Gard : Aides MAEC et bio :

Publié le 23 janvier 2019

André Horth, directeur de la DDTM du Gard et Gérard Chevalier, chef du service économie agricole, ont rappelé les missions de proximité de leurs services, tout en reconnaissant une certaine lourdeur administrative causant des retards de paiement des

Un mois après la mobilisation musclée des agriculteurs gardois, menée par le SVG et les JA du Gard, la direction de la DDTM a accepté de faire le point sur la situation, en particulier au sujet du versement des aides (MAEC et bio), qui met le feu aux poudres depuis des mois au sein des exploitations.

Le 18 décembre, une armada de tracteurs et de bennes avait pris la route depuis la Chambre d'agriculture du Gard jusqu'à la DDTM (Direction départementale des territoires et de la mer). Porté par le SVG (Syndicat des vignerons gardois) et les Jeunes agriculteurs du Gard, le cortège avait pris, temporairement, possession de l'entrée de la DDTM, pour faire entendre ses multiples revendications (voir notre édition du 4 janvier). Retard du versement des aides MAEC (mesures agroenvironnementales et climatiques) et bio, RPD (redevance pour pollution diffuse), lenteur administrative... Autant de raisons qui ont poussé les agriculteurs gardois à exprimer leur ras-le-bol. Face à la colère, la DDTM s'était engagée à transmettre les demandes auprès du préfet, afin de les faire remonter aux cabinets des ministères en charge. Qu'en est-il en ce début 2019 ? Le directeur et le chef du service économie agricole de la DDTM du Gard nous apportent des éléments de réponse.

Le versement des primes, ça coince

Lors de la mobilisation des agriculteurs en décembre dernier, des représentants des deux syndicats présents s'étaient rendus à la préfecture, pendant que d'autres, sur le site de la DDTM, avaient prestement sollicité un dialogue improvisé avec le directeur départemental adjoint, Patrick Alimi, et l'adjointe au chef du service économie agricole, Catherine Bergogne. Le ton était vif, face aux réponses jugées insuffisantes par les agriculteurs furieux, entre autres, de ne pas voir venir le versement des aides Pac dues. A l'issue de l'entretien à la préfecture, c'est André Horth, le directeur de la DDTM qui s'était rendu sur place, en fin de matinée, pour faire un nouveau point. Présente aux côtés de la co-présidente des JA du Gard Delphine Fernandez, Anaïs Amalric, membre du bureau du syndicat, indique qu'une avance sur trésorerie sur les aides bio a été demandée. "Le préfet s'est engagé à contacter le cabinet du ministère (de l'Agriculture). C'est fait", nous signale le directeur de la DDTM. Plus concrètement, pour faire suite au coup de sang des agriculteurs, le paiement des primes pour 2015/2016 "est revenu à la normale dans la quasi-totalité des cas, fin 2018", assure-t-il. "Tout a été soldé pour le 1er pilier depuis 2015 et à 80 % pour 2016."

MAEC et AB : 1 500 dossiers pour 5,4 M€ d'aides

Dans le Gard, l'ensemble des aides représenterait, d'après les données de la DDTM, un volume global de 38 M€. En ce qui concerne les MAEC et les aides bio, "on remonte très doucement la pente, bien que les calendriers n'aient été que partiellement respectés". Les aides 2018 auraient dû être versées "normalement au printemps 2019", convient André Horth, qui justifie les délais par la complexité des dossiers à traiter. “Elles seront plus probablement versées certainement au second semestre 2019". D'où la demande de la DDTM au ministère de mettre en place un dispositif d'ATR (Apport de trésorerie remboursable) pour l'exercice 2018, soit théoriquement 90 % des aides.

Philippe Douteau


GardAides MAEC bio DDTM 30 SVG JA 30