hérault : Passage de relais à la cave Les Vignerons Montagnac Domitienne

Publié le 06 juillet 2021

De gauche à droite : Nicolas Michel, nouveau président de la cave coopérative Les Vignerons Montagnac Domitienne  ; Boris Calmette, ex-président de la cave ; et Jean-Marc Bouvier, directeur général de la cave (@ F. Guilhem).

Après son adhésion, fin mai, aux Vignobles Foncalieu, la cave coopérative Les Vignerons Montagnac Domitienne a adoubé sa nouvelle équipe de gouvernance lors de son assemblée générale, le 24 juin dernier, avec pour nouveau président, Nicolas Michel. Il sera épaulé dans ses nouvelles fonctions par Fabien Castelbou, vice-président, viticulteur à Cournonsec.

Bouger ou aller de l’avant, telle pourrait être la devise de la cave coopérative Les Vignerons Montagnac Domitienne, issue de la fusion des caves de Montagnac et de Cournonsec, en 2019. Un an plus tard, la pandémie du Covid-19 aurait pu briser l’élan initié. Rien de tout cela ne s’est produit. D’une part, "parce que la fusion des deux caves a permis de rassembler des hommes jeunes et formés, avec une forte envie de s’impliquer dans notre entité", d’autre part, "parce que la solidité financière de l’entreprise, avec plus de 13 millions d’euros de fonds propres, un chiffre d’affaires total d’environ 15 millions d’euros, et la mise en place, depuis plusieurs années, d’une assurance carence d’apports, nous permettent de passer sans encombre la période délicate actuelle liée à la crise sanitaire et au gel", indique Boris Calmette qui, le 24 juin dernier, a cédé son siège de président à Nicolas Michel, viticulteur à Montagnac. 

Pourtant, les résultats de la récolte 2019 (première année en structure fusionnée) sur les 2 500 ha de vignes couverts n’ont pas été au rendez-vous, avec un volume de 156 000 hl contre 175 000 à 180 000 hl en année normale, le coup de chaud de juin 2018, suivi d’un été caniculaire, ayant largement contribué à la faiblesse des volumes. Heureusement, le millésime 2020 est parti pour être un excellent cru tant sur le plan quantitatif que qualitatif, avec une montée en puissance de la production de rosé, qui devrait atteindre les 50 000 hl, pour une production totale, toutes couleurs confondues, de 175 000 hl. En revanche, la cave coopérative s’attend, suite à l’épisode de gel d’avril dernier, qui a touché l’ensemble de ses 450 adhérents, à une perte de volume comprise entre 40 et 45 %. Les dégâts les plus importants ont été constatés sur les cépages dédiés aux vins blancs et rosés. "En complément des mesures nationales d’accompagnement des agriculteurs impactés par le gel, notre coopérative mettra tout en œuvre pour accompagner ses adhérents", rappelait Boris Calmette, lors de sa dernière assemblée générale en tant que président.

Cap sur l’avenir et projets structurants

Pour faire face à la nette augmentation de la demande de vins rosés, la cave coopérative a pour objectif d’en produire plus et de qualité encore meilleure. Elle a donc décidé d’investir 1,9 million d’euros afin de s’équiper notamment d’un quai à râteaux égoutteur, d’un filtre tangentiel et d’une centrifugeuse. "Compte tenu de l’impact du gel d’avril dernier, ces investissements seront inscrits à l’exercice 2022", précise Jean-Marc Bouvier, le directeur général de la cave Les Vignerons Montagnac Domitienne. Cette recherche de qualité est aussi attendue par l’union coopérative des Vignobles Foncalieu, à laquelle la cave héraultaise a adhéré, le 27 mai dernier, en prenant des parts sociales.

Cette adhésion sert à la fois les deux entités. Elle permet à l’union coopérative audoise de changer de braquet, avec un volume de production annuelle atteignant désormais les 500 000 hl et une extension de son périmètre d’approvisionnement, allant de Montpellier à Carcassonne. Sans oublier un enrichissement de sa palette d’indications géographiques, les 2 500 ha de vignes de la cave coopérative héraultaise couvrant plusieurs appellations : AOC Languedoc, Picpoul de Pinet, Grès de Montpellier, IGP Colline de la Moure, Coteaux de Bessilles et Côtes de Thongue. La cave héraultaise cherchait, elle, à mieux valoriser sa production, aujourd’hui essentiellement commercialisée en vrac. Aussi, plutôt que d’investir dans une unité de conditionnement, avec un retour sur investissement risquant d’être long, elle a considéré plus judicieux de rejoindre Foncalieu, qui dispose de tous les moyens techniques et humains pour valoriser sa production. Sans compter sa force de frappe de l’export, puisque sur les 21 M de bouteilles produites, elle en commercialise 70 %. 

Par ailleurs, engagée fortement dans la transition agroécologique, la cave héraultaise a considérablement développé ses surfaces en HVE 3 et Terra Vitis, qui représentent aujourd’hui respectivement 1 360 ha et 405 ha. "Notre objectif est désormais d’arriver à 85 % contre 50 % actuellement en HVE 3", indique Boris Calmette. La coopérative a également décidé de lancer un bilan carbone de ses activités et de ses adhérents, ainsi qu’une démarche RSE (Responsabilité sociétale des entreprises), avec pour objectif de certifier l’entreprise en 2023, au plus tard. La première étape, consistant à l’élaboration de diagnostics, a été entamée en février dernier.

Favoriser l’installation des jeunes est également au cœur des préoccupations majeures de la cave coopérative. Engagée depuis 2015 dans le portage foncier, au travers de sa SCI ou en partenariat avec la Safer, la cave propose aussi, dans le cadre de sa politique d’accompagnement financier et technique des jeunes installés, des avances financières, une prise en charge partielle du coût assurantiel, celle des coûts des certifications environnementa-
les, un appui technique renforcé, soit "autant de mesures destinées à faciliter la tâche des jeunes adhérents lors des premières années d’installation", précise Nicolas Michel. Face à l’inflation des prisx du foncier et à la raréfaction des terres, liées notamment à la pression foncière, ainsi qu’à la nécessité de conserver des surfaces de vignes pour consolider son approvisionnement, la cave a bien compris que l’installation des jeunes est incontestablement une des clés d’entrée de sa pérennité.

Florence Guilhem


HéraultCave coopérative IGP Montagnac Cournonsec vignoble vin AOC Languedoc Picpoul de Pinet Grès de Montpellier IGP Colline de la Moure Coteaux de Bessilles Côtes de Thongue