En 2024, pas de certification, pas de Corbières !

Publié le 12 juin 2019

Le syndicat Corbières se place en précurseur de la démarche agroenvironnementale. Olivier Verdale succède à Alexandre They comme président délégué du syndicat, en compagnie du président Daniel Sendrous et la directrice Catherine Verneuil.

Le syndicat de l’AOP Corbières a décidé de prendre un engagement fort en entérinant l’obligation de disposer, à l’horizon 2024, d’une certification agroenvironnementale pour pouvoir revendiquer des volumes en AOC Corbières. Une première dans la région qui signe la volonté du syndicat de répondre aux attentes des consommateurs.

“L’idée a germé en 2017. Nous avions abordé en séminaire la question environnementale pour répondre à la demande de l’Inao d’intégrer des mesures agroenvironnementales dans le cahier des charges de l’appellation”, situe Daniel Sendrous, président de l’AOC Corbières. “Nous avions alors créé une commission de travail ‘éco-environnement’, qui s’est rendue compte que les mesures attendues étaient déjà en œuvre dans le vignoble. Nous avons donc convenu d’aller plus loin pour répondre à ce qui est attendu par le consommateur d’aujourd’hui”, poursuit-il. C’est ainsi que les administrateurs du syndicat ont décidé, à l’unanimité, d’entériner cette démarche par un engagement fort : d’ici cinq ans, l’intégralité des volumes revendiqués en AOC Corbières devront bénéficier d’une certification de type agroenvironnemental.

100 % de volumes certifiés d’ici 2024

Les labels tels que l’agriculture biologique, Terra Vitis, Demeter ou Biodyvin figurent évidemment au programme, mais c’est la dynamique de démarches vers la certification HVE (Haute valeur environnementale) niveau 3 qui rendent atteignables l’objectif de 100 % de volumes certifiés pour la vendange 2024. “Au regard du rythme des conversions engagées chez nos vignerons, on peut envisager 50 à 60 % des volumes certifiés aux différents labels dès la vendange 2020”, estime Alexandre They, désormais ex-président délégué du syndicat Corbières. Les 40 membres du conseil d’administration, caves coopératives comme particulières, ont voté à l’unisson sur ce sujet. “Il s’agit bien de répondre à une attente des consommateurs, des metteurs en marché, mais aussi de nos vignerons qui sont soucieux de leur environnement”, ajoute encore Daniel Sendrous. Une campagne de communication va maintenant venir appuyer cet engagement, “mais nous allons surtout accompagner nos vignerons dans cette démarche. Les fédérations Coop de France et Vignerons indépendants l’ont déjà entamé auprès de leurs adhérents”, insiste Daniel Sendrous. Les différents crus ne sont pas concernés par cet engagement.

Olivier Bazalge


AudeSyndicat Corbières certification HVE Olivier Verdale Daniel Sendrous Catherine Verneuil