Hérault : les aides départementales sont maintenues, en 2021, pour toutes les filières agricoles

Publié le 05 janvier 2021

Le président Kléber Mesquida a présenté, en assemblée plénière, le budget primitif 2021 du Département de l’Hérault qui s’élève à 1,5 milliard d’euros. © Département de l'Hérault

Bien que la crise du Covid-19 ait impacté les finances du Conseil départemental de l’Hérault, autour de 130 millions d’euros, ce dernier, lors du vote de son budget primitif 2021, du 14 au 15 décembre, a maintenu l’ensemble des crédits accordés à l’agriculture, soit plus de 20 millions d’euros.

Sur l’enveloppe globale du budget primitif 2021, soit 1,5 milliard d’euros, le Département a décidé de consacrer plus de 20 millions d’euros pour continuer à accompagner les producteurs face aux défis climatiques, environnementaux et au contexte de crise économique liée à la pandémie du Covid-19, ainsi que pour garantir le foncier, poursuivre l’irrigation et équiper les ports. “Au budget 2021, on a maintenu toutes les aides en direction de chaque filière, en dépit d’un budget départemental impacté en tous points par la crise du Covid-19", se félicite Jean-Luc Falip, vice-président délégué à l’aménagement rural, agriculture, viticulture, pêche et forêts. 

À la demande du président du Département, Kléber Mesquida, l’assemblée plénière avait déjà voté, dès avril, en plein confinement, des aides aux filières agricoles, pour un montant de 1,75 million d’euros. 800 structures professionnelles dans la viticulture, l’horticulture, l’élevage, la pêche, la conchyliculture et l’oléiculture en ont bénéficié, après étude de leurs dossiers par le Département, en collaboration avec les services de l’État, la Région et la Chambre d’agriculture de l’Hérault. Par ailleurs, en septembre dernier, pour la filière viticole, l’assemblée départementale a entériné le plan de soutien et le dispositif correspondant venant compléter l’aide nationale mise en œuvre par FranceAgriMer pour la distillation de crise. L’aide départementale est à hauteur de 2 €/hl et pour un volume de distillation supérieur à 10 hl et inférieur à 50 hl, avec une aide forfaitaire de 100 €. Le dispositif lancé en 2020 se poursuivra en 2021.

Assurer la pérennité de l’agriculture

C’est l’un des enjeux majeurs de la stratégie de développement agricole du Département. Que ce soit pour le maintien de l’agriculture, le développement de l’irrigation, les démarches environnementales via l’accompagnement pour l’obtention de la HVE, celle des labels, le soutien des cépages résistants avec de nouvelles plantations en collaboration avec les syndicats d’appellation dans les différents terroirs héraultais, la promotion des produits et vins locaux, etc., le Département consacrera en 2021 une enveloppe de 17 millions d’euros.

Sur l’enveloppe globale à plus de 20 M€, 12 M€ seront consacrés, en 2021, au ‘Schéma Hérault Irrigation’ 2019-2030. La priorité sera donnée à des projets de création et d’extension des réseaux secondaires, avec notamment l’installation de nouveaux tuyaux pour irriguer 2 000 ha supplémentaires dans la Vallée de l’Hérault. “Le Département accompagnera aussi la poursuite de la modernisation des réseaux existants, le conseil aux petits collectifs et aux exploitants individuels (< 100 ha)", ajoute Yvon Pellet, conseiller départemental délégué à la viticulture et à l’Observatoire viticole. Enfin, cinq sites de retenues hivernales (Abeilhan, Laurent Magalas, Pinet Est, Belles Eaux, Olivette) sont à l’étude, ainsi qu’un adducteur en aval du barrage des Olivettes.

En termes d’aménagement foncier rural, face au grignotage de la surface agricole utile dans les zones périurbaines, trois axes prioritaires ont été retenus : préserver ces espaces périurbains au travers des PAEN (protection des espaces agricoles et naturels périurbains) et du portage foncier (installation de jeunes viticulteurs avec les caves coopératives et la Safer : 11 partenariats seront finalisés en 2021) ; restructurer le parcellaire rural, notamment en faisant du stock foncier en amont du grand ouvrage public de la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan ; et aménager par des travaux hydrauliques et de mise en valeur des terres, via notamment des aménagements publics d’activités agricoles. D’ores et déjà, le Département contribue à la protection de 4 000 ha d’espaces agricoles en zones périurbaines (Verdisses, Vendres, Rouvièges, et bientôt Bassan/Corneilhan et Mireval/Vic-la-Gardiole).

Pêche et conchyliculture

Fortement impactés par la crise sanitaire et économique, les professionnels de la pêche et de la conchyliculture ont bénéficié d’une enveloppe du Département de 1,3 M€ en 2020. Une autre enveloppe de 1,5 M€, dans le cadre de cette crise, sera également octroyée pour ces professionnels et les agriculteurs.

Outre les dispositifs d’aide déjà mis en place dans le cadre de la crise liée au Covid-19, plusieurs projets vont être menés dans les ports départementaux. Au programme : amélioration des équipements de traitement de déchets conchylicoles du port de Mourre Blanc, à Mèze ; aménagement du quai sud des Nacelles au port de Mèze ; création d’un terre-plein au Barrou, à Sète, pour le stationnement et le stockage des marchandises ; et des travaux pour faciliter les accès et le fonctionnement de la criée sur le port du Grau d’Agde.

Pour développer le potentiel conchylicole de l’Hérault, une subvention a été votée pour la mise en œuvre de la stratégie conchylicole et du contrat de filière, ainsi que pour la promotion des produits de la mer. 

Florence Guilhem


HéraultBudget primitif aides départementales Département de l'Hérault