Aude : une convention technique pour l’association des trufficulteurs

Publié le 02 mars 2021

Alain Giniès, président de l’Association des trufficulteurs audois, et Dominique Culerier, directrice de l’Eplefpa de Cahors Le Montat, ont signé la convention en présence des deux techniciens Laurent Genola et William Saenz. © ATA

L’Association des trufficulteurs audois (ATA) veut poursuivre sa marche en avant vers une professionnalisation et une expertise renforcée de ses adhérents. Une convention a donc été signée avec la station trufficole du Montat, dans le Lot, pour partager les connaissances des techniciens spécialisés de cette filière avec les exploitants trufficulteurs audois.

Pour Alain Giniès, le président de l’Association des trufficulteurs audois (ATA), le passage par une telle convention était indispensable pour poursuivre la progression de l’expertise des trufficulteurs de l’Aude. Forte de 460 adhérents sur le millier de producteurs que compte le département, l’ATA mobilise une grande partie des forces vives de cette filière, “mais les possesseurs de parcelles ne peuvent plus se limiter à rester de simples planteurs de truffières, nous voulons qu’ils deviennent des producteurs dans tout ce que peut englober ce terme. C’est dans l’accompagnement de nos adhérents pour qu’ils deviennent de véritables techniciens que se situe le rôle essentiel de notre association”, explique Alain Giniès.

C‘est donc dans cette dynamique que se place la signature de la convention établie entre l’association et la station trufficole du Montat, dépendante du lycée agricole du même nom, à Cahors, dans le Lot. “C’est le seul établissement référencé pour la culture de la truffe en région Occitanie. Le rapprochement devenait donc naturel”, reprend le président de l’ATA. Grâce à cette convention, déjà annoncée dès l’assemblée générale de septembre 2020, Laurent Genola et William Saenz, les deux techniciens spécialisés en trufficulture de la station du Montat, dispenseront au minimum deux fois par an des ateliers et journées techniques dédiés à des aspects spécifiques de cette culture. Les deux techniciens spécialisés en trufficulture de la station ont établi un programme complet de formation pour accompagner les nouveaux trufficulteurs et les plus expérimentés autour des thèmes essentiels du travail du sol et l’entretien des truffières en production, la biologie reproductive de la truffe noire en liaison avec les pratiques de réensemencement, et l’arrosage et le paillage en trufficulture.

Spécialisation pour chaque espèce

Cette convention offre, en outre, la possibilité d’obtenir des aides de la Région Occitanie pour le financement de ces formations pour tous les trufficulteurs qui sont également agriculteurs.

Mais l’association de professionnels ne veut pas s’arrêter là et fera également appel à d’autres techniciens extérieurs, à la pointe des différentes espèces de truffes que l’on peut rencontrer dans le département, à l’image de ce qui a pu être réalisé l’an dernier avec l’intervention d’une technicienne spécialisée dans la culture de la Tuber borchii, cette truffe blanche autochtone cousine de la fameuse truffe blanche d’Alba. “Nous ferons de même pour la truffe d’automne Tuber uncinatum, en faisant venir un spécialiste de Bourgogne, et avec des gens du Var pour la truffe d’été Tuber estivum disponible de mai à octobre. La truffe doit être envisagée comme une culture à part entière, avec ses exigences et spécificités, pour avoir moins de disparités dans les niveaux de rendements”, reprend Alain Giniès.

Le président de l’ATA estime en effet que seuls 20 à 25 % des exploitants de truffières audoises parviennent à atteindre des rendements supérieurs à 20 kg/ha, et seulement une vingtaine de producteurs sur les plus de 1 000 que compte le département et qui parviennent à en vivre.

Dans le contexte de crise sanitaire actuel, le président de l’ATA ne manque toutefois pas de saluer le nouvel élan qu’a provoqué cette situation auprès de la clientèle particulière. Il note que de nouveaux acheteurs se sont manifestés sur les marchés audois, développant ainsi une nouvelle tendance de consommation au sein d’une clientèle de particuliers qui réservait jusque-là sa consommation du produit plutôt en restauration.

Olivier Bazalge


AudeAssociation des trufficulteurs audois convention technique Alain Giniès