Ces IGP, des produits de qualité comme les autres

Publié le 12 décembre 2018

Le Gard, c'est 143 produits sous AOP ou IGP. La région Occitanie, elle, compte 243 Siqo, toutes filières confondues : 85 AOP/AOC, 78 IGP et 80 Label rouge. Avec Kelvine Gouvernayre (Irqualim), Philippe Pécout (vice-président du Département du Gard),

En amont de la soirée du 30 novembre, au Novotel Atria de Nîmes, pour la 6e édition de ReGard sur le vin, les vins IGP du Gard ont été triés sur le volet par un jury de professionnels, parmi 100 cuvées. Cette année, la soirée a permis d'accompagner les IGP des produits locaux estampillés "qualité Gard", proposés par Bienvenue à la ferme.

Savoir "bien vivre à la gardoise", c'est tout un art, mais pas inaccessible pour autant. La formule, martelée par Denis Verdier lors de la présentation de ReGard sur le vin 2018, le 26 novembre, entend faire encore mieux cohabiter tout le panel des produits du département, en les accordant aux IGP du Gard, qui ont été sélectionnées le jour même, au Wine Bar, à Nîmes. 16 cuvées ont été distinguées pour être dégustées par le public lors de la soirée dédiée, vendredi 30 novembre. Pour une entrée à 5 €, les amateurs de l'événement et des vins IGP gardois ont eu droit à trois dégustations parmi les 90 cuvées présentées. Ce soir-là, ils étaient des centaines à découvrir les cuvées retenues auprès des vignerons eux-mêmes, agrémentées d'une sélection des produits emblématiques du terroir gardois.

Se diversifier et accroître la notoriété

L'an dernier, 500 verres avaient trouvé preneurs pour déguster les vins issus des trois IGP Gard, Cévennes et Coteaux Pont du Gard. Avant de finir dans le peloton de tête, cette année, les

20 dégustateurs professionnels ont fait leurs choix. Les mouvements protestataires et les blocages sur les axes routiers auront sans doute découragé certains visiteurs cette année. Ils étaient tout de même 350, d'après le directeur de la Fédération des vins IGP du Gard, qui eut vent de "problèmes pour rentrer dans Nîmes" pour les automobilistes, le vendredi soir. Quoiqu'il en soit, 33 domaines étaient venus faire déguster les 90 cuvées, dont les 16 lauréates, le tout accompagné des produits qui font aussi la renommée du département, au-delà de ses frontières : l'AOP Taureau de Camargue, les beignets d'oignon doux des Cévennes, le riz de Camargue… Autant de spécialités qui, associées aux vins, ne peuvent que développer la notoriété des IGP.

"Pour exporter, il faut se diversifier." Le président de la Fédération gardoise des IGP approuve la démarche de distinction des signes de qualité, qui rend "capable de signer une origine et se démarquer". A ce titre, les vins IGP du Gard font front commun avec d'autres produits phares du département. Un élan soutenu par Denis Verdier qui compte structurer et organiser cette synergie de promotion des produits locaux. "On a des caveaux de vente qui peuvent s'ouvrir à d'autres produits que le vin", a assuré le président des IGP gardoises.

Gard : 10 produits officiels de qualité

A la tête de l'AOP Taureau de Camague, Magali Saumade réclamait depuis des lustres "une action commune entre les vins et le taureau de Camargue". Souhaitant honorer ces "produits de qualité uniques au monde", à l'instar de l'emblématique bovin, une démarche a été engagée auprès des éleveurs. Depuis l'attribution de l'AOP en 2011, après celle de l'AOC en 1996, la valorisation du produit a été multipliée par quatre, a indiqué la présidente, également vice-présidente de la Chambre d'agriculture du Gard. Elle en a profité pour rappeler le soutien de l'organisme consulaire aux côtés "des producteurs et de l’ODG". Outre celle du Taureau de Camargue, le miel des Cévennes, l'oignon doux, ou encore l'huile d'olive, ces ODG peuvent bénéficier également du soutien des pouvoirs publics, tels que le Département. Au niveau régional, l'Irqualim (Institut régional de la qualité agroalimentaire d'Occitanie) accompagne les producteurs et les entreprises agroalimentaires dans la valorisation de leurs produits, et rassemble les ODG chargés de soutenir les 243 Siqo (Signes d'identification de qualité et d'origine) régionaux qui regroupent les AOP, IGP, Label rouge et Agriculture biologique. Kelvine Gouvernayre, chargée de mission communication à l'Irqualim, en a profité pour rappeler que le Gard comptait dix produits "solides" officiels de qualité parmi lesquels, les déjà incontournables IGP riz de Camargue, miel ou l'oignon doux des Cévennes. L'IGP sel de Camargue et la châtaigne des Cévennes (AOC/AOP) sont en cours d'obtention. 

Philippe Douteau


GardReGard produits du terroir vin