Béatrice de Chabert : une grande artiste du syndicalisme d'appellation

Publié le 29 juin 2022

Béatrice de Chabert :

43 ans au service du syndicat AOC Languedoc, "c'est une performance liée à ta personnalité et ta façon de concevoir le travail dans le temps long. C'est aussi une preuve d'affection aux vignerons et de l'attachement qui est le tien à notre appellation", disait Jean-Benoît Cavalier, président de l'ODG à Béatrice de Chabert, en charge de la défense des terroirs au sein du syndicat.

Pour son départ en retraite, le syndicat avait organisé une estivale privée après son assemblée générale, le 28 juin dernier, dans les jardins de la Maison des vins du Languedoc. 43 ans de bons et loyaux services, de rigueur, d'engagement sans faille, de pugnacité et de constance le valaient bien. Depuis son arrivée au syndicat, en 1979, Béatrice de Chabert a été de tous les combats menés par l'appellation. "Ton truc, cela a été de tout temps parmi nous l'appellation Languedoc pour laquelle tu as œuvré sans relâche. Béatrice, c'est la cheville ouvrière de l'évolution de nos appellations et de leur hiérarchisation. Tu as eu l'art de mettre en valeur nos vins et nos vignerons. Tu as aussi porté l'appellation dans sa dimension régionale, avec une véritable conviction. Et c'est cela qui a donné la visibilité et la notoriété de l'AOC Languedoc. Tu n'as jamais rien lâché pour défendre le nom Languedoc et le terroir, comme tu as toujours eu le souci de la promotion de nos vins. Tu es la preuve que le collectif fédère et donne envie. Tu y as cru et tu y as œuvré. Tu m'as confié que tu avais eu beaucoup de chance d'être embarquée dans cette aventure. C'est nous qui avons eu la chance de t'avoir", poursuivait le président avec émotion. L'émotion saisissait tout autant Mireille Branger, qui a travaillé avec elle durant 23 ans. "Béatrice, c'est un repère pour le syndicat et un sacré parcours, avec le souci du mot juste et de la précision. J'ai beaucoup appris à ses côtés. Chapeau bas Béatrice", disait-elle. Au sens de la justesse et de la constance de l'engagement, s'ajoute celui de la transmission aux autres, ainsi que le soulignait la nouvelle directrice du syndicat, Stéphanie Daumas, arrivée il y a six mois. "J'ai beaucoup côtoyé d'entreprises, mais je n'ai jamais rencontré quelqu'un comme elle, qui transmet à l'autre sans aucune limite, avec beaucoup de bienveillance et le sens du partage", confiait-elle. Et qui "a compris depuis longtemps le vin et le terroir, et a saisi que pour construire l'appellation, il fallait aller chercher les vignerons et par où passer. Béatrice est pour moi comme une sœur", ajoutait Jean-Philippe Granier, directeur technique du syndicat, en évoquant ensuite quelques anecdotes la concernant avec l'humour qu'on lui connaît.
Bien que touchée par les cadeaux, les discours, la présence nombreuse des vignerons et amis et cette fête à son honneur, Béatrice de Chabert plaisantait à son tour, en attaquant son discours par une question de fond : "Avez-vous faim ? Oui. Choisissons donc la version courte." Après avoir égrené le nombre d'assemblées générales, de conseils d'administration, de vins dégustés et de "stylos rongés", "43 ans au syndicat, ce n'est pas une mince affaire. Ce fut du sport, mais je n'aurais jamais imaginé que tant de choses pouvaient se construire en 43 ans. Merci de m'avoir donné l'occasion de me battre pour toutes les causes que nous avons défendues, avec pour fil conducteur de ne jamais trahir le terroir. Je suis très attachée à cette grande famille, et c'est très difficile d'en partir. Aussi plutôt que de parler de déclarations d'affectation, je vous propose de les remplacer par des déclarations d'affection", concluait-elle. Une autre façon de dire tout l'amour qu'elle porte à l'appellation et aux hommes qui la construisent chaque jour qui passe.

Florence Guilhem


ViticultureAOP Languedoc Beatrice de Chabert syndicalisme Jean-Benoit Cavalier Stéphanie Daumas