Aude : Incendie du 15 août : vignes touchées entre Montirat et Monze !

Publié le 27 août 2019

Le rôle coupe-feu des vignes et des champs cultivés a été primordial dans la protection des habitations de Monze

Un mois après le gros incendie des 15 et 16 juillet ayant touché le massif du Pinada, entre Fabrezan et Thézan-des-Corbières, les flammes sont revenues à l’assaut des Corbières entre le 14 et le 15 août.

Parti de Montirat, ce deuxième incendie de très grande ampleur de l’été aura dévoré l’équivalent de 950 hectares de pinèdes et garrigues, au sud-est de Carcassonne.Arrivées jusqu’aux abords des premières habitations du village de Monze, les flammes ont pu être maîtrisées par les pompiers. Mais les vignes environnantes ont largement joué leur rôle de coupe-feu, comme l’explique Nathalie Mailhac, chef de service viticulture à la Chambre d’agriculture de l’Aude. “Les images se passent de commentaires. Nous voyons clairement que, sans les vignes, les habitations auraient été directement confrontées au feu’, commente-t-elle. De même, Jacques Serre, installé à Monze, et élu des anciens exploitants et assimilés à la Cham­bre d’agriculture, également président du Fedon 11, souligne le rôle protecteur joué par les champs semés, entretenus par les chasseurs, à proximité du village.La technicienne viticole de la Chambre en charge du secteur a pu effectuer une cartographie des parcelles de vignes affectées par cet incendie. Elles sont éparpillées dans le massif, sur tout le front couvert par l’incendie. Une ving­taine d’hectares de vignes est endommagée, entre 20 et 30 %, “ce qui correspond aux deux ou trois premières rangées touchées”, précise Nathalie Mailhac. “Il y a également six hectares brûlés entre 50 et 80 %, essentiellement des parcelles qui font des pointes, ou des angles, au milieu des pinèdes”, ajoute-t-elle. “Enfin, quatre hectares de vignes, où l’enherbement, entre et sous les rangs, n’était pas maîtrisé, ont été entièrement brûlés”, précise encore Nathalie Mailhac.Par ailleurs, un hectare d’oliviers a été victime du passage des flammes.

Olivier Bazalge


Les premiers rangs au contact des flammes ont fait office de pare-feu.

AudeIncendie climat sécheresse vigne brûlée