Concours des vins de Nîmes : Vins du Gard, vins de cœur

Publié le 05 avril 2022

Plus de 600 échantillons présentés par une centaine de caves ont été dégustés les 23 et 24 mars, au Domaine de Donadille (Rodilhan). © Ph. Douteau

La 44e édition du Concours des vins de Nîmes s’est à nouveau tenue au Domaine de Donadille, à Rodilhan, les 23 et 24 mars, sous le parrainage du sommelier Michel Hermet. Ouvert aux caves gardoises et limitrophes, le concours a récompensé trois Coups de cœur en rouge, blanc et rosé, décernés par un jury de professionnels, qui a départagé 45 médailles d’or.

Cette année encore, les incertitudes qui pesaient sur l'organisation du Concours des vins de  Nîmes en raison d'un regain de cas de Covid-19 fin 2021 ont conduit les Jeunes agriculteurs du Gard à réitérer la formule étalée sur deux jours, au Domaine de Donadille du lycée agricole de Rodilhan, au lieu de la traditionnelle salle du stade des Costières de Nîmes. En modulant des séances de dégustation espacées, plutôt qu'en une matinée, la logistique représente "une charge supplémentaire" pour les JA, reconnaît la présidente Ludivine Verlaguet. Si certains dégustateurs semblent préférer cette formule, rien n'est encore acté pour la prochaine édition. 

Décliné en trois catégories, entre les vins en bouteille, le vrac et les vieux millésimes, le concours est ouvert aux caves particulières, aux coopératives, aux unions de caves, aux groupements de producteurs et aux négociants éleveurs. Plus d'une centaine de participants ont concouru, après envoi de plus de 600 échantillons (conventionnel, bio ou biodynamie). 

Plus de 600 échantillons dégustés 

À raison de six à huit séances par jour, sur les deux journées du concours, les dégustateurs (au minimum de trois par créneau) s'enchaînent toutes les heures pour décerner les médailles aux AOP, IGP et aux Vins de Pays. La dégustation à l'aveugle de 15 à 18 échantillons, selon les tables, est vouée à médailler ceux qui sortent du lot, entre deux à trois médailles par série. Qualité visuelle, olfactive, en bouche, et état général, les notes sont prêtes à tomber. 

Au rayon des blancs (chardonnay et muscat), les IGP Oc et IGP Cévennes ne révèlent pas de grosses surprises, mais la médaille d'or de la première série met presque d'accord les cinq dégustateurs. "Coup de cœur" pour le caviste du Mas des agriculteurs, Gabriel Blaes, un autre échantillon remporte l'argent. "Ça devait être du fût neuf, avec une bonne acidité et du fruit", note-t-il. Un poil trop boisé, mais aux arômes floraux qui en séduisent trois sur cinq, un troisième blanc prend le bronze. Sur la deuxième série, Ludivine Verlaguet salue un vin "assez tendu, assez vif". Pour son bon équilibre général, l'échantillon s'impose, avant de départager les muscats. Plus délicat, pour qui reste de marbre face aux vins doux et sucrés, là où les blancs plus secs et minéraux sont souvent plus prisés. Malgré leur sucrosité, et une "pointe de CO2" qui ne séduit guère l'œnologue et consultante Delphine Crouzet (Cerfrance Gard), deux médailles, d'or et d'argent, sont adjugées, pour un total de sept sur cette séance. Pendant ce temps, un autre groupe s'attelle à départager du marselan (en IGP et AOP Duché d'Uzès). 

Équité pour tous 

Entre le conventionnel, le bio et quelques vins en biodynamie, le concours des JA ne fait pas de jaloux. Tous les échantillons participent à égalité. Pour la partie 'bouteille', les vins doivent être issus "de la dernière vendange précédant le concours et de la vendange antérieure à celle-ci uniquement pour les vins rouges", prévoit le règlement. En vrac, ceux de la vendange précédente, et de l'antérieure pour les rouges AOP, et les vieux millésimes des années précédant la vendange antérieure (jusqu'à quatre années) peuvent concourir. 

En instaurant trois Coups de cœur du jury pour les trois couleurs, depuis l'an dernier, les organisateurs ont souhaité ne plus mélanger les blancs et les rosés à la même table. "Ce n'était pas équitable", estime Ludivine Verlaguet, qui observe un penchant des dégustateurs, surtout amateurs, pour récompenser les blancs au détriment des rosés. 

à l'issue de ces deux jours de dégustation, le jury final, composé des professionnels (œnologues, restaurateurs) et de représentants de syndicats des principales appellations (Costières de Nîmes, Côtes du Rhône, Cévennes) ont distingué les trois Coups de cœur, parmi les médailles d'or préalablement décernées, en version bouteille : la ‘Belle histoire’ en rouge (Maison Blanc Senthille, AOP Duché d’Uzès, syrah, grenache), le chardonnay ‘Moulin du Pélican’ (Vignobles Boudinaud, IGP Pays d’Oc) et ‘À l’origine’ (IGP Gard) pour le rosé bio des Collines du Bourdic.

Philippe Douteau


GardConcours des vins de Nîmes Jeunes agriculteurs du Gard coups de cœur