Gard : un climat d'incertitudes

Publié le 10 septembre 2019

Les Jeunes agriculteurs, la FDSEA étaient présents lors de la réunion avec les élus gardois, à l'invitation de la Chambre d'agriculture, le 30 août. Une initiative que la présidente Magali Saumade souhaite réitérer au moins une fois par an.

Si la présidente de la Chambre d'agriculture du Gard, Magali Saumade, veut raison garder, les perspectives de baisses de dotations des Chambres inquiètent. "J'attends les chiffres réels", a-t-elle déclaré lors d'une réunion en présence d'élus gardois, le 30 août. De plus, les événements climatiques récents vont aussi peser sur les trésoreries des exploitations.

Sans vouloir "tirer des plans sur la comète", la Chambre se mobilise pour éviter au maximum les coupes franches dans le budget. D'autant que cet été, l'agriculture gardoise a souffert de la canicule et des incendies à répétition, mais aussi de la grêle et d'une sécheresse couplée à un manque drastique de précipitations depuis fin mai. Les dispositifs prévus en aide aux agriculteurs ont été réclamés par les victimes et les organisations professionnelles agricoles gardoises.

Aléas climatiques : vers une année difficile

Une "année difficile économiquement sur toutes les filières" se profile pour la ferme Gard, prévient Magali Saumade. Suite au point organisé avec les parlementaires et sénateurs gardois à la Chambre d'agriculture (présents à l'exception des élus du Rassemblement national), la présidente dresse un constat peu glorieux pour les prochains mois. S'il est encore trop tôt pour un premier bilan des vendanges 2019, ces dernières n'augurent pas "une très bonne production", selon elle. La qualité s'évaluera dans un second temps. En fourrage, les récoltes accusent un repli de 30 %, et en zone non irriguée, il n'y a pas eu de seconde recoupe.

En céréales, ce n'est guère plus réjouissant - 3 t), et chez les arboriculteurs, c'est plus contrasté. Les fruits à noyaux ont "un peu" subi le gel, rapporte David Sève, président de la FDSEA du Gard. La catastrophe liée à la grêle dans la Drôme, causant - 20 % de la production, a permis de "changer la donne, malgré la concurrence espagnole". Celle de Pologne, en revanche, menace fortement les pomiculteurs français, en raison des "aides de l'UE qui permettent le développement des stations en Pologne".

L'épisode de canicule et d'incendies des 28 et 29 juin a concerné 3 500 ha, dont une grande partie de vignes échaudées suite à un recensement de mi-juillet. Groupama évaluait à 550 ha touchés par les incendies, d'après les premières déclarations.

Incendies : 851 ha de terres agricoles concernées

Outre la grêle du 7 juillet qui a touché jusqu'à 50 % de pertes de récoltes sur vignes, dans certains secteurs (Estézargues, Remoulins), les incendies des 30 juillet et 2 août, entre Générac et Vauvert, dont le second a causé la mort d'un pilote de tracker, ont sévi sur 1 268 ha, dont 851 ha de surfaces agricoles (1 043 ha à Générac et Saint-Gilles, et 225 ha à Vauvert). La Chambre d'agriculture fait état de 90 exploitants agricoles. Parmi eux, huit ne sont pas couverts par une assurance.

Le traitement complet des dossiers de calamités agricoles "peut prendre un an", annonce Jean-Louis Portal, secrétaire général de la CA30. La reconnaissance au sujet des fourrages a été engagée, ajoute Lydia Vautier, directrice de la Chambre, qui rappelle que les pertes de récoltes viticoles, en cas de grêle et d'incendies, n'entrent pas dans le cadre des calamités agricoles, car assurables. C'est ouvert aux éleveurs, sous certaines conditions, pour les fourrages. Mais le manque est généralisé, et peu d'exploitants peuvent dépanner leurs collègues, avec, comme corollaire, le cours du foin et de la paille qui va flamber, et une décapitalisation du cheptel à prévoir, estime Magali Saumade.

Plusieurs dispositifs ont été activés, que ce soient une enveloppe complémentaire de 2 M€ pour la MSA, la demande d'exonération totale de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB), et des aides exceptionnelles. Parmi elles, des reports d'emprunts auprès des banques, des aides à la trésorerie pour les victimes des incendies, soutenues par les collectivités (Département et Région), ou encore le dispositif "Agir ensemble" (financé par la Chambre et la MSA) en guise de conseil technique, financier ou psychologique.

Philippe Douteau


GardChambre d'agriculture Magali Saumade budget baisse de dotations