‘Bienvenue à la ferme’ face à la pandémie

Publié le 14 avril 2020

En vente directe au sein des fermes, des magasins à la ferme ou dans les magasins de producteurs, un seul site pour trouver la bonne adresse : www.bienvenue-a-la-ferme.com

Face à la suspension des activités liées à l’agritourisme et à l’hébergement, le réseau ‘Bienvenue à la ferme’ est sur le fil du rasoir. En revanche, la vente des produits locaux se porte, elle, comme un charme. Zoom sur un réseau qui, pour sortir de l’ornière, passe en mode innovation.

‘Garrigues en fête’ au Pont du Gard, ‘Marché de producteurs’ à la cité de Carcassonne, ‘Foire de printemps’ à Belpech, ‘Printemps à la ferme’ dans l’Hérault et le Gard... La liste des événements programmés en avril par ‘Bienvenue à la ferme’, et annulés, n’a de cesse de s’allonger. Et le mois de mai risque de connaître les mêmes aléas. “Il y a toutes les chances que les ‘Journées méditerranéennes des saveurs’, organisées avec Nîmes Métropole du 15 au 17 mai, soient annulées. Adieu aussi aux férias dans les villages”, s’inquiète Patrick Viala, président du réseau ‘Bienvenue à la ferme’ du Gard. ‘Prom’Aude’, la grande fête des produits du terroir, le week-end de Pentecôte, à Lézignan-Corbières, devrait subir le même sort. Pour Xavier de  Volontat, président de l’association Prom’Aude, “si le confinement s’arrête à la mi-avril, cela nous laisse un peu d’espoir. Nous organiserons Prom’Aude si nous sommes assurés qu’il n’y a aucun risque. Mais plus les jours passent, plus nos espoirs de maintenir cette fête s’amenuisent”.

En résumé, toutes les activités en lien avec l’agritourisme sont suspendues. Il en est de même pour les activités d’hébergement. Conséquence : dans certaines exploitations, le chiffre d’affaires va en prendre un sacré coup, particulièrement dans celles qui font des visites touristiques et proposent de l’hébergement. “Pour certaines, ce sera même terrible”,  prévoit Patrick Viala. À l’échelle nationale, le réseau estime “à plusieurs milliers d’euros de perte de chiffre d’affaires pour certaines fermes en agritourisme”, selon un communiqué. Mais si les activités de production et de commercialisation sont également impactées, les agriculteurs du réseau ‘Bienvenue à la ferme’, avec le soutien des Chambres d’agriculture, aménagent leur mode de vente, et innovent pour fournir aux consommateurs des produits frais et de qualité.

Place à l’innovation

Face à la fermeture des marchés de plein air et de la restauration - principaux débouchés en circuits courts - la crise a fait émerger des idées nouvelles pour s’adapter à la nouvelle donne. C’est ainsi qu’ont fleuri des lieux de vente éphémères, la livraison des paniers à domicile (avec un système de précommande), la vente et la livraison groupées par des producteurs, tels, par exemple ‘La ferme côté producteurs’ à Narbonne, ‘Au Comptoir des producteurs’ à Lézignan, ou encore ‘La Borieta’ à Carcassonne. “Beaucoup de travail collectif a été entrepris, et cela fonctionne bien. Je pense, par exemple, à l’initiative de Muriel Vayre, qui a invité des producteurs à venir vendre leurs produits sur sa ferme, chaque semaine. Les réseaux sociaux ont aussi bien fonctionné. Une fois cela dit, les agriculteurs qui réussissent à tirer leur épingle du jeu sont ceux qui sont plutôt sur des produits frais tels que des légumes, des fruits, des produits laitiers ou encore de la viande. Pour les produits qui ne sont pas, disons de première nécessité, c’est plus compliqué”, détaille Élodie Sabatier, chargée de mission circuits courts et de proximité à la Chambre d’agriculture de l’Aude. 

En parallèle, le réseau ‘Bienvenue à la ferme’ et les Chambres d’agriculture se sont organisés pour épauler les agriculteurs, en mettant en place pour eux des plateformes digitales où vendre leurs produits. C’est ainsi que sont nés ‘Consommons gardois’, ‘Des producteurs près de chez vous’, la carte interactive lancée par la Chambre d’agriculture de l’Hérault, le ‘Drive fermier audois’, etc. 

La Région Occitanie a, elle aussi, mis en ligne une carte interactive recensant tous les producteurs locaux auprès desquels il est possible de passer commande (https://solidarite-occitanie-alimentation.fr). Le résultat est là : les ventes en ligne explosent, et les drives fermiers poussent comme des champignons.

“Toutes ces initiatives sont intéressantes mais, pour qu’elles le soient encore plus, il faudra peut-être les mutualiser rapidement”, propose Patrick Viala. Et pour que cela fonctionne bien, surtout quand il s’agit de la vente directe à la ferme, qui reprend des couleurs après une baisse de fréquentation la première semaine de confinement, “il faut avoir le contact client. Cependant, dans ce contexte inédit, le réseau ‘Bienvenue à la ferme’ tire plutôt bien son épingle du jeu, car il est aussi en capacité de rassurer le client sur l’origine des produits”, rappelle Céline Michelon, présidente de la commission Agritourisme et du réseau ‘Bienvenue à la ferme’.

Florence Guilhem


OPA - Service publicCircuits courts Bienvenue à la ferme producteurs local confinement