Des élus et des conseillers mobilisés pour des agriculteurs durables

Publié le 09 janvier 2019

A chaque réunion, le président de la Chambre d’agriculture Dominique Granier, et la vice-présidente Magali Saumade, ont invité les agriculteurs à venir bénéficier de la diversité des compétences de la Chambre d’agriculture.

En décembre, plus de 500 agriculteurs gardois ont échangé avec les élus et les conseillers de la Chambre d’agriculture sur des actions qui concernent leur quotidien : formations, pulvérisation, changement climatique, cépages résistants, futur magasin de producteurs à Nîmes, Relance en Cévennes, plan de fumure...

Pour Magali Saumade, ces rencontres sont une occasion privilégiée pour les agriculteurs de ne pas rester seuls face aux difficultés. Chaque année, la Chambre d’agriculture réalise 1 800 dossiers Pac, forme

1 000 agriculteurs, rencontre 500 porteurs de projet, suit 500 éleveurs professionnels... “Je suis content d’échanger sur les pistes possibles pour favoriser des agriculteurs durables. Les chiffres sont encourageants, puisque la ferme Gard a le meilleur chiffre d’affaires par exploitation d’Occitanie. Nous sommes le 2e département français pour l’agriculture biologique, bien placé dans les circuits courts avec le réseau Bienvenue à la ferme et le futur magasin de producteurs à Nîmes. Continuons à créer collectivement les conditions de réussite pour nos exploitations”, complète Dominique Granier.

Si certains thèmes étaient communs aux six réunions, d’autres étaient spécifiques aux problématiques locales, comme l’animation Relance à Alès et au Vigan pour faciliter l’installation et la transmission en Cévennes, ou le plan de fumure obligatoire en zone vulnérable, détaillé à Uzès et à Vauvert, ou encore les cépages résistants présentés à Montpezat et à Codolet.

Comment réussir sa pulvérisation ?

En 2018, les conditions météo ont donné des sueurs froides à tous les agriculteurs, notamment les viticulteurs qui ont dû faire face à un mildiou particulièrement virulent. Une humidité exceptionnelle, des jours sans pluie trop rares, une vitesse de pousse de la végétation exceptionnellement rapide..., tout était réuni pour rendre les traitements très difficiles. Dans ces conditions extrêmes, comment traiter efficacement ? Il faut revenir aux fondamentaux, notamment des pulvérisateurs bien réglés et des passages un rang sur deux (ou sur trois pour ceux équipés de mains de retour) pour que chaque face soit traitée directement.

Comment s’adapter au changement climatique ?

Après les exposés techniques, l’intervention sur le changement climatique a interpellé, tant le phénomène semble s’accélérer. Moins de 400 mm en 2017, contre plus de 3 mètres d’eau à Valleraugue en 2018. A Nîmes, ce sont plus de 1 000 mm qui sont tombés en 2018, dont 400 mm sur les seuls deux mois d'octobre et novembre (contre un cumul annuel moyen de 760 mm). La période 2017/2018 ressemble aux modèles scientifiques théoriques du changement climatique, sauf qu’on est déjà à + 1°C par rapport à la normale. Ce qui n’était attendu qu’en 2035 ! Dans le scénario “optimiste”, en Languedoc-Roussillon, on s’oriente vers + 4°C en 2071/2100 par rapport à 1976/2005, avec sans doute moins de jours de gel, plus de jours de sécheresse, des précipitations concentrées sur deux à trois mois…

La Chambre d’agriculture travaillera dès 2019 aux conséquences éventuelles sur les exploitations agricoles. Le but est d’associer les agriculteurs à la démarche, pour tester en grandeur nature ce qui se passera, pour confronter les éventuelles solutions avec le point de vue des agriculteurs, pour mesurer l’efficience, l’acceptabilité, voire le coût des mesures envisagées.

Des exemples de questions concrètes qui vont se poser : Les besoins en froid des abricotiers seront-ils toujours satisfaits (selon les secteurs) ? Tel cépage aura-t-il toujours le même rendement ? Quelle vulnérabilité des variétés précoces / tardives ? Quels risques de brûlures sur le feuillage ? Quels seront les besoins supplémentaires en eau des cultures ?


GardChambre d'agriculture changement climatique réunion de secteur pulvérisation