Alerte rouge sur les vignes

Publié le 23 septembre 2021

Dans le secteur de Calvisson, des vignes ont été noyées sous plus d’un mètre d’eau. Certaines parcelles ont été impactées par la pluie et la grêle jusqu’à 50 %. © FDSEA 30

Après l’orange, comme six autres départements, le Gard est passé au niveau de vigilance rouge ‘orages, pluies et inondations’ mardi 14 septembre, avant d’être placé en niveau orange dans la matinée du 15 septembre.

Fortement touchés, les secteurs de la Vaunage et de Nîmes ont enregistré des précipitations jusqu'à "250 mm entre la Vistrenque et la Vaunage", rapportait Guy Marjollet, directeur adjoint de la Chambre d'agriculture à la mi-journée du 14 septembre. Outre les pluies torrentielles et les rafales de vent qui ont paralysé certains axes routiers, comme l'autoroute A9 entre Nîmes et Montpellier, et interrompu la circulation des trains, les chutes de grêlons ont été relevées du côté de Vergèze, laissant craindre des dégâts sur des grappes pas encore récoltées. Localisées, les précipitations violentes se sont abattues sur les secteurs de Sauve, Saint-Dionisy, Calvisson, Mus, Bernis ou Codognan. 

Le 14 septembre, dans l'après-midi, Météo France classait 12 départements du Sud, du Sud-Ouest et du Centre en vigilance orange, en raison des forts risques d'épisodes orageux, d'inondations et de crues. Mercredi 15 septembre, la préfecture annonçait la réouverture, perturbée, de l'A9, mais la circulation ferroviaire reliant Nîmes à Montpellier restait interrompue. 

Dégâts sur vignes, fossés, chemins 

Des bourrasques qui plaquent les pigeons au sol, des grêlons gros comme des balles de golf, des rues inondées et bon nombre de caves et d'exploitations inaccessibles, les pluies diluviennes ont frappé une grande partie du Gard, aussi violemment que soudainement. 

L'intensité a pris tout le monde de court dans la matinée. David Sève n'avait "jamais vu ça", alors que le secteur de l'arboriculteur a été épargné, avec environ "10 mm" du côté de Beaucaire. Si les arboriculteurs ont terminé la saison, hormis quelques pomiculteurs, moins concernés par les pluies, la vigne a souffert. 

À Calvisson, ce sont pas moins de "280 mm qui sont tombés en une heure et demie", signale Anthony Bafoil. Des vignes se retrouvent les ceps dans l'eau, noyées sous plus d'un mètre.  En raison notamment d'un ruisseau "mal nettoyé", l'accumulation rapide de précipitations "a tout bouché", décrit-il. "Cela faire perdre l'absorption des volumes", renchérit Nicolas Boudon, viticulteur dans la zone. Entre les niveaux de précipitations de 250 à 280 mm et les grêlons, il déplore déjà "entre 30 et 50 % de pertes sur cabernet et cinsault". Alors qu'il lui reste encore plus de la moitié de ses raisins à vendanger, l'agriculteur constate aussi de nombreux dégâts sur les chemins et les fossés sans compter les parcelles ravinées. "Sur mon exploitation, je dois refaire 80 %
des fossés",
explique-t-il. Il faudra les déboucher, déblayer et enlever les arbres à terre, "ce sont des coûts colossaux !" Outre la vigne, ses parcelles d'asperges et de courges ont aussi été ravinées. 

Moteurs grippés

Si quelques vignes se retrouvent sous 1 m d'eau sur le secteur de la coopérative VPA, son président, Denis Verdier, se dit "rassuré" que les trois quarts de la récolte soient déjà rentrés. "ll reste des cabernets-sauvignons, mais ils résistent mieux à l'eau", espérant limiter la casse dans les jours qui viennent. Las, il a aussi dû réorganiser le planning de la suite des vendanges, au vu des prévisions météo et des quais inondés. "On va stopper jusqu'à lundi pour laisser la semaine passer", le temps de réparer les moteurs grillés. 

À l'intérieur, les salariés de la cave ont pu empêcher les flots de pénétrer, mais sur le parking, des voitures ont été endommagées. "Des galères supplémentaires" à gérer en peu de temps, pour mener à bien la fin des vendanges qui laissent entrevoir une récolte entamée à hauteur de 50 %, sur les 80 000 ou 90 000 hl habituels. 

Mercredi 15 septembre, et malgré une accalmie la veille, de nouvelles précipitations étaient attendues, soit des cumuls prévus entre "80 à
120 mm en trois heures",
relayait la préfecture, conduisant à fermer les établissements scolaires pour la journée. 

Philippe Douteau


© FDSEA 30

GardIntempéries dégâts alerte rouge vignes inondations