Forêts à la relance

Publié le 13 avril 2021

La coopérative Alliance Forêts Bois dédie un projet de 600 hectares de forêts d’Occitanie au plan de relance engagé par l’Etat français. © Alliance Forêts Bois

L’adaptation des forêts françaises au changement climatique est un volet important du plan de relance. Les opérateurs de regroupement comme Alliance Forêts Bois ont été sollicités pour aller vite et engager au plus tôt l’argent dédié à ce secteur.

Dans le cadre de son plan de relance, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a lancé, en décembre 2020, un appel à manifestation d’intérêt (AMI) centré sur l’aide à la forêt pour s’adapter au changement climatique pour mieux l’atténuer. L’un des volets majeurs de cet AMI est consacré au renouvellement forestier.

“Ce sont 150 M€ qui sont attribués au reboisement français dans le cadre du plan de relance. Certes, il existe habituellement des aides au renouvellement forestier, car il est indispensable pour la filière forêts-bois, mais il s’agit là d’une opportunité d’une ampleur inhabituelle à saisir, en particulier pour la zone Occitanie”, explique Cécile Goube, directrice du territoire Occitanie pour Alliance Forêts Bois, 1er groupe coopératif forestier de France, créé et administré par des propriétaires forestiers privés.

Pour attribuer cette enveloppe exceptionnelle, l’état a opté pour l’aide directe aux propriétaires particuliers, mais surtout pour la formule de l’AMI, réservée aux opérateurs de regroupement. “L’état souhaite avancer rapidement pour attribuer l’argent du plan de relance, d’où ce choix. Les opérateurs de regroupement comme les coopératives ont l’expérience de la constitution de ce genre de dossiers, et nous avons déjà une bonne idée des surfaces que cela peut concerner au sein de nos adhérents. Au sein d’Alliance Forêts Bois, nous tablons donc sur 600 hectares de forêts d’Occitanie dans le projet de reboisement que nous avons présenté”, affine encore Cécile Goube.

Ce projet a permis à la coopérative d’être lauréate de cet AMI, en décrochant 9 M€ pour l’ensemble de sa zone d’activité, dont 2 M€ exclusivement à destination de ses adhérents propriétaires forestiers en Occitanie.

2021, année charnière

“Notre expérience du terrain nous a permis de déposer rapidement ce projet touchant ces 600 ha dans la région, sur la base des besoins que nous avons pu évaluer chez nos adhérents. Charge à nous ensuite de transposer de manière concrète cette estimation en déposant les demandes d’aide correspondantes”, reprend la représentante d’Alliance Forêts Bois.

Les choses ont dû se dérouler rapidement, et les opérateurs économiques de l’amont forestier éligibles devaient déposer leur dossier électronique complet avant le 7 janvier 2021 auprès des Draaf régionales. Les services de l’état attendent à présent que l’ensemble des dossiers soient définitivement complétés et déposés avant la fin d’année 2021, bien que les critères et les notes n’aient pas encore été officialisés.

Aussi, ce ne sont, pour l’heure, que des projets de surfaces à reboiser et de volumes d’aides qui ont été déposés par les opérateurs de regroupement. L’avancement des différents projets sera ensuite recontrôlé tous les trimestres, pour s’assurer de la bonne adéquation entre la somme globale allouée de manière prévisionnelle et les surfaces réellement concernées.

“Si les opérateurs lauréats de cet AMI n’avancent pas suffisamment vite dans la collecte de surfaces, les sommes allouées pourront être reventilées au fur et à mesure des contrôles trimestriels. Cet AMI concerne trois volets d’aide, permettant aux propriétaires de bénéficier d’un soutien de 60 à 80 % pour renouveler ou améliorer leurs forêts”, poursuit Cécile Goube.

Chaque volet correspond à des typicités forestières différentes et les taux d’intervention incitatifs choisis ont été ajustés en tenant compte de l’expérience des dispositifs passés.

Aides de 60 à 80 %

Ainsi, le volet d’aides atteignant 80 % est destiné à la reconstitution des forêts dépérissantes, notamment dans le cadre de la crise des scolytes sévissant dans l’est du pays, “mais pas que, car nos peuplements du sud sont également touchés par d’autres ravageurs et éligibles à ce volet”, prévient Cécile Goube.

La partie plafonnée à 60 % concernera, quant à elle, le renouvellement de forêts qui sont aujourd’hui déjà identifiées comme vulnérables au changement climatique, mais aussi la conversion ou la transformation de peuplements forestiers pauvres, en vue d’améliorer leur contribution à l’atténuation des effets du changement climatique. “On trouve malheureusement ces peuplements pauvres assez fréquemment en région Occitanie. Ils sont dit pauvres, car ils ne rapportent pas grand-chose à leur propriétaire. Il est donc difficile d’aller leur demander d’aller faire quelque chose pour ces espaces forestiers. Ce projet est donc un sacré coup de pouce dans ce cas de figure”, appuie la représentante d’Alliance Bois Forêts.

Le projet de reboisement des 600 ha de forêts en Occitanie, porté par la coopérative Alliance Forêts Bois, a donc été retenu pour reconstituer, renouveler ou simplement améliorer les surfaces de forêts de tous les adhérents qui prendront part à cette opération.

Des essences diversifiées et adaptées au changement climatique seront utilisées. Des feuillus d’un côté (chênes, érables, merisiers, peupliers...), ainsi que des résineux de plaine (pins) ou de montagne (douglas, sapins, mélèze, cèdres) d’un autre.

“Le diagnostic parcellaire est effectué au cas par cas. On va rencontrer en zone méditerranéenne une multitude de possibilités. Il faudra adapter le choix des essences à réimplanter, mais celui-ci sera prioritairement guidé par la pérennité de ce qui va être replanté au regard de l’évolution du climat, et des objectifs de production du propriétaire. Le temps forestier est un temps très long et au-delà de la rentabilité”, analyse Cécile Goube.

Engouement des propriétaires

La coopérative met donc en avant son positionnement de leader, ainsi qu’un ancrage territorial historique pour développer des moyens adaptés pour répondre à ce plan d’ampleur. “Nos agences et bureaux de la coopérative maillent le territoire régional, et nous avons une excellente connaissance des spécificités des différents massifs. Toutes les zones de la région sont concernées, et nous voyons que cette opportunité est en train de créer une vague de demandes de la part des propriétaires”, ajoute Cécile Goube.

S’il faut distinguer les zones et le respect du Code forestier, Cécile Goube indique que des tests concluants ont montré que les pins, les cèdres ou les sapins de bornmuller apportent de très bons résultats face aux risques de sécheresse, au centre de ce projet d’adaptation des forêts au changement climatique.

Cécile Goube avertit encore que les surfaces à reboiser en Occitanie nécessiteront des quantités de plants supérieures aux capacités de production actuelles des pépinières, et met donc en avant que le groupe Alliance Forêts Bois dispose dans son giron de la 1re pépinière  productrice de plants forestiers en France, “pour garantir un approvisionnement en matériel végétal de qualité”, valide-t-elle.

Olivier Bazalge


Autres productionsSylviculture Alliance Forêts Bois forêt changement climatique plan de relance