Des premières assises de l’agroécologie et de l’alimentation durable

Publié le 20 février 2019

Plus de 500 personnes ont assisté aux premières assises de l’agroécologie et de l’alimentation durable, au Corum de Montpellier. Les deux journées ont été ponctuées de séances plénières et de multiples ateliers en petits groupes.

Du 4 au 6 février, Montpellier était la capitale de l’agroécologie et de l’alimentation durable, avec la tenue des premières assises territoriales, au Corum.

Organisées par Montpellier Méditerranée Métropole, Agropolis International, le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) et Terres en ville, les premières assises territoriales de l’agroécologie et de l’alimentation durable ont permis d’aborder tous les sujets portant sur les plans alimentaires territoriaux.

En 2015, la Métropole de Montpellier s’est engagée dans le Pacte de politique alimentaire, aux côtés de plus de 100 villes du monde entier. Les projets se sont concrétisés depuis : mise en place d’une coopérative de services aidant les communes dans leur approvisionnement de proximité pour la restauration collective ; création d’un carreau bio et local sur le Min de Montpellier. Par ailleurs, un appel à projet sur la consolidation du tissu des fermes nourricières, sur une superficie de 14 ha, a été lancé. Le 20 avril dernier, Montpellier Méditerranée Métropole signait, avec la Chambre d’agriculture un accord pour affirmer la préservation des espaces non urbanisés, engageant à préserver les deux tiers du territoire métropolitain en espaces agro-naturels. Le bien manger étant primordial, la Métropole a décliné un projet, “BoCal”, sur une plateforme internet et un guide papier à destination du grand public.

Des projets alimentaires au plus près des territoires

Des séances plénières et de multiples ateliers ont été organisés pour décrypter tout ce qui se fait en matière d’agroécologie et d’alimentation durable en France, mais aussi à l’étranger. Lors de l’ouverture, Pascal Augier, directeur de la Draaf Occitanie, a précisé les actions menées en Occitanie et les objectifs des EGA (créer de la valeur sur les produits agricoles et répondre aux attentes du consommateur). Le plan ‘Ambition bio Occitanie’ fixe, par exemple, la SAU en bio à 15 % en 2022, et à 20 % de produits bio dans les cantines publiques. “A ce jour, l’Occitanie est bien placée pour répondre à 15 % de SAU en bio. Les agriculteurs sont engagés dans cette démarche, et nous sommes dans le top 5 des régions françaises engagées dans le bio,” indique le directeur de la Draaf Occitanie.

Ces assises préfigurent l’accueil des 179 maires des villes signataires du Pacte de Milan les 7, 8 et 9 octobre prochains, à Montpellier.

Anne-Solveig Aschehoug


HéraultAgroécologie alimentation