêt, voire l’interdiction des produits phytosanitaires pour des salaires loin d’être mirobolants”, s’agite un viticulteur présent à la manifestation pour “envoyer un message de colère face aux excès et dérives de ces contrôles”. 

La mobilisation a été organisée par le Syndicat des vignerons de l’Aude, la FDSEA 11 et la Chambre d’agriculture du département. Leurs représentants Frédéric Rouanet, Jean-Pierre Alaux et Philippe Vergnes faisaient partie d’une délégation reçue à l’OFB, afin de s’opposer à l’intrusion “d’agents armés dans les vignes”, mais aussi pour défendre “ces viticulteurs injustement poursuivis”. Une douzaine d’autres agriculteurs concernés par des procédures en cours sur ces mêmes ZNT, s’insurgent “de ne plus pouvoir travailler. Il n’y a pas un seul cours d’eau qui n’est pas répertorié pour ces ZNT (...). C’est déjà compliqué avec les aléas météorologiques, le réchauffement climatique et les exigences toujours plus fortes en matière d’agriculture émises par le gouvernement !”

Un bilan nuancé

Peu après, la 2x2 voies entre Carcassonne et Trèbes a été bloquée par les manifestants, allumant le feu avec des pneus et alimentant régulièrement le brasier, empêchant toute circulation pendant plus de trois heures, alors que les discussions se poursuivaient dans les locaux de l’OFB. Avec une issue “en demi-teinte” pour le président du Syndicat des vignerons de l’Aude, qui se dit “à moitié satisfait. On a obtenu la suspension de toutes les auditions à venir pour les autres viticulteurs. Les vignerons concernés ont fait les choses de façon correcte : ils n’ont pas déversé de glyphosate dans les cours d’eau. Une réunion permettra d’examiner les dossiers. Ainsi, il n’y aura plus de contrôles sur les ZNT cette année”. La possibilité d’un déplacement du directeur national de l’OFB a également été évoquée pour mettre en place “une façon de travailler plus pédagogique”. Frédéric Rouanet insiste pour que les “agents soient désarmés quand ils viennent dans les vignes et que les viticulteurs soient également prévenus”. 

Margaux Masson


AudeSyndicat des vignerons de l'Aude Frédéric Rouanet mobilisation