Pour une défense locale des spécificités à la française

Publié le 06 février 2019

Rémi Dumas (JA 34), Guilhem Vigroux (FDSEA 34), Samuel Vandaele (JA), Jérôme Despey (Chambre d'agriculture) et Camille Banton (JA 34) ont arpenté quelques exploitations emblématiques de l'Hérault. Ici sur le domaine Les quatre amours, avec France Sio

Gestion de l'eau, foncier et compétitivité étaient les trois axes abordés par la FDSEA 34, lors d'une journée de visites chez des exploitants. Accompagnés pour l'occasion par Samuel Vandaele, secrétaire général des JA, Guilhem Vigroux et Jérôme Despey ont profité de leurs haltes pour rappeler les enjeux cruciaux de l'agriculture départementale de demain.

Programme chargé pour le président de la Chambre d'agriculture, le président de la FDSEA de l'Hérault et les représentants des JA 34. Le 25 janvier, la tournée a débuté chez un éleveur d'ovins et de caprins du Caylar, Lucas Mialane, un jeune exploitant installé depuis 2017. Confronté à la prédation du loup, il fait partie de ces rares jeu-nes à se lancer, là où d'autres sont plus réticents à investir des zones prédatées. Installé sur 54 ha de landes qu'il a achetées à côté de l'exploitation familiale, il a investi dans un hangar et une bergerie. Le coût de l'emprunt ? 50 000 € pour l'avance de TVA, 40 000 € pour les subventions de bâtiment et 220 000 € étalés sur 15 ans. Ardu, le métier d'éleveur n'est pas le seul à se heurter à certains disfonctionnements, naturels comme administratifs.

Gestion de l'eau : privilégier le collectif

Côté viticole, les représentants syndicaux et de la Chambre, se sont rendus au domaine Les quatre amours, à Bélarga, chez la famille Siohan-Cuny. Vignerons depuis 11 ans, convertis en bio depuis 2018, France et Michel pâtissent du manque d'eau dans leur village, malgré la présence de l'Hérault proche des communes alentours. "Pendant deux, trois ans, les rendements ont dangereusement baissé", constate France Siohan-Cuny. "Heureusement qu'il a plu au printemps dernier." Inscrit dans un schéma de gestion des risques, l'accès à l'eau est l'un des sujets majeurs défendu par l'ensemble des syndicats et des Chambres. La capacité des agriculteurs à monter des projets de type retenues collinaires et lacs, nécessite une expertise économique et juridique. Mais ces démarches se confrontent "souvent à des collectivités et des associations, en raison des enjeux de biodiversité", regrette Samuel Vandaele. "Nos exploitations ne peuvent pas attendre des mois quand les gens ont de vrais projets !" Le secrétaire général des JA conseille à ce titre aux agriculteurs de mener des initiatives collectives, soutenues par les Chambres d'agriculture, la FDSEA… "Si on veut continuer à manger français et avoir des exploitations à la pointe, cela passera par le mutualisme."

Un schéma directeur de 310 M€

Dans un contexte de "sécheresse récurrente", Jérôme Despey compte sur le soutien des collectivités, notamment du Département, pour mobiliser des "millions de mètres cube supplémentaires". Le recensement en cours des besoins en eau des agriculteurs héraultais, dans le cadre du schéma départemental d'irrigation, permettra un accès à la ressource pour 15 000 ha de vignes, sur les 85 000 que compte l'Hérault. Le préfet aura son rôle à jouer afin d'obtenir un dépassement des volumes autorisés actuellement, à l'échelle régionale. Quant à la gestion, elle pourra se faire par le biais d'une commune, d'une ASA (Association syndicale autorisée) ou de BRL, indique la Chambre, car tous les futurs prélèvements sur le fleuve Hérault seront soumis à autorisation. D'où l'importance de s'unir sur le terrain, a encouragé Guilhem Vigroux, président de la FDSEA 34. "Aujourd'hui c'est la guerre de l'eau ! Engagez-vous dans les conseils municipaux, car les maires auront leur mot à dire."

Renforcer le rôle des Safer

Face à la problématique artificialisation des terres, la gestion du foncier sera aussi globale, "au sein de l'intercommunalité", a souligné Samuel Vandaele. Ses corollaires, l'installation et la transmission, sont également en tête de gondole des priorités des futures équipes des Chambres d'agriculture.

Philippe Douteau

 


HéraultFDSEA 34 JA 34 Jérôme Despey foncier gestion de l'eau