Aude : Thierry Bonnier, travailleur social devenu préfet

Publié le 16 mars 2021

Thierry Bonnier vient de prendre ses fonctions de préfet de l’Aude. Ses passages dans le social, ainsi qu’au ministère de l’Intérieur, plaident autant pour sa capacité d’écoute que pour le maintien de l’ordre. © DR

Sophie Elizéon en partance pour une mission interministérielle, c’est Thierry Bonnier qui vient d’être intronisé nouveau préfet de l’Aude. à l’image de sa prédécesseure qui n’avait pas fait l’ENA, celui-ci a suivi un parcours atypique après avoir démarré sa carrière comme travailleur social.

Nommée au pied levé en octobre 2019 après une période de flottement sans préfet dans le département, Sophie Elizéon ne sera finalement restée que 487 jours (16 mois) comme représentante de l’état dans le département. Nommée mi-février comme déléguée interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT +, la préfète sortante s’est dite reconnaissante de la confiance qui lui a été faite avec cette nomination, mais a tenu à faire part “du pincement au cœur et du vague à l’âme de devoir quitter ce département si riche”. Usant du classique “je pars, mais une partie de moi reste dans l’Aude”, Sophie Elizéon voit un homologue au parcours non moins atypique que le sien lui succéder.

Du social, de l’Intérieur, de l’écoute

Natif du Val d’Oise, celui qui fêtera ses 60 ans au mois de juin à la tête de la préfecture audoise a commencé sa carrière comme travailleur social et éducateur spécialisé. Plus friand de musique “de cave” que de musique de chambre, Thierry Bonnier a longtemps dirigé un organisme spécialisé dans la formation d’animateurs en île-de-France, avant de donner un grand coup de volant à la trajectoire de sa carrière pour préparer et réussir le concours de l’ENA. Il en sort diplômé à l’aube de ses 40 ans, pour entamer sa carrière dans les couloirs des préfectures. Il retourne quelques années dans l’équipe dirigeante de l’ENA, puis revient ensuite dans les parcours préfectoraux, dont la préfecture voisine de Haute-Garonne de 2012 à 2017, où il s’occupe, entre autres, de ruralité agricole en zone isolée ou montagneuse, sujet qu’il retrouve dans l’Aude.

Il occupe son premier poste de préfet en 2018, en Indre, après avoir été directeur de cabinet ministériel, avant de prendre officiellement ses fonctions dans l’Aude à l’occasion de la journée de la femme.

Il a conduit la traditionnelle cérémonie de prise de fonctions, accompagnée du dépôt d’une gerbe au monument aux morts de la place Davilla, avant de recevoir la presse pour la classique séquence de présentation.

Pressé de rencontrer les acteurs de l’agriculture audoise, Thierry Bonnier a eu l’occasion de se déplacer dans le département lorsqu’il était en poste en Haute-Garonne. “Mon expérience dans le secteur social m’a apporté une vraie qualité d’écoute. C’est ce que je vais mettre en œuvre pour comprendre les enjeux de filière départementaux”, résume-t-il.

Olivier Bazalge


AudePréfecture de l'Aude Thierry Bonnier