Agri’Tour : des circuits pour découvrir les métiers qui recrutent

Publié le 05 juillet 2022

Claude Lapeyre, viticulteur et éleveur de brebis, est “fier de vivre au milieu d’un paysage époustouflant, au milieu de la nature qui nous donne ce qu’elle a de meilleur”. © M. Masson

C’était la deuxième édition de l’Agri’Tour dans l’Aude, jeudi 23 juin. Le but?? Faire découvrir les métiers de l’agriculture, faire naître des vocations et apporter un éclairage sur les formations agricoles dispensées dans le département, avec, pour terminer la journée, un job dating.

Visites, emplois, carrières et formations… C’était au menu de l’Agri’Tour qui est revenu cette année après deux ans d’absence, jeudi 23 juin, à Limoux. Cette fois-ci, l’événement n’était organisé que sur un seul territoire “qui propose déjà une belle variété d’exploitations agricoles entre viticulteurs, éleveurs, mais aussi des groupements coopératifs, comme la cave Anne de Joyeuse ou Sieur d’Arques, et la coopérative agricole La Cavale…”, énumère Maryline Planche, chargée de communication et de la promotion des métiers à la Chambre d’agriculture de l’Aude. Cette journée a été l’occasion pour la Chambre d’agriculture, en partenariat avec la Région Occitanie, de montrer l’agriculture, via des circuits, des visites et des rencontres autour de Limoux, et un job dating pour clore les festivités.

Montrer l’envers du décor

Cette initiative est née d’une volonté de faire découvrir les métiers liés à l’agriculture, “qui pâtit souvent d’une mauvaise image”, explique Maryline Planche. “Métiers mal rémunérés, difficiles, conditions de vie précaires… Le domaine de l’agriculture a une image qui ne fait pas forcément rêver. Le but est de déconstruire ces préjugés et de montrer l’agriculture telle qu’elle est vraiment”, sourit-elle. Et quoi de mieux que de rencontrer les éleveurs sur leurs propres exploitations comme chez Claude Lapeyre, viticulteur et éleveur de brebis, “fier de vivre au milieu d’un paysage époustouflant, au milieu de la nature qui nous donne ce qu’elle a de meilleur”, explique-t-il aux curieux venus visiter son exploitation. Ces circuits, préparés en amont par la Chambre d’agriculture, proposaient de découvrir la réalité du quotidien des agriculteurs, que ce soit sur des fermes ou au sein des coopératives les plus performantes du secteur, comme la coopérative de la Cavale ou la cave Sieur d’Arques, à la pointe de la technologie.

Encourager l’installation

Ces circuits ont donné plus d’une idée aux visiteurs, dont un couple, Sylvain et Amandine, la quarantaine passée, qui “rêvent de pouvoir reprendre une exploitation agricole dans le département”, dans le but d’y élever des brebis et de produire du fromage, après une dizaine d’années d’hésitation à se lancer. “Nous sommes venus aujourd’hui pour nous confronter à la réalité, pour voir comment cela se passe, mais aussi pour répondre aux questions que nous avons quant à notre projet”, détaillent-ils. L’installation est un point crucial pour Maryline Planche, qui souligne que cet événement “existe pour faire découvrir ces métiers, mais aussi pour encourager les nouvelles installations. Nous assistons à un vieillissement des populations agricoles en France, mais surtout dans notre département. Nous avons une belle richesse, tant au niveau du paysage que de l’agriculture, des exploitations agricoles sont abandonnées et non reprises… Pour la filière agricole, c’est un vrai défi auquel il faut apporter des réponses, et cela passe par des événements comme celui-ci et beaucoup de communication”, souligne-t-elle, consciente qu’il faut aussi accompagner les jeunes comme les moins jeunes (de plus de 40 ans, à l’image de Sylvain et d’Amandine) afin que l’activité agricole puisse se maintenir, mais aussi se développer sur le territoire audois.

Booster l’emploi 

L’autre temps fort de l’événement, un ‘Agri-job dating’ sur inscription et organisé par la Chambre d’agriculture, s’est tenu durant l’après-midi. Il a permis de mettre en contact employeurs et recruteurs, après une présentation de la dynamique de l’emploi agricole sur le territoire. Les participants ont pu consulter des offres d’emploi et avoir un premier contact sur place avec les entreprises qui recrutent. “Avec les vendanges qui arrivent, c’était le bon moment”, s’enthousiasme Maryline Planche. “Les prises de contact se sont bien passées et je pense que les candidats auront un retour positif”, songe-t-elle. Bien qu’encore une fois, “il y avait plus de recruteurs que de candidats”, s’inquiète-t-elle. “Dans l’agriculture, notre autre défi est de pouvoir répondre à la demande qui explose en termes de main-d’œuvre, alors que nous avons peu de candidats sur le marché de l’emploi. Les recruteurs peinent de plus en plus à recruter, ce qui est aussi paradoxal avec le chômage qui explose en France”, notamment dans l’Aude qui affiche un taux de chômage de 10,80 % selon l’Insee.

Et pour lutter davantage contre le déficit de main-d’œuvre dans la filière, la Chambre d’agriculture organise d’ici la fin d’année un événement à destination des demandeurs d’emploi.

Margaux Masson


AudeAgri'Tour métiers de l'agriculture job dating emploi