Aude : Le Triangle d’Or debout après la pluie

Publié le 04 juin 2019

En présence de Dominique Colin, directeur de la délégation régionale de l’Agence de l’eau RMC, Olivier Cabirol et Marc Dezarnaud ont présenté les haies plantées cette année.

Les vignerons du Triangle d’Or tenaient leur première assemblée générale depuis les inondations d’octobre 2018. Grâce à la solidarité, le vignoble est largement remis d’aplomb. Place maintenant aux initiatives et projets pour faire face aux enjeux économiques et sociétaux.

Chez les vignerons du Triangle d’or, à Conques-sur-Orbiel, l’utilisation du terme “résilience” est loin d’être galvaudée tant ils se sont retrouvés au cœur des pluies dans la nuit du 14 au 15 octobre 2018. Alix Roumagnac, président du service de prévisions météorologiques Predict, l’avait souligné à l’occasion d’une présentation faite pour Groupama le 18 avril dernier : “Le 14 octobre, autour de 21 h, les pluies ont commencé depuis le Golfe du Lion, rentrant sur Argelès, traversant ensuite les Corbières pour s’intensifier au maximum sur la ligne Carcassonne-Trèbes-Villegailhenc-Aragon-Montagne Noire, constituant l’épicentre du phénomène.” C’est donc dans ce contexte post-inondations que les vignerons du Triangle d’Or tenaient leur assemblée générale le 22 mai à Villegailhenc. Un grand nombre des adhérents a été impacté à divers degrés par les dégâts causés par ces inondations. Olivier Cabirol, le président, a ainsi tenu à rappeler et remercier l’exceptionnelle solidarité manifestée par le monde vigneron et agricole pour remettre le vignoble en ordre de marche. “Il y a eu ces deux grosses journées où nous avons vu arriver tous ces gens que nous ne connaissions pas, et qui sont venus aider, juste par solidarité. Se retrouver avec 400 personnes devant la cave le matin, ce n’est pas commun, à tel point que les voisins ont même cru à une manifestation vigneronne. Mais cela fait aussi la différence lorsqu’il s’est agi de relever les vignes couchées par les inondations. Cela nous a permis d’abattre un travail inimaginable autrement”, a-t-il ainsi mis en avant.

1 500 journées solidarité

Au total, ce sont 1 500 journées solidarité qui ont été consacrées aux vignerons adhérents de la cave du Triangle d’Or, le tout coordonné par l’association des agriculteurs sinistrés audois. Au-delà des dégâts dans les vignes, la montée des eaux à Trèbes a causé une perte de vin et de matériel estimée à un million d’euros. “La franchise de 10 % va donc nous coûter 100 000 €, nous avons calculé que cela impactera de 2€/hl le coût de revient de nos vracs pour l’absorber”, précise également Marc Dezarnaud, vice-président de la cave. Il reste aujourd’hui 450 000 € de dédommagements à distribuer aux viticulteurs concernés par les 120 hectares évalués en niveaux 4 et 5, où l’arrachage est nécessaire.

Chez les deux dirigeants de la cave, la complainte n’est pourtant pas à l’ordre du jour. Bien au contraire, ce sont toutes les démarches et projets d’avenir qu’ils se plaisent à énumérer. Ainsi, dans le sillage d’un premier vigneron qui finalise sa conversion en agriculture biologique, Olivier Cabirol et Marc Dezarnaud ont proposé au cours de cette assemblée générale d’emmener l’ensemble des adhérents vers la certification HVE 3. “L’objectif est peut-être ambitieux, mais la proposition a été reçue plutôt favorablement. C’est une démarche moins contraignante que le bio, mais c’est indispensable que nous ne rations pas ce virage environnemental”, confie Marc Dezarnaud, qui est également moteur du mouvement de plantations de haies opéré par cinq adhérents de la cave. Grâce au financement de l’Agence de l’eau RMC, la mise en place de ces haies en bords de parcelles vise à préserver la biodiversité, limiter l’érosion et diminuer à terme la pression phytosanitaire.

Travail sur la transmission

Depuis quatre ans, les vignerons du Triangle d’Or mènent également une politique de reconquête et d’encouragement pour l’installation des jeunes. Ils ont ainsi créé une SAS qui a acheté 10 hectares de foncier. Ces vignes ont ensuite été mises en prestation auprès de jeunes qui, en payant un loyer d’exploitation des terres à la SAS, les rachètent progressivement dans le temps. “Ce travail sur la transmission est fondamental. Depuis cet hiver, nous développons également les rencontres avec les jeunes au lycée Charlemagne et d’autres établissements.

Olivier Bazalge


AudeTriangle d'Or vignerons assemblée générale inondations Olivier Cabirol Marc Dezarnaud