Gard : les éleveurs sur les dents

Publié le 28 mai 2019

Le troupeau de Fanny Tamisier a déjà subi cinq attaques depuis le début de l'année. 23 brebis (mérinos) ont été victimes (mortes ou blessées).

Depuis le début de l'année, les éleveurs gardois ont dénombré une vingtaine d'attaques imputées au loup sur leurs troupeaux. Après de nouveaux assauts sur des brebis coup sur coup, deux nuits d'affilée, Fanny Tamisier, vice-présidente du syndicat des producteurs ovins et présidente du comité élevage de la Chambre d'agriculture du Gard, a mobilisé des éleveurs le 15 mai. Le préfet les a reçus dans la foulée.

L'attaque de trop. Ou plutôt, les attaques de trop ! Dans la nuit du 13 au 14 mai, les brebis de Fanny Tamisier ont été victimes d'attaques de prédateur. Deux bêtes ont été tuées, et une dizaine blessées, "dont la moitié ont dû être euthanasiées", indique l'éleveuse. Le lendemain, un nouvel assaut a causé la perte d'une autre brebis, et fait neuf blessées. Exaspérée, comme bon nombre d'autres éleveurs du département, la présidente du comité élevage de la Chambre d'agriculture a été reçue par le préfet du Gard, pour trouver des solutions adéquates et couper court aux offensives du prédateur.

En Costières, 25 ovins tués depuis janvier

En 48 heures, le troupeau de Fanny Tamisier a subi deux attaques, sur son exploitation du Mas d'Aptel, à Générac. La nuit précédente, c'est l'un de ses voisins, lui aussi éleveur récemment installé, qui a fait les frais du loup. L'éleveuse en est déjà à la cinquième attaque depuis le début de l'année, et déplore 23 bêtes tuées ou blessées parmi son cheptel. Sur le secteur des Costières, 21 constats ont été effectués depuis janvier, près de 180 en 2018.

En 2019, 25 ovins ont été tués et 17 blessés. Le loup aurait ainsi tué plus de 250 bêtes dans le Gard, depuis 2017.

Le 6 décembre, déjà, les éleveurs s'étaient mobilisés devant la préfecture, accompagnés de leurs bêtes. Deux semaines plus tard, un comité les avait réuni pour un état des lieux, à l'initiative de la DDTM, avec les chasseurs, les organisations environnementales et un représentant de la DDT de Rhône-Alpes. La brigade loup était venue en février, et une caméra thermique a été livrée, uniquement à l'usage des lieutenants de louveterie et des brigadiers. "La brigade est venue quatre nuits, mais n’a pas aperçu le loup", nous a confié un des éleveurs présents sur l'exploitation de Fanny Tamisier. "Officiellement il y en a un, mais officieusement, peut-être deux." Il a perdu quatre bêtes, un autre, une douzaine depuis janvier 2018, entre Vauvert et Beauvoisin.

Le retour de la brigade loup

Trop c'est trop pour Fanny Tamisier qui s'est rendue le même jour à la préfecture, afin de trouver des solutions pour lutter contre ce prédateur "invisible". Au fait du dossier, Didier Lauga entend le ras-le-bol des éleveurs. "On demande de rabattre tous les agents de louveterie (ils sont douze dans le Gard, ndlr) pour surveiller les troupeaux de nuit, avec une caméra", fait savoir la vice-présidente du syndicat des producteurs ovins, qui réclame également le retour de la brigade loup, venant de l'arc alpin. "A voir si les agents pourraient prendre le relais après minuit." Bénévoles, les lieutenants ont reçu une formation pour tirer le loup. Le préfet doit faire la demande à son homologue du Rhône.

Les éleveurs sont indemnisés en fonction de l'âge de la brebis, issue de sélection ou non. Mais ce sont les "pertes collatérales" qui alourdissent le travail. "Il faut trier les bêtes, repérer les blessures, et envoyer les brebis mortes à l'équarrissage", explique Fanny Tamisier, une fois le constat des agents de l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) établi. Depuis 2017, les dommages enregistrés en Costières s'élèvent à plus de 100 000 €.

Le 22 mai, le préfet du Gard a présenté le plan d’actions renforcées loup en Costières.?Plus de détails dans notre prochaine édition du 31 mai.

Philippe Douteau


Dans la nuit du 14 au 15 mai, le prédateur a tué une brebis et blessé neuf autres. Le loup sévirait essentiellement dans la zone des Costières.

GardElevage loup Chambre d'agriculture du Gard Fanny Tamisier attaques Costières