La solidarité et la reconstruction se concrétisent

Publié le 05 décembre 2018

L’association des agriculteurs sinistrés avait donné rendez-vous à Trèbes pour sa première grande réunion d’information.

C’est à Trèbes que le Syndicat des vignerons de l’Aude et l’association des agriculteurs sinistrés, qui réunit l’ensemble des organisations professionnelles agricoles audoises, ont tenu à organiser une réunion pour faire le point sur les dispositifs d’aide et de solidarité, mis en place dans le département.

Salle du Palais des congrès de Trèbes, le 22 novembre. Le lieu est symbolique. Les murs de la basse ville portent encore les traces de l’inondation meurtrière qui a ravagé la commune, ainsi qu’une grande partie du département de l’Aude. C’est ici que l’association des agriculteurs sinistrés de l’Aude a tenu sa première grande réunion d’information à la suite des inondations. Parce que l’important, dans les premières heures, “ne résidait pas dans les parcelles détruites ou endommagées par les crues et la pluie, mais bien parmi les vivants et les villages”, rappelait en préambule Philippe Vergnes, président de la Chambre d’agriculture de l’Aude, qui préside aussi l’association des agriculteurs sinistrés. Cette dernière, qui réunit l’ensemble des organisations professionnelles agricoles, organise les collectes, les travaux, et tout ce qui est lié aux conséquences des inondations d’octobre dernier ; comme elle l’avait malheureusement déjà fait en 1999. “Les situations d’aujourd’hui et de 1999 sont identiques en intensité et en dégâts. Nous avons donc repris ce que nous avions fait en 1999, avec une rigueur quasi-militaire, pour parvenir à être les plus efficaces possible. Imaginez que la plateforme téléphonique que nous avons mise en place a reçu 1 200 appels en trois jours...”

Dans la salle, ils étaient autour de 200 vignerons à avoir répondu à l’invitation de l’association des sinistrés et du Syndicat des vignerons de l’Aude. L’occasion d’en savoir plus sur les dispositifs mis en œuvre. Philippe Vergnes rentrait alors dans le détail. “Nous sommes arrivés à la moitié des expertises”, expliquait-il. “Grâce aux services de l’État, 50 conseillers de la Chambre d’agriculture ont été formés, et se relaient aujourd’hui dans les exploitations.” La tâche est d’ampleur, l’ensemble du département a été touché, à l’exception du secteur de la Berre... pour une fois.

Toutes les productions concernées

“La seule différence avec 1999, c’est qu’alors, seuls des vignerons avaient été touchés ; ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, puisque nous comptons 920 vignerons, 106 éleveurs, 47 maraîchers et 30 arboriculteurs.” L’association s’est tout d’abord chargée de la mise en place de journées de solidarité dans les exploitations. La première s’est déroulée le 26 novembre dans un secteur particulièrement touché : la vallée du Lauquet. D’autres journées vont se dérouler jusqu’aux vacances de Noël, à raison d’une par semaine. En parallèle, l’association gère la mise en place d’aides matérielles pour chaque secteur, de façon à apporter du matériel, mais aussi de la terre, pour restaurer les parcelles ravagées. Enfin, elle gère les dons, sur le même modèle qu’en 1999. “Nous avions alors redistribué

920 000 euros de dons.” Pour l’heure, l’association dispose déjà de 350 000 € ; la Région Occitanie a également octroyé une aide d’urgence de 100 000 €, la fédération Grand Sud des AOP a versé 150 000 €, la Safer Occitanie a apporté 15 000 €. Une cuvée spéciale d’AOP Minervois 2015 a également été embouteillée : quelques milliers de bouteilles vendues 8 €, dont l’ensemble des bénéfices iront à l’association. “Nous faisons tout pour que les dossiers puissent passer en commission ‘calamités agricoles’ le 12 décembre prochain”, indique le président du Syndicat des vignerons de l’Aude, Frédéric Rouanet, “afin que les premières indemnisations, sous forme d’avances de trésorerie, puissent arriver au début de l’année, par le fonds ‘catastrophes naturelles’ pour ce qui n’est pas assurable, et le fonds ‘calamités agricoles’ pour le reste.” Il rappelait ensuite les conditions pour prétendre au fonds ‘calamités agricoles’ : “avoir au moins une assurance tempête/incendie et des dégâts de 1 000 € au minimum.”

Le ministre ?

Frédéric Rouanet détaille ensuite les indemnisations auxquelles pourraient prétendre les vignerons.

Yann Kerveno

 


AudeInondations solidarité vignoble Association des agriculteurs sinistrés Syndicat des vignerons de l'Aude