Passage de témoin à la Chambre d'agriculture du Gard

Publié le 05 décembre 2018

Lydia Vautier, la nouvelle directrice de la Chambre d'agriculture du Gard a pris ses fonctions le 24 septembre, alors que François Chapelle part en retraite.

Officiellement en fonction depuis le 24 septembre, la nouvelle directrice générale de la Chambre d’agriculture, Lydia Vautier, succède à François Chapelle qui a occupé ce poste pendant près de 30 ans.

Après une semaine de transition, le temps est venu pour l'ancien directeur de laisser les clés de la maison de l'agriculture gardoise à Lydia Vautier. L'ex-directrice adjointe de la DDTM (Direction départementale des territoires et de la mer) a pu se mettre au parfum avant de reprendre les affaires courantes et poursuivre les projets engagés.

Assurer le suivi des dossiers

Après tant d'années de bons et loyaux services, François Chapelle a bien mérité sa retraite. "Quand on a occupé cette fonction pendant 30 ans, on a une certaine expérience", retient Lydia Vautier, près de deux mois après son arrivée à la direction. Le passage de relais lui a permis de bénéficier "de ses points d'attention sur l'organisation interne" de l'établissement. Et de se familiariser avec l'une de ses missions nouvelles, comme la présentation du budget rectificatif de 2018, rendu fin octobre. "Une gestion que je découvre", indique la nouvelle directrice. Mais après plus de cinq années passées à la DDTM du Gard, les problématiques agricoles du département ne lui sont guère étrangères.

Le grand projet mené par la Chambre, la Maison des producteurs, sera finalement inauguré "mi-avril". Le bâtiment devait initialement sortir de terre en février, mais quelques retards ont décalé l'ouverture des portes. Le lieu comportera, d'un côté, le Mas des agriculteurs sur une surface de 1 000 m2 : une "vitrine de l'ensemble des produits locaux, mais pas un magasin participatif", précise Lydia Vautier. La structure, sous forme de SAS (Société par actions simplifiées) dispose d'un capital ouvert aux agriculteurs. "La Chambre a pris 10 % du capital de la SAS", dont la participation des agriculteurs s'élève à 370 000 €. "On continue à recevoir des demandes pour accéder au capital", annonce la directrice. 110 actionnaires, pour environ 2 500 agriculteurs sont pour l'instant partie prenante du projet qui réservera "une part significative de bio, mais aussi d'agriculture biologique". Le restaurant, l'autre pan de la Maison qui sortira de terre sur le site de la Chambre d'agriculture, se fournira en produits issus du Mas. Entre 80 et 100 couverts seront assurés, sous la houlette d'Olivier Douet et Stéphane Debaille (Le Lisita et la brasserie l'Annexe). 

Une période de transition

Au-delà des grands chantiers en cours, les problématiques qui concernent directement les filières agricoles gardoises seront au cœur des préoccupations de la Chambre. Dans les perspectives attendues comme conséquences du changement climatique, l'eau sera un sujet phare, assure Lydia Vautier, concernée comme l'ensemble du monde agricole par "l'évolution de la température" et ses répercussions sur les différentes productions. En ce sens, des accords triennaux avec l'Agence de l'eau Rhône-Méditerranée-Corse sont prévus, dès 2019 dans le cadre du 11e programme de l'agence. Des diagnostics seront établis pour "projeter les conséquences sur les exploitations en 2050".

Suite au dispositif expérimental mené dans certaines communes du Gard depuis deux ans pour lutter contre les dégâts de sangliers, le constat s'est avéré "positif", estime l'ancienne directrice adjointe de la DDTM du Gard, qui évoque une éventuelle étendue de ces mesures à tout le département, si les services de l'Etat souhaitent poursuivre le dispositif.

A l'approche des élections des Chambres d'agriculture, c'est sûr, 2019 sera "une année de transition", déclare Lydia Vautier. Une fois la nouvelle équipe mise en place, "on va poursuivre les actions réussies, ce qui fait l'ADN de toutes les Chambres, particulièrement celle du Gard, en continuant à miser sur l'accompagnement, et pour toutes les productions". La directrice compte "organiser le travail technique pour accompagner l'équipe qui va arriver", et que "la Chambre consulaire fonctionne".

Philippe Douteau


GardChambre d'agriculture direction Maison des producteurs