Une dernière session sous le signe du bilan

Publié le 12 décembre 2018

La dernière session de la Chambre d’agriculture de l’Aude s’est déroulée le 30 novembre, en présence d’Alain Thirion, préfet de l’Aude.

Le 30 novembre, à Trèbes, s’est déroulée la dernière session de la Chambre d’agriculture pour la mandature en cours.

C’était une session de chambre un peu particulière, dans la grande salle Cathare de la Chambre d’agriculture de l’Aude, le

30 novembre dernier. Particulière, parce qu’elle survenait au terme d’une année mouvementée pour l’agriculture audoise, particulièrement affectée par les calamités météorologiques, mais aussi parce que c’était la dernière de la mandature, les élections étant convoquées en janvier prochain. Ce fut l’occasion pour Philippe Vergnes de dresser le bilan de six ans de travail, avec l’équipe qu’il avait constituée. Après avoir cependant, pris le temps de faire le point sur les travaux engagés après les inondations. “Aujourd’hui, nous sommes encore face à des défis”, résumait Philippe Vergnes. “Nous avons l’ambition d’accompagner la transition agricole, bientôt le conseil sera séparé de la vente. Qui mieux que les Chambres d’agriculture peuvent jouer ce rôle auprès des exploitations ?” Regardant globalement les six années passées, il remarque que les changements ont été légion “avec la loi NOTRe, des transferts de compétences importants, la fusion des Régions, la montée des projets collectifs dans lesquels la Chambre s’est investie avec l’État, le Parc naturel, les communautés de communes…”

Bilan des pôles

Il a également tenu à rappeler à Alain Thirion, préfet de l’Aude, présent pour cette dernière session, que la Chambre régionale d’agriculture, issue de la fusion des deux chambres de Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, avait été bâtie sur un modèle fédéraliste, et que les Chambres départementales avaient encore un grand rôle à jouer pour assurer la proximité avec les exploitations. Et ce, d’autant qu’il n’existe pas de modèle agricole unique, et qu’il est important aujourd’hui de considérer chaque exploitation individuellement. Voilà pour le cadre global. Il a ensuite laissé chaque représentant des pôles procéder à un rappel des actions entreprises durant le mandat. Pour la commission Territoire, Laurent Ratia a précisé que ces six années ont été marquées par trois grands thèmes : la proximité, l’environnement, et l’urbanisation. Il a notamment été question du conventionnement d’agents de la Chambre d’agriculture avec des collectivités pour s’occuper d’agriculture, mais aussi des projets menés à bien, 14 pour des Organisations de producteurs et 14 avec des collectivités, et la participation active à 7 autres projets d’aménagement. Sur le chapitre de l’environnement, ces années ont été l’occasion de constater que les agriculteurs sont aujourd’hui conscients des enjeux et en attente de solutions.

Eau, viticulture, élevage…

Pour la viticulture, Ludovic Roux suppléait Jean-Marie Fabre, en déplacement. Il s’est félicité du retour à la rentabilité de l’atelier bois et plants, du rôle central joué par le Domaine de Cazes entre la recherche et le terrain, de la pertinence du contrôle pulvérisateur, développé par la Chambre d’agriculture, et de l’appui du Conseil départemental pour le développement de la confusion sexuelle. Marie-Aude Pons remplaçait Alfred Vismara pour parler élevage. Elle a insisté sur le succès de la foire d’Espezel, mais aussi sur la dynamique autour de l’abattoir de Quillan et des GIEE créés dans le secteur. Pour les grandes cultures, Didier Jeannet a pris acte de l’évolution de la Chambre d’agriculture, dans le domaine du conseil avec aujourd’hui 60 agriculteurs suivis par ses techniciens, et de l’implication du monde agricole dans l’expérimentation par le biais des GIEE créés dans la Piège notamment, pour lutter contre l’érosion des sols, accentuer la réduction des phytos.

Enfin, concernant l’eau, un large tour d’horizon a été effectué pour embrasser une thématique aussi large qu’essentielle et d’actualité. 

Yann Kerveno

 


AudeChambre d'agriculture eau viticulture élevage