L’Occitanie met le cap sur l’agriculture durable

Publié le 24 mars 2020

Carole Delga : “Ces contrats permettront de soutenir les exploitations qui n’ont parfois plus ou pas les moyens d’investir aujourd’hui, et aideront les agriculteurs à atteindre les objectifs qu’ils se seront eux-mêmes fixés”.

Pour répondre à l’urgence climatique et aux attentes des citoyens, la Région Occitanie lance des actions pour favoriser la consommation locale et soutenir les producteurs.

Le Pacte régional pour une alimentation durable est, depuis 2018, l’un des axes forts de la politique régionale occitane, bâti à l’issue d’une consultation citoyenne. “Avec ce pacte, la Région a souhaité donner une nouvelle direction à l’agriculture régionale, impliquant des pratiques agricoles prenant mieux en compte les enjeux environnementaux. Nous devons donc aller plus loin pour accompagner nos agriculteurs dans la transition agroécologique vers un nouveau modèle agricole durable et juste pour tous, qui leur permette de vivre de leur activité, qui préserve la santé et l’environnement, et crée des emplois”, déclarait Carole Delga, lors de l’assemblée plénière de la Région, le 6 mars dernier, à Montpellier.

Pour ce faire, la Région a décidé de mettre en place des contrats d’agriculture durable adaptés au type d’exploitation.  Coût estimé : 90 millions d’euros. 

Ces contrats reposeront sur un accompagnement personnalisé des agriculteurs, qui s’engageront dans un projet stratégique, pour développer ou diversifier leur exploitation, répondant aux objectifs régionaux de transition. Chaque agriculteur sera suivi par un conseiller, qui l’aidera à réaliser un diagnostic global de son exploitation, de ses besoins, et à formaliser son projet de transition. L’agriculteur signera, par ailleurs, un contrat avec la Région, qui lui permettra de solliciter les aides financières les plus adaptées à son projet, afin de sécuriser la prise de risque liée au changement de pratique. Il est donc question de faire du sur-mesure et de s’adapter à chaque exploitation lors de la transition. “Ces contrats permettront de soutenir les exploitations qui n’ont parfois plus ou pas les moyens d’investir aujourd’hui, et aideront les agriculteurs à atteindre les objectifs qu’ils se seront eux-mêmes fixés”, insiste la présidente de Région. Ils seront expérimentés d’ici la fin de l’année, avant leur généralisation. 

Mesures supplémentaires

En parallèle, quatre mesures supplémentaires, issues du travail de concertation mené pour élaborer la stratégie régionale de l’agriculture durable, ont été identifiées et seront déclinées au travers de la création d’un forum des conseillers ; de la mise en place de tiers lieux au sein des lycées agricoles ; de l’association des citoyens à la mise en œuvre de la stratégie agriculture durable ; et en faisant de ‘Sud de France’ la marque de l’agriculture durable. Pour définir ces mesures, la Région a mené une démarche de co-construction ouverte et participative associant les agriculteurs, les élus, les acteurs locaux des filières et des territoires. “Les solutions imaginées ont été co-développées, puis testées avec un large panel d’acteurs représentatifs du monde agricole, fin janvier, à Toulouse”, rappelle Carole Delga.

Dans le détail, le forum des conseillers aura pour objectif de favoriser la montée en compétence et la mise en réseau, sur l’ensemble de la région, des conseillers agricoles. Les tiers lieux, créés au sein des lycées agricoles, permettront aux agriculteurs, citoyens, entrepreneurs du monde agricole et chercheurs, d’échanger, d’expérimenter et de collaborer pour faire évoluer l’agriculture vers de nouveaux modèles. Pour favoriser la solidarité entre citoyens et les agriculteurs, des rencontres seront organisées dans les ‘Maisons de la Région’, et un budget participatif dédié aux initiatives citoyennes sera lancé. Enfin, pour ce qui est de la marque ‘Sud de France’, la labellisation de points de vente de produits locaux et de qualité sera développée. 

Deux actions prioritaires du Pacte

La Région souhaite également établir, dans son Pacte pour une alimentation durable, deux actions prioritaires : la création d’une centrale alimentaire régionale (en test dès la rentrée 2020 au sein d’un panel de lycées pilotes), et des assises nationales de la distribution. L’objectif de la centrale alimentaire régionale sera de simplifier et d’accroître l’approvisionnement de la restauration collective en produits locaux, de qualité et bio, tout en favorisant l’accès de tous les producteurs aux achats régionaux. Elle renforcera ainsi l’opération ‘L’Occitanie dans mon assiette’, en proposant une solution clé en main aux établissements pour atteindre l’objectif de 40 % de produits locaux et de qualité dans les repas servis aux élèves. “Très concrètement, en faisant le lien entre l’offre et la demande, la centrale régionale permettra, d’une part, d’estimer les volumes de denrées alimentaires écoulées, et, d’autre part, aux producteurs agricoles de s’organiser pour répondre aux besoins”, précise la présidente. L’outil devrait être déployé progressivement à partir de janvier 2021.

Compte tenu de la “lourdeur” du projet, puisque 70 % de la distribution alimentaire provient de la grande distribution, la Région compte faire des partenariats de trois ans avec différentes enseignes dès la fin de l’été 2020, pour commencer. Dès courant avril, Carole Delga souhaite rencontrer les responsables des principales enseignes de la grande distribution afin d’obtenir d’eux une meilleure présence des produits régionaux dans les rayons des supermarchés d’Occitanie. “Si l’on pouvait progresser d’un tiers, ce serait bien. Et j’ai bon espoir de signer avec eux une charte de bonne conduite d’ici la fin de l’année”, confie-t-elle. Ces partenariats seront scellés sur la base d’une charte partagée autour de trois grands objectifs communs : renforcer l’approvisionnement en produits régionaux, les rendre plus visibles et plus accessibles, et assurer une meilleure répartition de la valeur entre producteurs et distributeurs.  

Si les élus régionaux ont adopté, en assemblée plénière, cette nouvelle stratégie pour accompagner la transition du modèle agricole régional, le Gardois Christophe Rivenq (LR) déclarait, à la tribune, qu’ “il y a beaucoup d’affichage là-dedans”. Les résultats des actions programmées donneront la réponse. 

Florence Guilhem


OPA - Service publicRégion Occitanie Carole Delga Pacte régional pour une alimentation durable Sud de France