Gard : après les incendies, se relever et continuer

Publié le 04 février 2020

Le 20 janvier, chez les frères Julien, Olivier Gibelin (en rouge), et le maire de Générac, Frédéric Touzelier (à gauche), ont affiché leur soutien aux deux éleveurs, et annoncé les mesures mises en place pour les sinistrés du secteur.

Malgré les coups durs qui ont frappé le département à plusieurs reprises l’été dernier, les agriculteurs touchés par les feux ne se résignent pas. Soutenus par les élans de solidarité, les élus locaux et la MSA du Languedoc, la profession gardoise reste mobilisée, soudée autour des exploitants les plus durement touchés.

Les stigmates des incendies qui ont marqué le Gard cet été sont toujours vivaces. Notamment dans le secteur de Générac. Des vignes au bétail, les agriculteurs ont non seulement subi des dégâts matériels importants, mais ont dû, et doivent encore, accuser le coup des pertes, psychologiquement et financièrement. 

Le 20 janvier, en guise de démonstration de soutien aux victimes des feux, la MSA du Languedoc et le maire de la commune, Frédéric Touzelier, accompagnés des élus du secteur de la Mutualité sociale agricole et des représentants syndicaux du Gard (FDSEA, JA), tenaient une conférence sur l'exploitation de Benoît et Denis Julien, deux frères éleveurs, dont le Domaine des Mollières a été le premier atteint par les incendies, et sauvé à temps. 

Mesures exceptionnelles et solidarité

Le président du comité départemental du Gard et administrateur de la MSA du Languedoc a tenu à rendre hommage aux gendarmes et aux pompiers, qui sont intervenus durant l'été auprès des agriculteurs et des salariés qui ont souffert. "Cette commune a été au cœur du sinistre de l'été", a annoncé en préambule Olivier Gibelin. Tenant à rappeler les valeurs et missions de la MSA, "dans les plus grandes difficultés", le président a salué le travail des équipes de l’organisme social, qui ont su "tout mettre en œuvre pour apporter le secours financier, technique et humain", grâce aux actions des travailleurs sociaux.

En tant que "deuxième régime de protection sociale", la MSA, dont la branche Languedoc couvre le Gard, l'Hérault et la Lozère, a traité "entre 80 et 100 dossiers" liés aux incendies, a précisé Olivier Gibelin. Avec le soutien du syndicalisme, de la Chambre d'agriculture, des banques, des assurances, de la gendarmerie et des élus, un guichet unique avait été exceptionnellement mis en place à la mairie de Générac, le 9 août, pour accueillir et faciliter les démarches de déclarations des sinistrés. "À Générac, 60 agriculteurs ont été touchés, pour 80 dossiers établis", a indiqué le maire Frédéric Touzelier, rappelant que ces derniers, avec la mairie, s'étaient porté partie civile, dans le cadre d'un dépôt de plainte auprès de la gendarmerie. "Pour l'instant, les investigations sont encore en cours. On ne sait pas si cela aboutira."

L'élu a tenu à rendre hommage à l'ensemble des habitants, pour cet élan de solidarité retrouvée, et a annoncé la constitution d'une "politique d'intérêt général entre les communes pour créer une synergie" dans la défense contre les incendies.

Prise en charge des cotisations MSA de 600 agriculteurs 

La solidarité à l'œuvre ne peut malheureusement pas se suffire à elle-même, notamment dans un contexte climatique de plus en plus contraignant et incertain, en particulier pour le monde agricole. En référence aux pénuries d'eau, Olivier Gibelin a insisté sur la nécessaire adaptation des cultures. "Il faut revoir nos copies !", suggérant des changements d'habitudes, telles que la plantation est-ouest des vignes et non plus automatiquement nord-sud. "La MSA, c'est d'abord le lien social, mais il faut passer par la prévention." Aussi, la MSA du Languedoc a obtenu, pour les 600 agriculteurs concernés, par les incendies dans le Gard, et la sécheresse, une aide de 1 M€ au titre de la prise en charge des cotisations, notamment pour les jeunes agriculteurs, a appuyé le président du comité départemental du Gard. 

Par ailleurs, 17 familles se sont vu attribuer "une aide complémentaire d'une valeur de 1 000 €, suite aux événements climatiques et incendies de 2019", indique la MSA du Languedoc.

Philippe Douteau


Benoît et Denis Julien ont dû vendre “la moitié du cheptel de vaches” pour réinvestir dans l’achat de clôtures. Les éleveurs sont reconnaissants aux pompiers qui “ont tout sauvé”.

GardIncendies Générac MSA du Languedoc Olivier Gibelin Domaine des Mollières